Pitié-Salpêtrière : petite leçon de vocabulaire offerte par Christophe Castaner

Bonjour

Salpêtrière-Castaner Acte IV. Vendredi 3 mai Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur a reconnu lors d’une conférence de presse : « Je n’aurais pas dû employer le terme “attaque » mais plutôt celui « d’intrusion violente ».

Jntrusion? Le terme aurait été évoqué devant lui par des responsables de l’hôpital parisien, dont le personnel était « choqué ». Un terme selon lui  « plus adapté » aux faits. Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP évoquait quant à lui des images de vidéo surveillance « absolument édifiantes ».

« Accepter de revenir sur ses mots, ça ne me pose aucun problème, a poursuivi le ministre de l’Intérieur. C’est naturel aussi qu’un homme politique soit un homme qui (…) puisse se dire qu’une situation a évolué. »  Revenir sur ses mots comme on revient sur ses pas ? On dit aussi « manger son chapeau ».

Quant à l’affaire de la Pitié-Salpêtrière de nombreux témoins expliquent qu’il s’agissait, pour les manifestants, de « trouver refuge » au sein de cet espace hospitalier.

Intrusion   Action de s’introduire dans un lieu, une société sans invitation, sans droit, sans y être attendu.

J’avais troublé la paix du site et violé par mon intrusion les accords d’une antique loi de ce refuge (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 248).

Le son des pas brusquement étouffé après l’escalier sonore donnait soudain à notre intrusion, à l’approche de la chambre, je ne sais quel caractère louche (Gracq, Beau tén.,1945, p. 116).

Au fig. a)Action d’intervenir, de s’ingérer dans un domaine sans en avoir le droit.

Tous les cas sont prévus, toutes les mesures possibles de résistance sont indiquées, c’est un traité complet de tactique en cas d’invasion et d’intrusion (Sainte-Beuve, Port-Royal,  4, 1859, p. 50).

Notre statu quo est bien préférable à l’intrusion du Parlement dans la diplomatie (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 195).

Une constante intrusion des prêtres de l’Église romaine dans la vie privée des fidèles (Bourget, Actes suivent,1926, p. 75).

b) Arrivée soudaine et inopportune de quelque chose.

Intrusion de la réalité dans la féerie. Il me faut maintenant étudier, comme je l’ai fait pour le grec, l’intrusion en français des mots étrangers, des mots anglais en particulier (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 80).

Toute grande nouveauté dans un ordre est obtenue par l’intrusion de moyens et de notions qui n’y étaient pas prévus (Valéry, Variété [I], 1924, p. 255).

Jusqu’à ces temps derniers, le public n’admettait pas l’intrusion, dans la peinture, d’éléments non spécifiques (Lhote,  d’abord,1942, p. 162):

... je ne peux dire quel malaise me causait pourtant cette intrusion du mystère et de la beauté dans une chambre que j’avais fini par remplir de mon moi au point de ne pas faire plus attention à elle qu’à lui-même. Proust, Swann,1913, p. 10.

Attaque Acte de violence, agression. Attaque à main armée, attaque nocturne. Synon. agression :

Les crimes newyorkais d’aujourd’hui ce sont, ou des batailles rangées de bootleggers dans les docks de l’Ouest, au pied des grands transatlantiques, ou les attaques à main arméedes bijouteries dans les quartiers riches. Morand, New-York,1930, p. 75.

 Refuge : Lieu où l’on se met en sûreté pour échapper à un ennui ou à un danger qui menace. Synon. asile, retraite.

La pluie glacée tombait plus serrée, et toute la plaine était nue sans lui montrer un refuge (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Vagabond, 1887, p. 670):

Le reporter n’ignorait pas que cette plaine désolée, ces marais impénétrables, cette mer qui offrait à la fuite les refuges innombrables de ses fiords, avaient été toujours propices à l’aventure nihiliste. G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 143.

C’est un diplomate, et le ministère des Affaires étrangères, aujourd’hui, c’est le refuge des incapables (A. France, Hist. comique, 1903, p. 52).

 A demain

@jynau

2 réflexions sur “Pitié-Salpêtrière : petite leçon de vocabulaire offerte par Christophe Castaner

  1. Ah ça c’est un peu court, jeune homme, on aurait pu définir bien des choses en somme…..

    On apprend en médecine à chercher des causes aux symptômes.

    Et qui est à l’origine de ce désordre in the first place ( tant qu’à faire des anglicismes parlons anglais) ?
    Donc qui est à l’origine de ce désordre en premier lieu ?
    Sans qui aucune violence policière ne serait ?
    Hein ? Qui alors ?

    Indices : trouver les définitions de :
    – black block
    – pavé
    – dans la gueule
    – arme par destination
    – incendie ou dégradation de biens publics et privés
    – tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique
    – être là où il est interdit d’être
    – obtempérer , ne pas obtempérer
    – sommation

    On va me dire ouiiiii mais la cause en amont de tout ça c’est l’injustice sociale (ignorant que la France est championne du monde indiscutée de la redistribution d’argent des riches aux pauvres. On se demande comment ce n’est pas plus su.

    L’injustice principale est que le temps où l’instituteur du fin- fond des Pouilles ou de la Calabre, de la Creuse, du Creusot, ou du Nord sinistré, d’une famille de terroni, ou d’alcoliques désinsérés, le temps où il remarquait un élève apte à aller loin, de quelque milieu qu’il soit et lui permettait d’accéder aux études ad hoc, ce temps a disparu . Pschiiittt !
    On reste entre soie (avec l’e) .

    On va me dire « la violence sociale » .
    OK.
    Il est vrai que les salariés sont parfois ou souvent traités comme du bétail ou des objets ou des citrons à presser.
    Il est vrai que l’écart des rémunérations est d’une indécence totale vu que l’on pourrait retirer la moitié ou les 3/ 4 de leur fortune à certains sans altérer leur train de vie comme a dit un autre.
    Est-ce que la diviser par le nombre des injustement pauvres améliorerait significativelment le sort des pauvres ? Je ne sais pas je n’ai pas les chiffres.

    MAIS la réponse à cela doit suivre les règles constitutionnelles et passer par le vote, aux élections legislatives, locales et présidentielles. La violence « révolutionnaire » est une injustice majeure et inacceptable.

    S’y refuser c’est ne pas vouloir « se compter » et se mettre hors jeu.
    « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude ».

    Taquinage:
    Définitions de :
    – grille
    – fermée
    – cadenas
    – casser

  2. UU : Oui mais. Certes la révolution est cause d’injustices immenses, notamment par l’absence de canalisation, le désordre… Mais quand les sans-grade ne bénéficient d’aucune audience, que leur reste-t’il, quelle soupape, qu’elle issue, hormis l’explosion « anarchique » ?… Que l’on peut déplorer, certes…que je déplore certainement. Mais j’ai moi-même réprimé trop de mes colères et je ressens trop de rages (si si, plurielles)
    devant l’injustice chronique de la vie pour ne pas m’y reconnaître un peu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s