Invisible, la tension monte dans les services d’urgence des hôpitaux de France

Bonjour

Comment parler d’un grève qui ne se voit pas – d’un mouvement qui, pour autant, met potentiellement en péril des vies humaines ? Une protestation montante que le pouvoir exécutif semble minimiser. « La fièvre monte aux urgences » titre aujourd’hui Le Journal du Dimanche (Anne-Laure Barret et Juliette Demey). Mouvement lancé en mars au sein de l’AP-HP. Prochaine étape, trois mois plus tard : manifestation nationale du 6 juin à Paris.

Comme à chaque fois à l’hôpital, le casse-tête de la « visibilité » confronté aux « assignations » des soignants : affichant être en grève, les grévistes travaillent… Innover ? Cela donne une vidéo venue de Valence et pleine d’humanité : « La Colère dans le Cathéter ». Et puis cette « note interne de la Fédération hospitalière de France datée de mai » que le JDD « s’est procurée » et qui dénonce :

« Une pression forte sur les urgentistes pour assurer la continuité et un fort recours à l’intérieur (…) des situations de quasi-rupture de continuité de service public, avec parfois l’obligation de réduire le nombre de praticiens présents et ainsi de dégrader la prise en charge. »

Virginie (infirmière au CHU de Valence) : « Cet hiver, on a manqué de couvertures, de nourriture, d’adrénaline. A 190 passages par jour au lieu de 130, c’est comme à al boucherie : premier arrivé, premier servi. On devient maltraitant. » Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF- alliée à la CGT) :

« Quand un patient qui doit être hospitalisé ne l’est pas dans l’heure, çà se traduit par une surmortalité de 30% pour les cas les plus graves ; ça va craquer cet été. »

A demain

@jynau

4 réflexions sur “Invisible, la tension monte dans les services d’urgence des hôpitaux de France

  1. La révolte invisible sur les grands médias ne l’est pas sur les réseaux sociaux …et ne pourra guère le rester bien longtemps …Une révolte en concordance chronologique avec le procès historique France Telecom au management similaire à celui gangrénant les hôpitaux publics …

  2. L’invisibilité, ça peut aussi se voir en pleine nuit ..

    < (…) Les forces de l'ordre ont sonné chez des médecins et soignants en pleine nuit, vers 1h du matin, pour leur ordonner d'être aux urgences, en poste, à 7h. Un soignant raconte qu'une infirmière, seule avec ses enfants, a passé sa nuit à s'organiser pour les faire garder. Contacté par France Bleu Besançon, le Dr Eric Loupiac, médecin urgentiste à Lons dénonce la méthode : "Ce sont des méthodes dignes du régime de Vichy, qui rappelle une autre époque." (…)

    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/lons-le-saunier-des-medecins-requisitionnes-par-le-prefet-du-jura-pour-assurer-les-urgences-de-l-1559139282

    • INtéressant ce lien , on y lit :

      « Dans un communiqué, le préfet du Jura et l’Agence régionale de santé appellent les médecins à faire preuve de responsabilité : « La déontologie médicale et le sens des responsabilités des professionnels concernés doivent les conduire à placer l’intérêt des patients au-dessus de tout autre considération. »

      On fait face à la pathologie rondecuiresque de sauteurs façon cabri piallant « yakafokon ».

      Je le vois autrement:

      « Dans un communiqué, le comité Théo Dull de l’ONU et la Cour Européenne de Justice appellent le gouvernement français à faire preuve de responsabilité :
      « La déontologie et le sens des responsabilités des Ministres et Directeurs concernés doivent les conduire à placer l’intérêt des patients au-dessus de tout autre considération. »

      Les gouvernements successifs ont géré le système hospitalier de façon médiocre (on est gentil). On en voit le résultat.

      Il est assez miraculeux que des médecins se dévouent pour « faire l’urgentiste ». Et d’autres pour « faire le généraliste » .
      On les remercie . On devrait, du moins, les remercier d’êtyre là à toute heure pour s’occuper de nous.
      Des spécialités essentielles vont avoir ou ont déjà des difficultés comme les spécialités à gardes hospitalières (obstétrique, réanimation, chirurgie …) .

      Savez-vous que la (piètre) rémunération des gardes (*) ne donne lieu à aucune cotisation sociale et ne compte pas pour la future retraite des médecins ? Ni pour leurs indemnités journalières en cas de maladie ou blessure ? Mais que c’est imposé à la tranche supérieure ?

      (« Qui le dira ? « )

      N’est-il pas héroïque , stoïque en tous cas d’accepter cette injustice dégueulasse (je n’ai pas trouvé d’adjectif plus juste) ?

      Après on s’étonne que des postes de praticiens hospitaliers ne trouvent pas preneur, qu’il faille recourir à des remplaçants en mode survie que l’on traite avec un dédain coupable et témoin d’ignorance et de déni, de « mercenaires » ?

      Pourquoi ne pas traiter la cause ? Traiter les conditions de travail ( à conditions de soins) pour commencer ?

      * travail nocturne supplémentaire , non payé en heures supoplémentaires, à l’heure ou homo sapiens normalement constitué dort en contradiction avec les systèmes viatux de la physiologie hulaine))

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s