#Prière de vous faire soigner ultérieurement #Plus de médicaments #Veuillez nous excuser

Bonjour

Voici, une nouvelle fois, une attaque lancée contre la muraille de Big Pharma. Et la dénonciation d’un système pharmaceutique et politique sur lequel tous ou presque se sont jusqu’ici cassé les dents. Cette fois c’est une association de lutte contre le sida et les hépatites en France et en Europe reconnue d’utilité publique (« AIDES »)  qui part à l’assaut.

La campagne, lancée aujourd’hui, est diffusée sur les réseaux sociaux. A travers trois visuels et une vidéo elle « interpelle sur les menaces qui pèsent sur l’accès universel aux médicaments, et avec lui sur notre système de santé solidaire ».

Pourquoi maintenant ? Parce qu’un Français-e sur quatre a déjà été confronté-e à une pénurie de médicaments, avec parfois des répercussions graves sur sa santé : augmentation des symptômes, hospitalisations etc. Parce que les nouveaux médicaments qui arrivent sur le marché atteignent des prix records – 300 000 euros annoncés pour des nouvelles thérapies contre le cancer – sans réelle justification. Parce que ces sommes fragilisent la pérennité de notre système de soins solidaire. Er parque que, de plus en plus fréquemment, aucun accord entre laboratoire pharmaceutique et Etat n’est trouvé.

Palais de l’Elysée

Comment en est-on arrivé là ? A cause d’un « système opaque et complexe » : Un système de brevets qui permet aux laboratoires de prolonger leurs monopoles de façon souvent injustifiée ; une  réglementation européenne qui allonge les périodes de monopole et retardent l’arrivée sur le marché de génériques plus abordables ; un Etat qui n’utilise pas tous les outils à sa disposition pour encadrer les pratiques de l’industrie ; le secret des affaires.

Et, dans la foulée, AIDES d’exhorter au « courage politique » pour mettre fin à ce « système délétère » et parvenir à « un système plus égalitaire et pérenne ». Obtenir notamment la transparence des laboratoires et de l’Etat sur les négociations de prix et les investissements en recherche et développement, afin de fixer des prix justes et abordables ; la  fin des monopoles abusifs en diversifiant et rendant plus rigoureux les critères de délivrance de brevets ; la révision des législations européennes qui obstruent l’accès aux médicaments et le  renforcement des obligations de l’industrie en matière de plan de pénuries pour garantir un accès continu aux médicaments essentiels.

Où l’on en viendrait à regretter qu’AIDES ne soit pas présente à la première conférence de presse solennelle donnée aujourd’hui même, par le locataire du Palais de l’Elysée. Et que cette association reconnue d’utilité publique soit absente de la compétition pour les élections politiques européennes.

A demain

@jynau

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s