Petit rebondissement dans l’affaire de la vieille dame blessée tancée par Emmanuel Macron

Bonjour

Qui sait jusqu’où nous conduira le dossier Geneviève Legay ? Cette femme âgée de 73 ans femme a été blessée le 23 mars dernier lors d’une manifestation interdite organisée à Nice. D’emblée tancée par Emmanuel Macron, elle vient de répliquer en des termes violents et politiques au président de la République. Et puis, aujourd’hui voici un élément qui (souligne Le Monde dans un euphémisme dont il a le secret)  « inspire de nouvelles questions ». Mediapart (Pascale Pascariello) a révélé, lundi 8 avril, que la commissaire chargée des investigations est la compagne du commissaire Rabah Souchi, chargé des opérations le jour de la manifestation.

Or cette relation était connue du procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre. On avait peut-être trop rapidement estimé que ce dernier avait fait preuve d’indépendance et de transparence dans ce dossier. Il a affirmé auprès de Mediapart avoir été « tout à fait au courant, au moment de l’ouverture de l’enquête préliminaire, de [ces] liens de concubinage ». « Je ne vois pas en quoi cela pose problème », assure-t-il. Naïveté vraie ou ombre de duplicité ?

Deux jours après les faits, le procureur Prêtre avait assuré que la chute de la septuagénaire n’avait nullement été provoquée par un policier. Puis, après étude minutieuse des images, il avait  changé de version – pour reconnaître, le 29 mars, que « c’est bien le geste d’un policier qui est à l’origine de la chute de Mme Legay ».

La compagne du commissaire

Entre ces deux dates l’avocat de la famille de la manifestante avait déposé plainte pour « violences volontaires commises en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique, avec usage d’une arme, et sur personne vulnérable » et « subornation de témoin ». Puis septuagénaire d’expliquer avoir reçu, à l’hôpital, dès le lendemain de la manifestation, plusieurs visites de policiers, « placés sous l’autorité directe » de la compagne du commissaire Souchi selon Mediapart. « Ils ont surtout insisté pour me faire dire que c’était un journaliste qui m’avait poussée, détaille Mme Legay dans une interview au même site. Or, c’est faux. Je me rappelle avoir été poussée par un policier et je le leur ai dit. Mais ils insistaient sur le journaliste. Je sais que le policier qui m’a poussée a reçu des ordres de sa hiérarchie, du commissaire Souchi, du préfet de police, du ministère de l’intérieur.»

Et Mme Legay dit, par ailleurs, se rappeler « très bien, au début de la manifestation, de ce commissaire Souchi et de son regard. Il semblait animé de colère à notre égard. »

Tout ceci pourrait peut-être éclairer d’une nouvelle lumière les premiers  propos tenus, à l’endroit de Mme Legay, par Nicole Belloubet ministre de la Justice : « Je trouve tout de même curieux que lorsqu’une manifestation est interdite, comme c’était le cas à Nice, quelqu’un aille absolument avec la volonté de manifester à cet endroit-là. Il y avait quelques périmètres, dans certaines villes, où les manifestations étaient interdites. A la suite de sommations, une personne qui y reste est susceptible de commettre un délit et c’est dans ce cadre là que les événements se sont passés ».

Des propos ministériels qui avaient précédé ceux du président de la République souhaitant à la victime « un prompt rétablissement». Un prompt rétablissement et, osait-il,  « peut-être une forme de sagesse … »

« Je souhaite d’abord qu’elle se rétablisse au plus vite et sorte rapidement de l’hôpital, et je souhaite la quiétude à sa famille, avait-il ajouté. Mais pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable. Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci.»

A demain

@jynau

 

Une réflexion sur “Petit rebondissement dans l’affaire de la vieille dame blessée tancée par Emmanuel Macron

  1. Bonjour,

    Sagesses… 😦 et santés Publiques …
    De mieux en mieux < Quant au commissaire, Souchi, il répond : « C’est ma vie privée. Ça ne regarde que moi. »
    Source : https://www.nouvelobs.com/faits-divers/20190409.OBS11281/genevieve-legay-l-enquete-est-dirigee-par-la-compagne-du-policier-en-cause.html

    Et quitte à l’apprendre aux corps, combien d’alertes délaissées aux ‘brouilliamis’ des lacrymos ???
    Voir : https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/allo-place-beauvau-cest-pour-un-bilan

    … Misères, en ce jour anniversaire de l’évacuation, à la discrétion de quelques millions, de Notre Dame des Landes, en 2018 ¡ !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s