VIH/sida : voici le « patient de Londres», deuxième cas au monde de rémission-guérison  

Bonjour

5 mars 2019. Est-ce véritablement, comme le clament les ondes de l’aube, un « formidable espoir » ? Pour l’heure c’est une annonce qui doit être détaillée devant ses pairs par Ravindra Gupta (University College London) lors de la  « Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI) » qui se tient à Seattle. Une annonce lancée en fanfare par Nature (Jon Cohen).

Une annonce qui survient dix ans après celle de l’existence du « patient de Berlin » – expression utilisée pour désigner un patient considéré comme « guéri » d’une infection par le VIH – 1. « Ce deuxième cas renforce l’idée qu’une guérison est possible », a d’ores et déjà déclaré la Pr Sharon R Lewin, Université de Melbourne. C’est donc, désormais, « le patient de Londres ». Les deux patients ont fait l’objet de transplantations de cellules souches de donneurs ayant une mutation génétique rare qui rend inopérant le récepteur  CCR5 du VIH.

Le « patient de Londres », pour l’heure anonyme, avait été diagnostiqué infecté par le VIH et avait suivi une thérapie antirétrovirale depuis 2012. Puis on avait diagnostiqué chez lui une forme avancée de la maladie de Hodgkin. En 2016 on avait pratiqué chez lui une greffe de cellules souches hématopoïétiques d’un donneur porteur d’une mutation du gène du CCR5 – qui n’est présente que chez 1 % de la population mondiale. Il a continué son traitement antirétroviral  pendant seize mois avant de l’interrompre. Des tests réguliers ont confirmé que la charge virale du patient était indétectable depuis.

« En parvenant à une rémission sur un deuxième patient tout en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le “patient de Berlin” n’a pas été une anomalie » explique Ravindra Gupta.

Stratégies thérapeutiques

Mais encore ? Faudrait-il rappeler qu’aujourd’hui des millions de personnes infectées par le VIH à travers le monde contrôlent cette infection à l’aide d’une thérapie antirétrovirale (ARV) mais que ce traitement ne les « débarrasse » pas du virus ? C’est ce que fait le Pr Gupta :  « En ce moment, la seule façon pour traiter le VIH est par l’administration de médicaments que les gens doivent prendre toute leur vie ».

Rappeler que « cela représente un défi particulier dans les pays en voie de développement », où des millions de personnes n’ont pas accès à un traitement adéquat ?  Que près de 37 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, mais que seules 59 % d’entre elles bénéficient d’une ARV ? Que près d’un million de personnes meurent chaque année d’affections liées au VIH ? Qu’une résistance du VIH aux antirétroviraux  représente une préoccupation grandissante ?

Pour le Pr Gupta et son équipe soulignent que la transplantation de cellules souches – procédure à risque – n’est pas une option envisageable, en pratique, pour le traitement du VIH. Pour autant  ce deuxième cas de rémission (et de probable guérison) pourrait aider au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Formidable ou pas, l’espoir luit.

A demain

@jynau

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s