Maladie de Lyme: ce qu’elle nous dit de la rupture entre les médecins et leurs malades

Bonjour

Qui dira la puissance révélatrice de certaines bactéries pathogènes transmises par les tiques ? Ces germes mettent à mal le socle central sur lequel la médecine occidentale officielle s’est construite et fortifiée: pour les médecins, face à leur patientèle, de percevoir les signes, de porter un diagnostic et enfin de prescrire un traitement. Un socle omniprésent dans les amphithéâtres et les questions d’internat

Il y a peu, tout s’emballa : le corps médical prit conscience que cela ne suffisait plus –trop de failles, trop d’erreurs, quelques scandales. Vint alors, complétant scientifiquement l’ensemble, le concept de la médecine basée sur les faits/preuves (ou evidence-based medicine). En d’autres termes, «l’utilisation consciencieuse, explicite et judicieuse des meilleures données disponibles pour la prise de décisions concernant les soins à prodiguer à chaque patient». Ce fut là un progrès indéniable. Pour autant on observe des espaces croissants où l’incertitude demeure, des cas où les symptômes fluctuent, le diagnostic se discute, le traitement fait polémique. L’étrange est là, sous-jacent, qui vient défier la raison et la science. Ainsi avec Lyme …. Lire la suite sur Slate.fr

A demain @jynau

2 réflexions sur “Maladie de Lyme: ce qu’elle nous dit de la rupture entre les médecins et leurs malades

  1. « L’étrange est là, sous-jacent, qui vient défier la raison et la science. »

    L’étrange ne défie absolument pas la raison et la science. C’est la raison d’être de la raison et la science!

  2. – attention, propos caricaturaux –
    La maladie de Lyme semble à mes yeux une excellente piqûre (!) de rappel sur le thème: « la nature n’est pas nécessairement votre pote et l’humain européen n’est pas un être invincible ».
    Je vis dans une grande ville où les gens gardent leur chaussures de ville quand il y a du verglas, où on s’arrose d’insecticide pour pouvoir garder les fenêtres ouvertes sans pour autant souffrir des moustiques, où on utilise la clim’ en été pour pouvoir travailler en costume et le chauffage en hiver plutôt que de porter un pull.

    La maladie de Lyme se transmet par ces saletés de tiques. Eviter les tiques c’est d’abord leur empêcher de s’accrocher: si on va dans les hautes herbes on porte un pantalon long et chaussures de marche bien fermées. On porte un chapeau en forêt pour éviter qu’elles nous piquent sur le crâne (et on prend 1L d’eau/personne pour éviter de tomber dans les pommes avec la chaleur). Bonus, on se met une bonne dose de répulsif à insecte. Et en fin de journée on « s’épouille » et on épouille soigneusement ses proches. Et le chien.

    Le fichu réchauffement climatique auquel on ne coupera pas va nous amener des tas d’espèces sympathiques genre moustique tigre. Qui sont d’excellents vecteurs de parasites qui ne vivaient pas sous nos contrées, froid de l’hiver aidant. Les résistances aux médicaments apparaissant rapidement, va falloir songer à vite réapprendre les méthodes mécaniques pour éviter ces ennuis si on ne veut pas redécouvrir les plaisirs du palu ou de la dengue. Et autres dracunculose.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s