Médecine et Gilets Jaunes : pourquoi ne pas interdire aux personnes âgées de manifester ?

Bonjour

Geneviève Legay, 73 ans, est une militante d’Attac. Une enquête vient d’être  ouverte à Nice sur les circonstances dans lesquelles cette femme a été grièvement blessée, samedi 23 mars, lors d’une charge de la police contre une manifestation de « Gilets Jaunes ». Voici les faits, tels qu’ils sont rapportés par Attac :

« Geneviève Legay, 74 ans, porte-parole d’Attac 06 et militante infatigable pour la paix, a été grièvement blessée par une charge policière, lors de l’acte XIX des Gilets Jaunes le samedi 23 mars à Nice.  Samedi vers 11 h, les CRS ont procédé à une violente charge au cours de laquelle Geneviève est tombée au sol, sa tête heurtant un poteau métallique. De multiples images montrent Geneviève, gilet jaune sur le dos et drapeau arc-en-ciel ‘’Pace’’ dans les mains, avec une attitude totalement non violente, scander ‘’Liberté de manifester’’ peu avant la charge policière.

« Alors que les précédentes mobilisations des Gilets Jaunes à Nice n’avaient pas entraîné de dégradations, Christian Estrosi, maire de la ville, avait demandé et obtenu une interdiction de manifester dans une grande partie de la ville. L’interdiction par le préfet des manifestations et rassemblements dans une grande partie de Nice est illégitime et ne peut justifier d’utiliser la force contre des citoyenˑneˑs qui se rassemblent pacifiquement pour exprimer leurs opinions.

« Attac France condamne la répression des rassemblements pacifiques qui ont eu lieu ce samedi et s’indigne de la grave restriction des libertés publiques actuellement en cours en France. Ce n’est pas par la répression et les violences policières qu’Emmanuel Macron répondra à la légitime demande de justice sociale qui s’exprime partout dans le pays. Attac France exige que toute la lumière soit faite et que les responsabilités de ces actes de violence à l’encontre de Geneviève Legay soient clairement établies. »

Flaque de sang

On a vu ce qu’a fait la police. Et ensuite ? Le procureur de Nice, Jean-Michel Prêtre, a déclaré qu’il avait ouvert « une enquête classique en recherche des causes des blessures ». « J’ai ordonné la saisie des images vidéo, par ailleurs d’excellente qualité, et fait des réquisitions auprès de l’hôpital Pasteur, a ajouté M. Prêtre qui a aussi fait ausculter Geneviève Legay. Elle a été prise en charge par les pompiers avec une qualification d’urgence relative et, à son arrivée à l’hôpital, elle s’est retrouvée avec une appréciation médicale montée d’un cran, qualifiée de pronostic réservé. Quand on se maintient dans une manifestation après les sommations réglementaires pour dire que les gens doivent se disperser, c’est un délit. Pour elle, ce n’est pas si net : là où ça s’est passé, c’était presque en dehors de la place, dans un mouvement confus des forces de l’ordre et des manifestants. »

Ce sont les pompiers qui avaient évacué la blessée. Une flaque de sang restait visible au sol provenant d’une blessure au niveau de la tête, avaient pu constater des journalistes de l’AFP. Elle souffrirait, selon l’une de ses filles, de plusieurs fractures au crâne et d’hématomes sous-duraux.

Et puis ces propos, que l’on peut trouver curieux, tenus par la ministre de la justice, Nicole Belloubet :

« Je trouve tout de même curieux que lorsqu’une manifestation est interdite, comme c’était le cas à Nice, quelqu’un aille absolument avec la volonté de manifester à cet endroit-là. Il y avait quelques périmètres, dans certaines villes, où les manifestations étaient interdites. A la suite de sommations, une personne qui y reste est susceptible de commettre un délit et c’est dans ce cadre là que les événements se sont passés ».

La famille de Geneviève Legay annonce, par le biais de son avocat Me Arié Alimi, vouloir porter plainte « pour violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique et sur personne vulnérable » Où l’on en vient, en écoutant Mme Belloubet et en songeant à la vulnérabilité de la victime, à se demander si on en viendra, sous peu, à interdire de manifester aux citoyen.ne.s trop âgé.e.s.

A demain

@jyau

 

 

Une réflexion sur “Médecine et Gilets Jaunes : pourquoi ne pas interdire aux personnes âgées de manifester ?

  1. « Médecine et Gilets Jaunes : pourquoi ne pas interdire aux personnes âgées de manifester »

    Votre question n’est-elle pas tendancieuse, dans notre actualité récente ?

    Manifestation interdite, pourquoi ne pas autoriser à manifester quand même ?
    Et lycée de Versailles ? (And Eton College ? )
    That is the question .
    Whether ’tis nobler in the mind to suffer the slings and arrows of outrageous fortune,
    Or to take arms against a sea of troubles,
    And by opposing end them …

    Pour vous prendre au premier degré la loi ne permet sûrment pas cette discrimination

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s