Agnès Buzyn va-t-elle rendre obligatoire la vaccination contre les papillomavirus humains ?

Bonjour

De mémoire vaccinale c’est, en France, sans précédent : cinquante institutions médicales, société savantes et associations viennent de lancer un appel hors du commun. Objectif : obtenir des autorités sanitaires et du pouvoir exécutif la mise en place d’un dépistage systématique et d’une vaccination universelle contre les papillomavirus humains (HPV) « responsable de nombreux cancers et d’autres maladies touchant l’homme et la femme ». Parmi les signataires  les Académies de médecine, de pharmacie, de chirurgie et des sciences infirmières, le Centre international de recherche sur le cancer, la Ligue nationale contre le cancer, sept collèges professionnels, trente-deux sociétés savantes, sans oublier différents syndicats et associations. Aucun représentant de Big Pharma.

Plus de 500 millions € par an

Certes la (coûteuse) vaccination contre les HPV est déjà recommandée (et remboursée) en France : pour les jeunes filles de 11 à 14 ans, les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (jusqu’à 26 ans), et les patients immunodéprimés. Mais cette politique de prévention est un échec : la couverture vaccinale chez les jeunes filles avoisine les 20 %, de plus en plus loin loin de l’objectif fixé à 60 % par le « plan Cancer ».

Les chiffres ? Chaque année, en France, les infections par les HPV sont à l’origine de plus de 6 300 cancers : col de l’utérus (2900), pharynx (amygdales, 1400), anus (1512), vulve, vagin, pénis (500).  Mais aussi de 30 000 lésions précancéreuses du col des l’utérus dont les traitements ne sont pas sans conséquences (risque accru d’accouchement prématuré et/ou de fausses couches). Et encore d’environ 100 000 diagnostics de verrues génitales avec des récidives fréquentes et des traitements ayant un impact sur la vie sexuelle et affective, ainsi qu’un certain nombre de « papillomatoses laryngées ». Ces maladies représentent aussi un coût important pour la collectivité : plus de 500 millions € par an.

Allergiques à l’obligation vaccinale

Qui fait quoi ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé n’a pas jugé utile de rendre cette vaccination obligatoire. Mais elle a saisi la Commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé afin d’évaluer la pertinence d’une recommandation de vaccination universelle contre le HPV. Pour les cinquante signataires, tous les éléments scientifiques disponibles justifient la mise en place d’une vaccination généralisée (filles et garçons) sans attendre :

« Un décalage dans le temps placerait une nouvelle fois la France comme un pays à contre-courant sur cette vaccination HPV : plus de 20 pays développés ont déjà adopté une stratégie de vaccination universelle et plusieurs pays européens, malgré des couvertures vaccinales élevées chez les filles, ont récemment accéléré la mise en œuvre de cette politique (Allemagne, Grande-Bretagne, Danemark, Irlande). Les Etats-Unis vaccinent les garçons et les filles, avec une couverture vaccinale au moins deux fois plus élevée que celle de la France. »

On attend, désormais, les réactions et arguments, sinon des « anti-vaccinaux », du moins de ceux qui sont farouchement opposés, pour différentes raisons, à toute forme d’obligation vaccinale.

A demain

@jynau

6 réflexions sur “Agnès Buzyn va-t-elle rendre obligatoire la vaccination contre les papillomavirus humains ?

  1. Bonjour Monsieur, merci pour votre blog ! Je suis fille et belle fille de médecins, pas du tout anti vaccin. Mes enfants sont vaccinés « normalement » (ror oui varicelle non). Néanmoins il est hors de question que je fasse vacciner un mineur contre une IST. Si le vaccin contre le SIDA existait je ne ferais pas vacciner mes enfants. On peut éviter les IST plus facilement que la polio ou la rougeole. Je leur proposerai mais ne leur imposerai pas cette injection qui sécurise très relativement le vagabondage sexuel. En leur disant ce que j’en pense–du mal.
    Je ne suis pas du tout opposée à « toute forme d’obligation vaccinale », au contraire, mais pour les maladies qu’aucune règle d’hygiène ne peut éradiquer. Ce n’est pas le cas des IST. Bonne journée !

  2. Dommage, pour les lecteurs non spécialistes comme moi, que vous ne fournissiez aucune information sur la manière dont se propagent les papillomavirus humains: une poignée de main avec un porteur de papillomavirus est-elle possiblement contaminante? Le commentaire de Marie laisse à penser qu’une prévention simple est possible (même si ce n’est pas vraiment dans l’air du temps, il serait sans doute utile que « l’éducation sexuelle » rappelle fortement que tout rapport est susceptible d’avoir des conséquences qu’on peut considérer comme non-souhaitable mais qui sont totalement prévisibles: même si la probabilité n’est pas très proche de 1, elle n’est pas voisine de 0). Si c’est le cas, le dépistage est certainement souhaitable, mais la vaccination est peut être une dépense qui n’a pas à être prise en charge par la solidarité nationale?

  3. Et bien entendu personne pour citer le papier de Nicole Delepine sur l’étude de la prévalence des cancer dans les populations vaccinées HPV de quelques pays. Non on préfère aligner des chiffres et des conséquences qui pourraient… la peur, la peur, la peur. Ben ouais on pourrait probablement éviter quelques morts. (à la louche 60 000 morts du aux traitement médicaux inadaptés, mais pas de quoi en faire un papier, y’a pas d’éléments de langages qui tombent pour faire un papier sans se fatiguer – et je parles pas des 10 000 morts du aux chômage dont tout se fout…)

    Et bien entendu, personne pour répéter que la procédure d’AMM a été une procédure simplifiée (avec ce que cela implique)

    Et bien entendu, personne pour émettre l’idée que la réduction des lésions pré-cancéreuse peut ne pas avoir de lien avec la réduction des cancers.

    Et bien entendu, personne pour se poser l’idée du ‘grand remplacement’ la suppression de quelques (3 ou 5 ou 7 ou 9 souches) sur plusieurs dizaines va favoriser l’émergence de nouvelles souches que l’on ne connaît pas et potentiellement plus dangereuse ?

    Et bien entendu personne ne parle de bénéfice-risque dans ce petit monde ou le cours de bourses permet de jouer à l’apprenti sorcier et ou la ‘start-up nation’ nation se veut disruptive et fait du test grandeur nature sur la santé des gens.

    Parce qu’en france nous sommes arrivé à l’ère de la post vérité dans tous les domaines. Soutenue par la presse, les médiacrates et tous ceux qui continuent d’avoir pignon sur rue. Dans les médias, soit on ment dans le bon sens, soit on meurt.

    D’ailleurs ce serait la découverte du siècle un vaccin contre cette maladie… Un truc qui remplacerait le courage qui devrait circuler naturellement. Quand on pense qu’il suffirait que suffisamment de personne arrète de se voiler la face pour que le rideau tombe.

    • Bravo Hervé 02 ; votre commentaire est réconfortant. Vous avez raison de poser ces questions. D’autant que l’on comprend à la lecture de cet articles ainsi que des précédents que l’auteur est un vaccinaliste convaincu. Au lieu de procéder à de réelles études scientifiques sérieuses et indépendantes des laboratoires (voir les ouvrages de Michel Georget), l’on préfère imposer des vaccins de plus en plus nombreux. Peu importe les scandales sanitaires auxquels nous assistons maintenant de façon de plus en plus récurrente.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s