Urgentistes grévistes dévoyés : le gouvernement français les assure de toute sa solidarité

Bonjour

La grève des soignants urgentistes est désormais sur toutes les ondes médiatiques. Et le pouvoir exécutif tente de colmater les brèches. Après Agnès Buzyn (et la polémique sur le « dévoiement ») hier sur France Inter, aujourd’hui Sibeth Ndiaye, conseillère en communication et porte-parole (incontrôlable) du gouvernement sur RTL (Elizabeth Martichoux). Entre l’affaire Benalla et la Coupe du monde de football féminin, la grève des urgences. Extraits fournis par la station, à verser au dossier :

« Ce n’est pas une situation qui date d’aujourd’hui. Elle s’est sédimentée parce que des mauvaises décisions ont été prises depuis des années et des années. Moi, je comprends ce que vivent aujourd’hui les urgentistes. (…)  Cette difficulté, la difficulté de leur métier au quotidien, l’engagement qu’ils y mettent, je comprends aujourd’hui ce qu’est leur colère, ce qu’est parfois leur sentiment de désespoir et donc je veux évidemment les assurer de toute la solidarité du Gouvernement. (…) La médecine libérale aujourd’hui n’est pas au rendez-vous, c’est cela que nous devons réorganiser. (…)  Il y a des règles sur l’utilisation d’un arrêt maladie et un arrêt maladie ce n’est pas un moyen de faire une grève .(…)  La ministre de la Santé est disponible pour écouter et recevoir, elle l’a fait, elle continuera à le faire. »

Sur l’affaire Benalla [la journaliste Sophie Coignard revient, dans le livre « Benalla, la vraie histoire. Un intrus au cœur du pouvoir » (Editions de l’Observatoire), sur l’épisode de la Contrescarpe et sur les relations entre Alexandre Benalla et l’entourage du Président. Alexandre Benalla voulait une médaille après les événements du 1er mai]

« Evidemment que c’est choquant. Quand vous travaillez à la Présidence de la République, vous êtes quelque part l’incarnation de ce qu’est à la fois l’institution, la Présidence de la République, mais aussi une vitrine de ce qu’est le Président de la République. »

Sur la Coupe du monde de football féminin :

« Je suis fan de l’idée qu’un sport féminin ait pu émerger comme le football féminin est en train d’émerger en ce moment. Par solidarité féminine et parce que je suis profondément convaincue de l’impératif d’égalité entre les hommes et les femmes, j’irai les soutenir et je mettrai toute la panoplie du supporter. »

A demain

@jynau

Une réflexion sur “Urgentistes grévistes dévoyés : le gouvernement français les assure de toute sa solidarité

  1. Bonjour,

    Bien entendu, ce post est à prendre au très lointain degré, et juste pour s’amuser (?!) de ce bien chargé mot ‘dévoyer’ …

    Pour ses synonymes, l’on se souviendra assez :
    Livrer, déshonorer, détourner, entériner, tarer, pourrir, dépraver, prostituer, gangrèner, perdre, égarer, dévergonder, dégrader, débaucher , avilir, pervertir, flétrir, vicier, … … … en toutes ‘solidaritassiduités ‘?

    Des paroles en des voyez, de ‘Dangerzone ‘de Gentleman : « (…) Sit down ina dem tower and champagne spilling
    A who dem want devoyer (!!!!!!) oh what a sin ting (…) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s