Dépistage du VIH/sida en France : l’impression que le temps ne passe pas ; aucun mea culpa

Bonjour

28 mars 2019. Santé publique France publie le dernier bilan en date de la surveillance du VIH sur le territoire. Résumons. Le nombre de découvertes de séropositivité VIH entre 2010 et 2017 est stable. Malgré une offre large de dépistage du VIH en France, près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont trop tardives. Il convient à la fois d’intensifier et de mieux cibler le dépistage. Tout est dit, ou presque. Et l’objectif, jamais atteint demeure le même : est réduire le nombre de personnes qui « ignorent leur infection » et de permettre aux personnes séropositives d’accéder à un traitement antirétroviral – « pour un bénéfice à la fois individuel et collectif ». Et, déjà, une antienne : « la promotion de l’ensemble des outils de prévention disponibles doit se poursuivre pour augmenter leur utilisation et réduire le nombre de contaminations ».

Les chiffres : en 2017 ce sont 5,6 millions de sérologies VIH qui ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale (bien lire 5,6 millions) – soit une augmentation de l’activité de dépistage de 12% entre 2010 et 2017. Or cette augmentation ne s’est pas accompagnée d’une hausse du nombre de sérologies positives. Cette année-là ce sont « environ 6 400 personnes » qui ont découvert leur séropositivité vis-à-vis du VIH. Soit un nombre stable depuis 2010. « La différence observée par rapport aux estimations produites antérieurement s’explique par un changement de méthodologie et non par une augmentation du nombre de découvertes » précise Santé publique France.

« Parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2017, 3 600 (56%) ont été contaminées lors de rapports hétérosexuels, 2 600 (41%) lors de rapports entre hommes et 130 (2%) par usage de drogues injectables. Concernant les deux principaux modes de contamination, on observe une stabilité du nombre de découvertes de séropositivité depuis 2010. Chez les usagers de drogues, ce nombre diminue. Parmi les découvertes chez les hétérosexuels en 2017, 75% concernent des personnes nées à l’étranger, principalement en Afrique subsaharienne. Parmi les hommes ayant des rapports avec des hommes (HSH) ayant découvert leur séropositivité en 2017, 26% étaient nés à l’étranger. Chez ces derniers, le nombre de découvertes augmente de manière continue. »

Maigres bénéfices

Et puis cet euphémisme qui devrait être un mea culpa : « Ce constat laisse supposer que l’augmentation du dépistage a sans doute peu bénéficié aux populations les plus exposées au VIH ».

Ajoutons que près d’un tiers des découvertes de séropositivité sont toujours trop tardives : 30% des personnes ont été diagnostiquées en 2017 à un stade avancé de l’infection à VIH. La moitié des découvertes de séropositivité (52%) a concerné des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant. Dans les populations où un dépistage régulier est recommandé, hétérosexuels nés à l’étranger et HSH, cette proportion était respectivement de 68% et 33%.

Et cette conclusion qui pourrait être un copié-collé des précédentes années :

« Ces nouvelles données de Santé publique France rappellent l’importance de lever les freins au dépistage. Poursuivre la promotion de la prévention diversifiée Parallèlement au dépistage et au traitement des personnes séropositives, la promotion des autres outils de prévention disponibles (préservatif, prophylaxie pré-exposition, traitement post-exposition) doit se poursuivre. C’est l’ensemble de ces mesures qui permettra de réduire à terme le nombre de nouvelles contaminations par le VIH, qui sera suivie ensuite par une diminution du nombre de découvertes de séropositivité. »

Ici ou là des voix autocritiques s’élèvent pour dénoncer, au vu de l’ensemble des outils disponibles et des sommes dépensées, de « très mauvais chiffres ». Quelques unes plaident pour une transformation radicale de l’action menée dans ce domaine avec une réaffectation des acteurs devenus, au fil du temps, pléthoriques. Qui les entendra ?

A demain

@jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s