Politique et cigarette électronique : les rideaux de fumée tabagiques vont-ils bientôt se lever ?

Bonjour

Il faudra bien, un jour prochain, que le gouvernement s’explique sur ce chiffre officiellement proclamé : « 1,6 million de fumeurs en moins » ; une approximation plus politique que scientifiquement démontrée. Il ne s’agit ici qu’une extrapolation à partir de données issues du « Baromètre de Santé publique France » – données provenant d’une simple « enquête aléatoire téléphonique » réalisée entre janvier et juillet 2018 auprès de 9 074 adultes âgés de 18 à 75 ans résidant en France métropolitaine.

« Ce ne sont pas 1,6 million de personnes qui ont arrêté le tabac entre 2016 et 2018, comme l’avaient annoncé plusieurs médias en mars, observait fort justement, il y a peu, Le Monde (François Béguin). Pour marquer les esprits, le chiffre mis en avant par l’agence publique prend en compte à la fois ceux qui ont arrêté de fumer et la « réduction du nombre de jeunes qui entrent dans le tabagisme », sans qu’il ne soit possible de les différencier. » Un artifice politique de calcul, en somme. D’autant plus efficace qu’il est, depuis, repris à l’envi par nombre de médias généralistes peu soucieux de « vérifier leurs sources ».

Mais tout espoir n’est pas perdu de s’approcher de la vérité vraie. Et ce, paradoxe, grâce aux mesures d’urgence décidées par le gouvernement au plus fort de la crise des Gilets Jaunes – mesures qui expliquent pour partie le fait que, contrairement aux prévisions officielles, la Sécurité sociale reste en déficit cette année (-4,4 milliards d’euros). L’avancement du calendrier d’exonération des heures supplémentaires et la baisse de la CSG pour certains retraités, vont en effet coûter respectivement 1,2 et 1,5 milliard d’euros à la sphère sociale dès cette année.

Suggestion au médecin-député

C’est dans ce contexte que le Dr Olivier Véran, neurologue, député macroniste (Isère) et rapporteur du budget de la Sécurité sociale va lancer une série d’auditions. Et parmi les sujets majeurs qui seront évoqué on retrouvera celui du tabac. Les Echos (Solveig Godeluck) nous aident ici fort opportunément à y voir plus clair.

« Nous avons choisi quatre thématiques, santé publique, organisation des soins, pouvoir d’achat-solidarité et financement de la Sécurité sociale, explique-t-il. Nous allons auditionner les directeurs des principales administrations centrales, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et sa secrétaire d’Etat, Christelle Dubos. » Un exemple ?

« Avec la hausse de la fiscalité du tabac, on a eu un effondrement des ventes. Nous voulons savoir si la contrebande a augmenté, si les gens arrêtent réellement de fumer, et connaître l’impact de cette mesure sur les finances de l’Etat. Même chose pour la taxe soda que j’ai initiée. » Si l’on pouvait, on suggérerait volontiers au député-médecin Véran de tout mettre en oeuvre pour obtenir d’Agnès Buzyn qu’elle s’explique (enfin) sur les raisons profondes de son invraisemblable et récurrent déni des vertus de la cigarette électronique dans une politique pragmatique de la réduction des risques tabagiques. 

A demain @jynau

Une réflexion sur “Politique et cigarette électronique : les rideaux de fumée tabagiques vont-ils bientôt se lever ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s