Commerce corporel : comment une jeune femme peut-elle, à Bruxelles, gagner 2000 euros ?

Bonjour

C’est une enquête journalistique édifiante. Signée Sofia Cotsoglou, on la trouve sur le site de la RTBF . Où l’on découvre ce qu’il peut en être de la marchandisation du corps humain au-delà de Quiévrain.

Résumons. En Belgique, la loi du 6 juillet 2007 est formelle : la commercialisation des ovocytes est interdite. « Ce don doit être un acte volontaire, gratuit et altruiste » précise Géraldine Mathieu, professeure de droit et de bioéthique à l’université de Namur. Une indemnisation est néanmoins prévue pour la donneuse. La femme qui recevra ses ovules est autorisée à lui verser un dédommagement. Mais la loi ne fixe aucun montant. « Et c’est là tout le problème » souligne notre consœur.

Pour connaître les autres montants proposés la journaliste décide de se faire passer pour une « candidate donneuse » et appelle plusieurs hôpitaux. « Certains me proposent 500 euros, d’autres 1000 euros ‘’parce que si on ne donne rien, déplore la spécialiste d’une clinique privée, on n’aura personne’’. L’hôpital le plus généreux est incontestablement l’UZ Brussel. Mondialement connu pour ses bons résultats en matière de fertilité [c’est là que fut « inventée » la technique de l’ICSI] il offre à celles qui franchissent le cap la bagatelle de 2000 euros. »

Patientes venues de toute l’Europe

Mais l’enquête ne saurait ignorer « un petit centre de fertilité situé à Dilbeek ». « Géré par un couple de gynécologues, ce centre fournit à lui seul la moitié des ovocytes en Belgique, explique la journaliste. Soit trois cents interventions par an. Les patientes viennent de toute l’Europe pour recevoir l’œuf qui leur permettra d’enfin donner la vie. Alors que dans tous les hôpitaux du pays, il faut attendre entre six mois et deux ans pour trouver une donneuse, le Dr Peter Platteau et son épouse les comptent par centaines. » En échange : 2000 euros. 

« Sylvie (prénom d’emprunt) a déjà fait quatre fois des dons chez le Dr Peter Platteau. Actuellement enceinte de son deuxième enfant, la jeune trentenaire se dit prête à réitérer l’opération. Les 8000 euros qu’elle a déjà empochés ont servi à financer des travaux dans son nouvel appartement. Ses copines, qui sont nombreuses à avoir, comme elle, donné leurs ovocytes, sont ‘’allées en vacances ou ont fait du shopping avec l’argent’’. Considère-t-elle cette somme comme une indemnisation ou une rémunération ? ‘’Peu importe le mot qu’on utilise, répond Sylvie. C’est l’argent qu’on reçoit pour avoir donné nos ovocytes.’’. »

Ces dérives sont rendues possibles à cause de la loi. La loi belge manque cruellement de clarté. Elle laisse aux hôpitaux la liberté de fixer leurs propres règles. Certains flirtent avec les limites légales et s’octroient beaucoup de largesses. Du coup, l’indemnisation vire en rémunération. Et à la fin, c’est l’éthique qui trinque. »

En Espagne le ministère de la Santé a établi un « barème » pour « compensation du désagrément physique » :  « entre 800 et 1000 euros par donation ».  En France, où la loi de bioéthique interdit de tels échanges financiers, seuls les « dons » d’ovocytes sont possibles. Et la pénurie d’ovocytes disponibles est chronique 1. La révision de cette loi (annoncée avant la fin de l’année sinon du quinquennat) conduira à soulever la question de l’indemnisation/défraiement/compensation. Combien seront-ils, alors, à dire non ?

A demain

@jynau

1 Pénurie qui, en pratique conduit à d’étranges contorsions éthiques : « Les médecins français doivent-ils devenir des collecteurs d’ovocytes humains ? » Journalisme et santé publique, 5 juin 2017

3 réflexions sur “Commerce corporel : comment une jeune femme peut-elle, à Bruxelles, gagner 2000 euros ?

  1. Au delà du réel problème éthique (il existe, j’en conviens complètement et ces questionnements sont naturels et doivent être abordés sans détours), il manque un point crucial à cette « enquête » : avoir vraiment fait un don. À minima, il faudrait rencontrer et rapporter des témoignages représentatifs de donneuses : savoir ce qu’elles ont ressenti avec les traitements hormonaux préparatoires, les effets secondaires de ceux-ci, comment s’est déroulé la ponction, là aussi quels ont été les impacts sur leur santé et leur confort. À force de sensationnalisme, on oublie le sens….

    • « À minima, il faudrait rencontrer et rapporter des témoignages représentatifs de donneuses »

      Voui. Faire de l’éthique appliquée à base d’argumentaire moraux depuis son canapé, c’est bof. C’est toujours mieux de se baser sur des données EMPIRIQUES pour évaluer l’étendue du problème éthique. Ou voir si c’est une tempête dans un verre d’eau.

      Extrait d’un papier:

      « The expression “two-way interaction” refers to Jonathan Glover’s idea that there must be a two-way interaction in ethics. Ethical principles guide practice, but practical dilemmas should also challenge one to develop principles as and when it is necessary. As Glover puts it, “ethical beliefs should also be revisable in the light of an empirical understanding of people and what they do” »

      Plus de détails sur les raisonnements éthiques de Glover dans son livre:

      Jonathan Glover Humanity: A Moral History of the Twentieth Century

Répondre à F68.10 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s