Vincent Lambert : son médecin vient de programmer sa mort à compter du 20 mai

Bonjour

Osera-t-il passer à « l’action » ? Le Dr Vincent Sanchez (CHU de Reims) a annoncé aus parents de Vincent Lambert qu’il allait interrompre les « traitements » de ce dernier durant la semaine du 20 mai. Rappelons que par « traitements » on désigne ici l’alimentation et l’hydratation d’un homme qui n’est par alimenté artificiellement ni placé sous ventilation assistée.

« Je vous informe que l’arrêt des traitements et la sédation profonde et continue évoquée lors de la procédure collégiale seront initiés au cours de la semaine du 20 mai », écrit le Dr Sanchez dans un courrier daté du 10 mai et dont l’AFP a obtenu copie.

Ce courrier est d’autant plus étonnant que le Comité international de protection des droits des personnes handicapées de l’ONU (CIDPH) vient de demander à la France de suspendre toute décision d’arrêt des soins de Vincent Lambert, dans l’attente d’une instruction sur le fond. Suite à cette demande Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé avait déclaré, sur BFM-TV :

 « Aujourd’hui, juridiquement parlant, tous les recours dans cette affaire sont arrivés au bout, et toutes les instances juridictionnelles, qu’elles soient nationales ou européennes, confirment le fait que l’équipe médicale en charge de ce dossier est en droit d’arrêter les soins.

« Les parents de Vincent Lambert se sont retournés vers ce comité qui s’occupe des personnes handicapées, et non des personnes en état végétatif comme Vincent Lambert parce qu’ils n’ont que la version des parents. Nous ne sommes pas tenus par ce comité légalement, mais bien entendu nous prenons en compte ce que dit l’ONU et nous allons leur répondre ».

Nous étions alors le 5 mai. L’Etat français disposait désormais de six mois pour fournir ses observations à l’ONU. En attendant la France devait veiller à ce que l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert ne soient pas suspendues – et ce en vertu de la convention relative aux droits des personnes handicapées.

Une semaine plus tard voici le Dr Vincent Sanchez, chef de l’unité de patients cérébrolésés du centre hospitalier universitaire de Reims, qui programme la mort de son patient à compter de la semaine du 20 mai. Décision ferme où coup de sonde pour juger de la réaction et de la mobilisation, médiatique et physique, de la partie adverse ?

« Il n’y a aucune urgence médicale à arrêter l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert et rien ne justifie une violation aussi éhontée du droit international et des mesures provisoires réclamées par l’ONU », préviennent d’ores et déjà les avocats des parents de Vincent Lambert. Le Dr Vincent Sanchez osera-t-il passer à l’acte ? Dispose-t-il de l’autonomie pour le faire ? Sa hiérarchie hospitalière et ministérielle interviendra-t-elle ?

A demain

@jynau

11 réflexions sur “Vincent Lambert : son médecin vient de programmer sa mort à compter du 20 mai

  1. Responsable de l unité des patients « cerebro-lésés »?? Bizarre!! car depuis plusieurs années Vincent Lambert etait dans le service des « soins palliatifs » de l hopital dont le chef était le Dr KARIGER. Ce glissement semantique n est pas anodin,il n est donc pas en fin de vie et de fait il est lourdement handicapé et n a plus rien à faire dans ce secteur puisque sa place pourrait etre occupée par un autre dont la sante encore plus précaire en urgence le réclame.
    Dans cette lamentable affaire,la medecine française poursuit sa lente décomposition éthique dans le deshonneur et je suis sidéré par les silences du CNOM et surtout du bon Dr LEONETTI dont la loi est juste pietinnée (ou sont les DA de Mr Vincent Lambert ,,,verba volent sauf pour ceux qui veulent la mort de cet handicapé).
    Qui est le plus « en etat de conscience minimale » dans ce drame ?

  2. Il me semble avoir entendu dire que des (plusieurs si mes souvenirs sont bons) établissements spécialisés pour personnes lourdement handicapées étaient près à l’accueillir. On ne comprend pas pourquoi ce CHU s’obstine à s’opposer à un tel transfert.

    • En effet,on ne comprend pas,car plusieurs MAS étaient pretes à l’accueillir. Sauf que ce pauvre homme est l’instrument du « lobby euthanasique » organisé en réseaux d influences dans les plus hautes sphères de l état,des partis politiques et probablement jusque dans le CNOM.
      La loi Leonetti ne s’applique pas dans le cas de Vincent Lambert puisqu il n est pas en fin de vie d une part et qu il n’a jamais ECRIT la moindre directive anticipée à ce sujet,d’autre part.

      • « Sauf que ce pauvre homme est l’instrument du « lobby euthanasique » organisé en réseaux d influences dans les plus hautes sphères de l état,des partis politiques et probablement jusque dans le CNOM. »

        Ben voyons. Théorie du complot encore et encore. En tant que fils de médecin, plus je m’enfonce dans la psyche du corps médical, plus je suis fasciné par le monceau d’insanités et d’heuristiques éthiques et morales délirantes que cette profession est capable de débiter à la minute sans même s’en rendre compte. (Sans même parler des pseudo-sciences qui circulent dans ce milieu, tout autre débat, mais bien révélateur aussi)

  3. matricule F6810,fils de medecin :juste des faits,il est de notoriete publique (voir articles et reportages tele nombreux) que la franc maçonnerie (association sectaire secrete dont les membres n ont pas obligation de se declarer) a infiltré toutes les couches »superieures » de la societe pour faire avançer « sa morale » . L’euthanasie légalisée est une de leur priorité à l heure actuelle,elle enrobe cela du « droit à mourir dans la dignité »…Moi en tant que medecin(mais cela vous ne pouvez le comprendre puisque vous ne l etes pas) ma priorite c est d accompagner la personne en fin de vie à mourir le plus paisiblement possible et cela consiste à pouvoir proposer n’importe ou dans ce pays des équipes formées à cela et non à proposer aux gens de les tuer (il est vrai qu en terme budgetaire, il y a pas photo…mais encore faudra t il trouver des medecins pour pousser la seringue!!)

    • Nondidjû!

      Je ne vois pas plus le problème avec la franc-maçonnerie qu’avec l’Opus Dei ou les chevaliers de la Foi au 19ème siècle. Sociétés délirantes visant à établir un ordre morale sur la société sur la base d’un spiritualisme oiseux de références symboliques à mourir de rire. Ayant fait mon tour dans « l’élite de la Nation » du côté du Panthéon et de Palaiseau, je peux vous affirmer qu’ils existent mais qu’ils sont surtout à mourir de rire! Perso, mon trip c’est plutôt l’Union Rationaliste et le Collège de France. C’est avec ces gens là que je m’entends le mieux. Pour que vous sachiez à qui vous parlez, idéologiquement parlant.

      Cela ne m’étonne absolument pas que la franc-maçonnerie promeuve plus ou moins discrètement, et à mon avis avec une certain hétérogénéité de points de vue, le concept de l’euthanasie. J’y suis effectivement moi même favorable. Mais plutôt que de monter sur nos grands chevaux, il convient d’adresser cette question rationnellement. La philosophie analytique nous y aide prodigieusement.

      En tant que fils de médecin, je comprends parfaitement les considérations hallucinées des médecins à tout faire pour maintenir les gens en vie et les soigner contre leur gré en manipulant la vérité. Je n’ai pas choisi mon pseudo pour rien! Clairement, je ne partage pas les mêmes considérations morales que les médecins.

      Vous voulez accompagner les patients. Très bien. Mais certains patients, comme moi, feront tout pour se suicider avant d’être pris en charge par de si bonnes âmes compatissantes. Il faut prendre en compte aussi ce type de FAIT pour raisonner RATIONNELLEMENT sur le sujet.

      Et si les médecins rechignent à pousser la seringue, je suis dispo pour le faire à leur place. Je n’aurais absolument aucun d’état d’âme.

      • Au moins les choses sont claires mais ça aurait ete sympa de vivre avec vous dans les années 40 du temps du pere Adolph.

      • J’ai du mal à voir le lien avec les Nazis. Mais très rapidement: oui, il existe de sérieux problèmes avec l’euthanasie. Mais il faut distinguer deux choses: 1. Le type de société où on veut aller, ce qui peut se faire rationnellement et 2. le chemin qu’on désire emprunter pour y arriver, ce qu’on peut aussi faire rationnellement.

        Ce sont deux choses fondamentalement distinctes.

        J’ai effectivement des doutes sérieux sur la capacité du « Système » à organiser quelque chose d’éthique et rationnel. Je n’ai par contre que très peu de doutes sur le fait que l’euthanasie est une nécessité.

        Essayons de maintenir le « débat » dans des limites raisonnables.

      • « Je n’ai par contre que très peu de doutes sur le fait que l’euthanasie est une nécessité. »
        Vous ne voyez toujours pas de lien avec les nazis? moi oui CAR ils eliminaient tout ce que « leur morale » reprouvait. juifs chretiens tziganes,déficients mentaux,handicapés physiques. La race pure quoi. C est ce vers quoi on tend avec les tripatouillages chromosomiques, »homme augmenté »….
        En somme vous etes pour les droits de l homme tant que ce dernier reste bien portant.
        En effet quel modele de société veut on?
        La « necessité d euthanasie est un concept purement economique(moins de frais pour les soins et la dependance du sujet agé,moins de pensions de retraite à distribuer…)
        C est ainsi qu une civilisation finit par crever en permettant de tuer ses enfants à naitre et ses vieux qui coutent trop chers puisque souvent déments et rongés par les maladies…

  4. Bon. Votre commentaire soulève de nombreux points. Excusez-moi si ma réponse est un peu longue.

    « Vous ne voyez toujours pas de lien avec les nazis? moi oui CAR ils eliminaient tout ce que « leur morale » reprouvait. juifs chretiens tziganes,déficients mentaux,handicapés physiques. La race pure quoi. »

    Je vois parfaitement le « lien » avec les Nazis, même si je me suis exprimé de manière à vous faire comprendre que je trouvais l’analogie outrancière. Je connais assez bien cette histoire. Je comprends que cela suscite beaucoup de peur chez les professionnels de santé, car ce sont leurs propres biais cognitifs et moraux qui ont été mis à rude épreuve par de charmantes personnalités comme Ernst Rüdin. Je connais assez bien le concept de « la vie qui ne vaut pas la peine d’être vécu ».

    Ce que vous occultez, c’est que ce programme nazi prend racine dans des considérations médicales. Et ayant été issu d’une famille de médecins, j’ai bien pu constater comment le concept de santé tord les esprits dans tous les sens, et peut ammener à du « nazillonisme soft » que j’ai pu expérimenter personnellement. Ce biais cognitif, médical et sociétal, est effectivement encore présent de nos jours, selon certaines métriques à débattre. Et même les médecins « cathos » ne se rendent pas vraiment compte quand il s’engagent dans la voie de ce que j’appelle le « nazillonisme soft ». C’est d’ailleurs pourquoi je ne fais pas vraiment confiance actuellement ni au corps médical ni à la société pour implémenter raisonnablement des mesures éthiques d’euthanasie. J’espère que mon point est parfaitement clair.

    Néanmoins, le « nazillonisme soft » reste un biais lourd de conséquences dans la société et ne disparaîtra pas simplement parce qu’on ne veut pas le regarder en face. Et malheureusement, des cas comme Vincent Lambert montrent bien que la question n’est pas résolue, car il demeure de véritables problèmes.

    Alors oui, ayant fait mon bonhomme de chemin à ce sujet, il me paraît important qu’à terme, on puisse mettre en place des mesures d’euthanasie humaines, éthiques et rationnelles, où ni l’Etat, ni la Médecine, ni la Famille n’ont le dernier mot. Il est effectivement important de mettre en place tous les garde-fous possibles pour ne pas tomber dans le « piège nazi ». Piège qui est effectivement un travers humain et sociétal qu’il faut regarder en face.

    Vous avez parlé de « morale ». Mais la « morale » est effectivement un concept directeur fondamental qu’on ne peut pas éluder. Surtout si on travaille dans le corps médical. Surtout si on est catho. Je pense par exemple aux travaux de Josef Seifert sur l’éthique médicale.

    Il y a effectivement d’autres conceptions de la morale et de l’éthique que le catholicisme. Je pense par exemple à Peter Singer, Jonathan Glover et dans la catégorie « populaire » Sam Harris. Et c’est trop simple de mettre tous les « scientistes » « dans le même panier ». Il y a des « humanistes » comme Christopher Hitchens qui ont pris des positions éthiques opposées à l’avortement.

    Cela ne change en rien le fait que la morale et l’éthique appliquée ont une épistémologie et constituent une discipline rationnelle. Où on n’a pas le droit de croire ce qu’on a envie de croire simplement parce qu’on en a envie. Et il y a des arguments pour l’euthanasie qu’on ne peut pas ignorer en vitupérant sur un blog. Et encore plus d’arguments pour le suicide assisté.

    Introduction au sujet de la morale et du sens de la vie, pour les lecteurs (en anglais):

    « C est ce vers quoi on tend avec les tripatouillages chromosomiques, »homme augmenté »….
    En somme vous etes pour les droits de l homme tant que ce dernier reste bien portant. »

    Plus compliqué. À terme, l’homme « augmenté » sera un point de passage obligé. On n’y échappera pas. Ce n’est pas la peine de se voiler la face en prétendant que le futur sera autrement que ce qu’il sera. Le déterminisme historique est trop lourd. Il faut donc faire avec et négocier au mieux la transition, et je ne suis absolument pas optimiste sur ce point. Cette situation ne me réjouis donc pas particulièrement.

    Et non, les « droits de l’homme » des mal-portants me sont beaucoup plus chers que ceux des bien-portants. J’ai une opposition, par exemple, aux chirurgies sur les intersexués. J’ai une opposition fondamentale aussi sur les abus de pouvoirs médicaux. Par exemple, ce genre d’horreurs me consterne:

    https://bcombudsperson.ca/sites/default/files/OMB-Committed-to-Change-FINAL-web.pdf

    « En effet quel modele de société veut on? »

    Au moins nous sommes d’accord sur l’importance de la question. C’est un bon point de départ pour une discussion constructive.

    « La « necessité d euthanasie est un concept purement economique(moins de frais pour les soins et la dependance du sujet agé,moins de pensions de retraite à distribuer…) »

    Et il faut absolument que cela ne soit pas cela. Maintenant, il est clair qu’il y a des cas de demandes de suicide assisté où les gens ne veulent pas être un boulet pour leurs proches. Il faut mettre en balance les deux problématiques morales: comment ne pas créer une société où on incite les boulets à se donner la mort? Tout en constatant que, factuellement, parfois ce serait une bonne chose pour eux… Sans non plus nier que la société actuelle incite déjà les boulets à se donner la mort, tous seuls dans leur coin.

    « C est ainsi qu une civilisation finit par crever en permettant de tuer ses enfants à naitre et ses vieux qui coutent trop chers puisque souvent déments et rongés par les maladies… »

    Vos soucis sont légitimes. Mais le débat est plus complexe que cela. Et vous le savez. Parce que vous êtes médecin…

Répondre à C.B. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s