Tour de France 2019 : Big Pharma US y hurlera. Aimeriez-vous savoir pourquoi ?

Bonjour

Du 8 au 28 juillet 2019 : le Tour de France cycliste et son indispensable « caravane » : onvoi de véhicules insolites et décorés à caractère publicitaire précédant le passage des coureurs ; distribution d’objets promotionnels et d’échantillons divers et variés dans un déluge sonore. Gros succès populaire.

Avec, cette année la présence de « Du Bruit contre l’Hépatite C» – une  campagne de l’AFEF (Association Française pour L’Étude Du Foie) et de SOS Hépatites.  Une campagne mise en place en octobre 2018 « dans le cadre de l’engagement français d’éliminer l’hépatite C d’ici 2025, soit cinq ans avant la date fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé ». Pitch officiel :

« Du 8 au 28 juillet 2019, elle va sillonner la France au gré des étapes du Tour de France pour aller à la rencontre de la population et la sensibiliser sur les évolutions et les risques de cette maladie quand elle n’est pas traitée. Au fil des kilomètres parcourus, les équipes dédiées informeront les français qu’aujourd’hui on guérit facilement de l’hépatite C et les encourageront à prendre RDV avec leur médecin pour se faire dépister. »

L’intendance suivra : une centaine de bénévoles impliqués sur tout le parcours (médecins, patients, membres des associations portant la campagne) ; deux chars équipés d’un sonomètre et d’un écran digital « qui affiche en temps réel le bruit fait contre l’hépatite C » ; des Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TROD) proposés aux personnes volontaires ; 100 000 « bracelets sécurité » portant le message « Aujourd’hui on guérit de l’hépatite C. Je ne réfléchis plus, je prends rendez-vous avec mon médecin » seront distribués sur le parcours ainsi que 10 000 sonnettes de vélo et 50 000 flyers mégaphone. 

Le coût de tout cela ? Il n’est pas connu. On sait seulement que l’opération est « soutenue » par les laboratoires pharmaceutiques américains AbbVie et Gilead (voir aussi AbbVie et Gilead). Pourquoi ? On peut l’imaginer. Et se demander où sont les chars et les flyers mégaphone de notre Assurance Maladie, elle qui prend silencieusement et intégralement en charge les médicaments efficaces contre l’hépatite C présents sur le marché français.

A demain

@jynau

4 réflexions sur “Tour de France 2019 : Big Pharma US y hurlera. Aimeriez-vous savoir pourquoi ?

  1. Hépatite C : Un article à charge contre #BigPharma se justifie t-il ?
    Vous le savez aussi bien que moi, la lutte contre le #VHC n’a jamais bénéficié de campagnes de l’INVS, ni de Santé Publique France, et ce aujourd’hui, alors que l’objectif d’Agnès Buzyn est une élimination de l’hépatite C pour 2025 et une réduction des nouvelles contaminations de 90%.
    Le combat contre le #VHC n’a jamais bénéficié des moyens mis en oeuvre contre le VIH/Sida en France, alors que près de 25% des personnes porteuses du VIH ont une co-infection VIH/VHC et que Chemsex & Slam n’arrangent pas les choses.
    Pour le dépistage, on ne trouvera pas les plus de 75 000 personnes porteuses du VHC qui vivent sans le savoir, si l’on ne s’en donne pas les moyens.
    Ne vous en déplaise, tant l’AFEF que SOS Hépatites, associations faiblement pourvues, n’ont pas les moyens d’une véritable politique de dépistage. Et oui, le seul moyen d’y parvenir reste un partenariat avec Abbvie & Gilead.
    De la même façon, SAFE propose un dépistage par buvard à domicile avec une contribution des mêmes laboratoires.
    Alors, vous ne connaissez pas le montant de cette campagne ? Moi non plus.
    Le Ministère de la Santé a t-il fait le nécessaire pour qu’une fois dans sa vie, toute personne puisse obtenir un dépistage VHC/VHB ? Oui, le Tour de France est la cible la plus large possible et on ne peut qu’encourager cette initiative. Ce ne sont pas les CSAPA & CAARUD qui apporteront un volume de dépistage conséquent, à la hauteur des objectifs poursuivis.
    Plutôt que d’interpeller sur les montants d’une campagne, vous pourriez aussi interpeller sur les raisons d’une épidémiologie des hépatites au dessous de tout qui ne constitue en aucun cas un levier de pilotage. Pour exemple, le dénombrement des décès encore utilisé date de 2004. Pas plus que l’on connait le niveau de fibrose des personnes dépistées.
    Alors qu’Agnès Buzyn fixe comme objectif une réduction des nouvelles contaminations de 90%, Santé Publique France n’a aucun indicateur en routine et l’on devrait se reporter aux études Coquelicot ! C’est ce qui m’a été recommandé.
    On pourrait aussi s’interroger sur une politique de prévention de la RDR qui devrait multiplier par quatre les budgets de matériels de prévention sur une population d’usagers de drogues avec une prévalence de 40%. Et sur les raisons d’un rapport de l’IGAS toujours pas accessible.
    En France, le ratio est d’une seringue par usager tous les 4 jours pour les injecteurs. Quant au Crackers, il n’existe pas de donnée.
    Alors oui, si l’on fait l’impasse sur tout cela, la RDR ne serait qu’un alibi au profit d’un Test and Treat sans que cela ne pose le moindre problème à personne.
    Pour en finir une bonne fois, faut-il rappeler ou devriez-vous informer que les Hépatites, reconnues par l’OMS au même titre que le paludisme, la tuberculose et le VIH/Sida ne bénéficie pas du Fond Mondial alors qu’elles tuent plus que chacune de ces 3 pandémies ?
    Amicalement.

    • Merci pour votre commentaire. Il me semble que nous visons le même objectif tout en empruntant des voies différentes. A quand la vérité transparente sur les prix ? A quand un char de l’Assurance Maladie sur le Tour de France ?

      • C’est exact, et heureusement, les approches sont multiples. D’accord pour le char de l’Assurance Maladie sur le Tour de France. Je crains que son projet ne sorte des cartons qu’après l’élimination du VHC…
        Cette campagne France entière est une première. Seule capable de contribuer à débusquer les plus de 75 000 personnes à dépister. Ce qui est certain c’est qu’elle n’appartiennent pas au périmètre d’action des CSAPA et des CAARUD.
        A quand un dépistage universel, une fois dans sa vie réclamé depuis plus de 10 ans par Patrick Marcellin que pourrait prescrire le médecin généraliste ?
        L’engagement de Santé Publique France & du Ministère de la Santé que l’on pourrait attendre ne s’exprime malheureusement que par annonces & communiqués.
        Pour rappel, faute d’engagement de la Santé Publique, SOS Hépatites avait fait une campagne au moment des vacances : « Les hépatites tuent plus que les accidents de la route » en partenariat avec un autre laboratoire. Le ton de notre spot Radio nous avait été reproché par la DGS parce que trop institutionnel !

  2. Ah, la caravane du TDF, un mélange de nostalgie et d’interrogation sur son intérêt : tous ces objets publicitaires distribués, que certains s’arrachent, que d’autres jettent sur le bord des routes ou dans les poubelles prévues pour! Mais on fera ici le débat sur le paradoxe de nos engagements pour la planète!
    L’urgence est d’aller vers le grand public, au plus vite, au plus large. Ce n’est pas la mission première du secteur spécialisé en addictologie, Consultation hospitalière, CSAPA ou CAARUD, ont assez à faire avec leur mission de joindre le plus possible celles et ceux qui relèvent de son action.
    La médecine générale, les pharmaciens d’officines, la santé au travail, tous les acteurs du premier recours et ceux de la E-santé sont de plus en plus désignés pour cette rencontre d’un troisième type…avec la santé communautaire et sa capacité à faire autrement, les trod et autres, sur le terrain, les lieux de fêtes, les lieux de vies. Le dépistage hors les murs, intéressant, reste quantitativement anecdotique. A eux de dire ce qu’ils peuvent faire, en plus du reste, à côté du reste.

    D’où la campagne, faire du bruit pour parler d’une épidémie silencieuse, oubliée des campagnes officielles. Et d’où l’idée de joindre une manifestation populaire, médiatisée, etc… Alors ne boudons pas cette mobilisation, nécessaire, sur une maladie que l’on peut maintenant dépister et traiter.
    Ne refusons pas le débat plus que nécessaire sur le prix des traitements, la séquence qui vient de se passer à l’OMS sur la transparence du prix des médicaments est édifiante, et merci à MDM, Aides et MSF, Gaelle Krikorian et d’autres, pour leur action!
    Continuons de défendre l’accès aux génériques, régulièrement bloqué par certains acteurs, moins pressés alors d’assurer l’accessibilité aux soins.
    Comme souvent, on fera avec nos contradictions, chacun essayant de tenir sa place.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s