Homéopathie française vilipendée : pourquoi n’enseigne-t-on pas l’astrologie à l’Université ?

Bonjour

Plus Agnès Buzyn tardera, plus l’incendie anti-rationaliste gagnera.  Plus le gouvernement atermoiera, plus les esprits s’échaufferont. Un nouveau stade a déjà été franchi : on ne parle plus seulement du déremboursement des spécialités homéopathiques mais bien de l’enseignement de cette pratique ; un exercice médical voué aux gémonies – traîné dans la boue par les esprits rationalistes ne voyant là, au mieux, qu’un effet placebo induit par de l’eau diluée dans de l’eau.

Objectif, donc, des « anti » : bouter l’enseignement homéopathique hors des amphithéâtres médicaux – le chasser hors de l’Université. Et certains médecins généralistes ne sont pas les derniers. Vendredi 5 juillet  le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) a pris officiellement position. Il l’a fait dans une lettre adressée non pas à Agnès Buzyn, mais à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Frédérique Vidal.

Le Pr. Vincent Renard, président du CNGE, rappelle tout d’abord que  des enseignements d’homéopathie existent « encore » (sic)  dans la moitié des facultés de médecine en France et dans de nombreuses facultés de pharmacie.

« La Haute Autorité de Santé a rendu l’avis qui était attendu quant au déremboursement, tellement la situation est claire au plan scientifique. Cet avis corrobore l’avis de la communauté scientifique nationale et internationale, le point ayant été très bien résumé dans l’article de référence de la revue francophone de médecine générale 1 écrit-il. Au-delà même de cet avis, l’absence de tout modèle théorique sur lequel pourrait reposer l’homéopathie, invention datant du 18e siècle, l’absurdité des contenus de la ‘’médecine homéopathique’’, des indications comme des thérapeutiques, devrait imposer de protéger les étudiants contre ces déviances pseudo scientifiques. »

« On ne peut pas à la fois recommander à ces derniers des contenus fondés sur les données de la science, imposer qu’ils soient formés à la lecture critique, et en même temps leur proposer des enseignements véhiculant des aberrations grossières aux antipodes de la démarche scientifique. Une enquête sur les contenus de ces enseignements délivrés dans les murs des facultés serait la bienvenue car elle aurait des conclusions accablantes si jamais elle était conduite 2.

Les médecins généralistes universitaires sont très attachés à ce qu’il n’y ait plus de place pour l’homéopathie à l’université. Ce type de pratique nuit principalement à la médecine générale en détournant de jeunes médecins des bonnes pratiques et en véhiculant une image archaïque de la discipline. La responsabilité de l’université est également de ne pas encourager les patients dans de fausses croyances qu’il convient de discuter avec empathie sans les accréditer ; nous rappelons ici qu’un des produits homéopathiques les plus vendus est un pseudo vaccin contre la grippe détournant les patients des thérapeutiques efficaces.

La moitié des facultés de médecine propose encore des diplômes universitaires d’homéopathie ainsi que certaines facultés de pharmacie. Nous en demandons donc la suppression car il serait aujourd’hui coupable de continuer à délivrer ce type d’enseignement par l’Université, voire de délivrer des diplômes universitaires. Avec pour objectifs l’intérêt de l’Université, celui des patients comme celui des étudiants, nous comptons sur votre action. »

Agnès Buzyn n’a que trop tardé

Dans le camp adverse on s’active. « Il est important que l’homéopathie soit prescrite par des médecins et que son enseignement continue à être délivré dans un cadre universitaire », assurait, mi-juin, Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français, lors de la présentation d’un « livre blanc » de l’homéopathie. Mieux encore les firmes (Boiron, Lehning et Weleda) associées aux organisations d’homéopathes, ce document préconise d’intégrer dans la formation des médecins, notamment généralistes, « un module d’enseignement sur les médecines complémentaires, dont l’homéopathie ».

Aujourd’hui cet enseignement n’est qu’optionnel et fait l’objet de diplômes universitaires (DU) ou interuniversitaires, (DIU).  Certaines y ont toutefois renoncé et l’AFP a mené l’enquête. En septembre dernier, la fac de Lille avait suspendu le sien dans l’attente de l’avis de la HAS, et celle d’Angers l’avait carrément supprimé. Depuis, Lille a décidé d’abandonner définitivement cette formation de deux ans. Pour sa part l’université François-Rabelais de Tours a décidé de fermer la première année du DIU homéopathie. Mais la seconde année est « encore maintenue » pour « permettre aux étudiants de terminer leur cursus ». Tours proposait jusqu’ici ce DIU conjointement avec Poitiers… Que fera Poitiers ? A Bordeaux, l’homéopathie n’est plus enseignée depuis 2009.

A l’opposé d’autres facultés s’accrochent bec et ongles à leur diplôme d’homéopathie. Lyon-I qui propose un DIU en partenariat avec Brest et Reims, n’envisage pas sa fermeture « sans une demande officielle de la part de la Conférence des doyens ou du ministère ». « Les soins par l’homéopathie sont une réalité en France, il est donc du ressort de l’université de pouvoir accompagner des formations qui sinon seraient faites à l’extérieur sans aucun contrôle », fait valoir la faculté lyonnaise, voisine des puissants laboratoires Boiron. L’université de Strasbourg a déjà fait savoir qu’elle n’entendait pas mettre fin à son DU. Quant à Paris-XIII, elle, « attend une concertation entre tous les doyens de médecine pour une éventuelle prise de décision commune ».

Or les représentants des doyens des facultés de médecine et de pharmacie ont récemment jugé que l’homéopathie devait pouvoir continuer à être enseignée… Où l’on comprend que la rationalité n’est pas toujours, en France, la chose la mieux partagée au sein de l’Université.

Joint par Le Quotidien du Médecin le Pr Vincent Renard accuse :  « La Conférence des doyens préfère que ces enseignements se passent au sein de l’université que dehors. C’est une très mauvaise stratégie. C’est comme si on intégrait les enseignements de l’astrologie à ceux de l’astronomie ».

Voilà un bon sujet pour cet été : pourquoi n’enseigne-t-on pas l’astrologie à l’Université ? Pour l’heure le gouvernement soupèse l’affaire du déremboursement avec ses trébuchets :  Sibeth Daye, porte-parole tonitruante a expliqué sur RMC-BFMTV que la décision finale dépendait d’une « balance » entre les « considérations scientifiques et les conséquences sur l’emploi ». Aussitôt contredite, sur RTL, par Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics. Agnès Buzyn n’a que trop tardé, l’incendie a gagné. Qui osera jouer les pompiers ?

A demain @jynau

1 Denis Pouchain, Gérard Le Roux, Vincent Renard, Rémy Boussageon, et le Conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants « Approches théorique, scientifique et réglementaire de l’homéopathie ». exercer 2018 ; 148 : 460-4.

2 Précisément: pourquoi cette enquête n’a-t-elle jamais été menée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ?

4 réflexions sur “Homéopathie française vilipendée : pourquoi n’enseigne-t-on pas l’astrologie à l’Université ?

  1. Bonjour Mr le Dr Nau, et à ceux qui suivent,

    Mercis pour la publication.

    < Où l’on comprend que la rationalité n’est pas toujours, en France, la chose la mieux partagée au sein de l’Université. …

    Mmh … C’est rien de le dire .. . et par bonne, bien trop bonnes cruelles expériences, tout autant en milieux post universitaires … Bac plus combien, déjà ??? Et FMC obligatoires de surcroit … un jour, peut-être, ‘on’ vous en dira tant ¡ !

    L’heure est on ne peut plus grâve , pour ceux qui savent prendre un peu de recul, aux lumières de la longue histoire de l’homoeopathie .

    ‘Tyrann-assûre Motion®’, que ces manœuvres universitaires, trop bien lisibles … là où … « Regarde comment ils font … tu trouveras comment ils pensent . »… qu’est un très ancien proverbe de l’ATLAS, n’est-ce pas …

    ‘Tirs à nient’, là où les Consciences ne sont pas déçues … ¡ !

    Certains, sûrs, … affranchis des Hauts d’Eux, ne sont pas prêts à vouloir entendre le ‘rire des papillons ‘.
    Pas prêts non plus, à savoir entendre qu’ils en savent si peu, comme du reste, beaucoup d’autres, qui ne savent qu’assez, qu’ils ont encore tant à apprendre …

    À l’en Vie, donc … de 1163 souches de remèdes homoeopathiques, à l’O2 déblayées … reléguées , d’un plat décousu … exit et … pour de bon, les raisonnements dépassionnés, à poser d’une AQUA si lisse ???

    C’est donc dit, le « scientifique accrédité » , sera selon ‘label d’injonction®’, … passé zéro, et gobe à mouches … BRAVOS !!!

    Ainsi, les actions ‘Obliga-terres’ à quelques Milliards, le valent assez.
    Puis, finalement, effectivement, le dit PLACEBO, n’étant que l’apéro …

    Aux jeux de l’ÉGO : 1835, première condamnation de l’homoeopathie par l’Académie de Paris. Pour la deuxième, rappelez nous, … chers collégiens en tant qu’un … hein , c’étant quand déjà plus ???

    En avant donc, aux grands jeux de la 6ème Extinction de masse, Van Gogh, en cette fois, vous saluera bien …

    En respects.

  2. Merci pour cette publication. Il devient en effet urgent qu’Agnes Buzin tienne parole et tienne compte de l’avis de la HAS , qui peut difficilement être remis en cause,concernant l’inefficacité des granules homéopathiques. Les atermoiements ne font que souligner à quel point les lobbies dirigent les décisions politiques, ce qui est vraiment navrant. Concernant l’enseignement, il devient difficile d’approuver la délivrance d’un diplôme donnant lieu à une mention sur les plaques et ordonnances des médecins qualifiés « homéopathes » si on a démontré que leur pratique thérapeutique était basé sur du vent voire sur une escroquerie scientifique. Mention qui donne souvent droit à des dépassement d’honoraire qui oublient parfois d’être appliqués avec tact et mesure. Les DU rapportent beaucoup d’argent aux facultés et il existe de ce fait un lien d’intérêt supplémentaire empêchant de les arrêter, au delà d’accointance avec un labo partenaire. Pourtant pourquoi permettre de former des professionnels à ne pas exercer une pratique? Cela n’a aucun sens. Donnons plutôt sa place à une formation d’excellence des futurs médecins généralistes, médecins de premiers recours, en valorisant au delà de l’érudition l’approche globale, l’écoute active, l’empathie, la communication pour en faire des médecins humains et efficaces, n’ayant pas besoin de perlimpimpin pour asseoir leur pratique. Cela nécessite du temps, du travail, de la réflexivité sur sa pratique , de la rétroaction, alors que la formation des MG reste la plus courte et la plus délaissée en terme de ratio enseignants/ enseigné. Encore faudra t il que nos tutelles aient envie de faire des MG autres chose que des agents de santé pour parer au plus pressé.

  3. L’homéopathie est depuis le début la production délirante d’une paranoïa. Sa théorie hyper cohérente et invérifiable a tous les caractères de cette pathologie, et en a aussi toute la séduction, voire la poésie, d’où le succès de cette médecine aussi douce qu’inefficace. Il est grand temps de débarasser offficiellement la médecine de cette pseudo-science, qui n’a servi qu’à leurrer et laisser dans une séduisante ignorance les patients désespérés des insuffisances de la médecine, disons « normale », celle qui marche un peu, qui guérit parfois, soulage souvent, ne console pas toujours. Et se trompe aussi, évolue, grandit, fait des choix, pas toujours bons, agir c’est choisir, choisir c’est risquer de se tromper. Quest-ce donc qui milite pour l’homéopathie, si ce n’est pas la science?
    – L’argument des patients qui en redemandent est pitoyable: il s’agit de cautionner l’ignorance et la crédulité, et de couvrir les erreurs de médecins bien peu scientifiques et qui se pensent plus humains que les autres. Or seule l’efficacité est humaine en médecine, et cela comprend les dimensions de compassion, d’écoute, d’une forme d’amour finalement, qui n’est en rien incompatible avec la médecine scientifique, dite « allopathique ». Allopathie, mot inventé par les homéopathes pour ne pas dire médecine normale, médecine scientifique, médecine efficace… Et puis il doit bien y avoir un certain nombre de véritable charlatans, qui ont bien compris que vendre de l’espoir sans rien risquer est une très bonne affaire…
    – L’argument des pauvres travailleurs des laboratoires fabricants d’homéopathie, qui risquent de se retrouver au chômage, est pitoyable et révoltant. Le travail est fait pour améliorer notre sort, pas pour nous leurrer de faux espoirs. Le regrettable Dr Servier, en son temps, avait l’habitude de menacer de fermer une usine et de licencier chaque fois qu’il était question de ne pas autoriser un de ses médicaments, ou de mal le rembourser. C’était bien connu dans le milieu pharmaceutique. On a vu où cela menait avec le désastre du Mediator. Certes l’homéopathie n’est pas plus toxique que le sucre qui lui sert d’excipient principal, et la comparaison peut choquer. A ceci près que de diriger des patients vers des soins inefficaces, ou d’instiller en eux le doute quand aux traitements efficaces, même imparfaits, constitue une perte de chances. Les chevaliers de l’homéopathie ne sont donc pas si blancs que cela… Y compris les raisonneurs politiques comme l’ex minstre de la santé Bertrand.
    Conclusion: il est grand temps de faire le ménage! j’attends cela depuis environ 45 ans. Je vieiilis, et ce n’est même pas commencé… S’il vous plaît…

  4. Si j’ai bien compris, les rares universités françaises qui avaient une formation en homéopathie cessent ces enseignements. Mais apparemment, à l’étranger, des universités ouvrent de tels enseignements. Donc les Français qui en ont les moyens (mais seulement eux) pourront continuer à se faire suivre par des homéopathes à l’étranger … Les Français au pouvoir d’achat limité n’ont plus qu’à espérer que dans leur désert médical vienne s’installer un homéopathe étranger. Vu la pénurie de médecins dans bien de nos « territoires », c’est jouable. Avis aux maires qui envisagent de subventionner la création d’un « centre médical »?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s