Justice et mort d’Ange Dibenesha : premières fuites des résultats d’analyses toxicologiques

Bonjour

On se souvient de l’affaire #JusticePourAnge et de l’émotion qu’elle suscita – jusque dans les milieux politiques généralement bien pensants. Rappelons les termes du communiqué de presse de la la préfecture de police de Paris daté du 31 mars 2019.

« Prise en charge en milieu hospitalier d’un individu ayant fait un malaise au cours d’un contrôle routier

 « Le jeudi 28 mars 2019 à 01h 50, lors d’un contrôle routier effectué à hauteur du boulevard périphérique intérieur au niveau de la porte d’Italie, le conducteur d’un véhicule de marque BMW, en situation d’annulation de son permis de conduire, était dépisté positif au test de l’imprégnation alcoolique.

 « A 02h 10, alors que les fonctionnaires interpellateurs étaient en attente d’un véhicule de transport de l’interpellé, ce dernier a ingéré une substance non identifiée. Il a alors été pris de convulsions.

 « L’intervention des sapeurs pompiers était immédiatement sollicitée par l’équipage interpellateur via Police Secours 17. Rapidement sur place, les pompiers, dès leur arrivée, effectuaient un massage cardiaque sur le conducteur du véhicule. Le SAMU se présentait sur place quelques minutes après l’arrivée des pompiers, prenait l’individu en charge et le transportait à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

 « Le parquet, informé des faits, a chargé la Brigade des Stupéfiants de la Direction de la Police Judiciaire de Paris de l’enquête »

Ange Dibenesha Marifa, 31 ans, est mort le samedi 30 mars à la Pitié-Salpêtrière.

« Vers 2 h 10, alors que les fonctionnaires attendaient un véhicule pour transporter l’interpellé, ce dernier aurait ingéré une substance non identifiée « en grande quantité », avait indiqué une source proche du dossier au Monde (Adrien Sénécat). C’est alors qu’il aurait été pris de convulsions et qu’il aurait fait un malaise cardiaque. La substance en question pourrait être de la cocaïne. »

4 avril 2019. Les analyses toxicologiques menées juste après son admission à l’hôpital dans la nuit du 27 au 28 mars, révèlent que le jeune homme a régurgité, à ce moment-là, « 25 g de cocaïne », vient d’apprendre France Info « de source proche du dossier ».  Le parquet de Paris avait ouvert, dans un premier temps, une enquête en flagrance pour « usage et détention de stupéfiants ». Enquête confiée à la brigade des stupéfiants de la police judiciaire de Paris.

Cette enquête se prolonge  désormais en « recherche des causes de la mort ». Selon une source judiciaire, Ange Dibenesha était connu sous plusieurs identités.

A demain

@jynau

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s