Greta Thunberg et le syndrome d’Asperger, ou les politiques aux frontières du pathologique

Bonjour

C’est fait. Mardi 23 juillet, dans un Paris ici climatisé mais frôlant généralement les 40°C, la militante écologiste suédoise atypique Greta Thunberg, 16 ans, a exhorté les députés français à agir. C’était lors d’un débat organisé dans une belle salle de l’Assemblée nationale, par le « collectif transpartisan » pour le climat « Accélérons » :

 « Elle a choisi l’ironie pour répondre aux attaques : ‘’Vous n’êtes pas obligés de nous écouter, nous ne sommes que des enfants après tout… ‘’ », rapporte l’AFP. Mais était-ce bien de l’ironie ? On eut le dire autrement : manie-t-on l’ironie quand on a seize ans, que l’on parle en anglais devant des députés français et que l’on est présenté comme « un Asperger » (variante : « adolescente souffrant/présentant un syndrome d’Asperger ») 1. 2.

Greta Thunberg, Asperger et/ou « gourou apocalyptique » : « Mais vous devez écouter la science. C’est tout ce que nous demandons : unissez-vous derrière la science. » Et de renvoyer à la lecture du dernier rapport alarmant du groupe d’experts de l’ONU sur le climat (GIEC). « C’est presque comme si vous ne saviez pas que ces chiffres existent, comme si vous n’aviez pas lu le dernier rapport du GIEC dont dépend l’avenir de notre civilisation ». Et, dit l’AFP, de tacler :

« Ou peut-être simplement que vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même cette charge, vous nous la laissez à nous, les enfants (…) Nous sommes devenus les méchants qui devons dire aux gens des choses pas faciles, parce que personne ne veut le faire ou n’ose. Et pour cela, nous recevons un déferlement de haine et de menaces. Des députés et journalistes se moquent de nous et mentent à notre sujet ».

Où l’on retrouvera, à quelques siècles de distance, des échos d’une voix de l’au-delà entendue en Lorraine et à Chinon, Orléans et Rouen.

Raison garder ? « Soyons clairs : Greta Thunberg n’est pas une théoricienne, ni une scientifique, ni une héroïne, ni même à la tête d’un mouvement politique, éditorialise Le Monde. Le simplisme de son discours alarmiste a de quoi irriter les adeptes de la subtilité les plus ouverts. Chaperonnée par des parents artistes, elle maîtrise tous les codes de la communication moderne, du message vidéo TedTalk au petit détour par le Forum économique de Davos, où elle a morigéné les PDG venus polluer la montagne magique de leurs hélicoptères, elle qui prend le temps de ne voyager qu’en train. »

Pourquoi désespérer des scientifiques et des journalistes ?

Et Le Monde de faire, comme nous tous, un constat : Greta Thunberg est devenue, depuis bientôt un an, en lançant son opération de grève scolaire « Vendredis pour le futur » : un symbole.

« Par son message ‘’Vous me volez mon avenir’’, elle incarne la mobilisation spontanée d’une génération qui réalise que la planète dont elle hérite est menacée par un mode de vie, de production et de consommation incompatible avec la croissance démographique. »

Désespérer de la science et des médias ? Pourquoi ? « Depuis maintenant de longues années, chercheurs, institutions spécialisées et médias alertent sur les dangers du changement climatique, rappelle encore fort justement Le Monde. Progressivement, le front des climatosceptiques s’est effondré, leurs arguments sont devenus inaudibles face à l’évidence. Les habitants des pays développés ont commencé à modifier leurs comportements, la transition énergétique est devenue un enjeu économique majeur, le climat un domaine de la diplomatie. »

« A cette prise de conscience profonde, mais graduelle, le symbole Greta Thunberg a ajouté l’urgence médiatique et la dimension générationnelle. Il faut être politiquement aveugle – et l’état de notre débat public montre que nombre de nos élus le sont encore – pour ne pas comprendre que la protection de l’environnement est aujourd’hui un ressort fondamental dans l’électorat. Parce que cette préoccupation transcende les clivages traditionnels, son expression politique n’est pas encore aboutie ; mais la mobilisation citoyenne est réelle, comme l’ont prouvé les importantes manifestations de jeunes, au printemps, à travers l’Europe et la montée du vote vert, tout particulièrement au sein de la jeunesse, aux dernières élections au Parlement européen. »

« Pour toutes ces raisons, conclut l’éditorial du dernier quotidien vespéral de la capitale, on aurait tort de mépriser Greta Thunberg ».

Mépriser ? Pour être fort le verbe n’a rien, ici, de vraiment déplacé. C’est ainsi qu’émerge, ici et là, dans la jungle des réseaux sociaux, des propos injustifiables. Un discours condamnable qui, aux confins de la peur et de la haine, se sert de « l’autisme » affiché par Greta Thunberg pour disqualifier ses propos et son engagement politique.

A demain @jynau

1 Sur ce thème : « Les enfants d’Asperger Le dossier noir des origines de l’autisme » Edith Scheffer Préface : Josef Schovanec, traduction (anglais) : Tilman Chazal. (Editions Flammarion)

2 Egalement sur ce thème l’ouvrage dérangeant de Hugo Horiot, comédien, écrivain et autiste consacré à l’intelligence des autistes : « Autisme: j’accuse ! » (Editions de l’Iconoclaste).

Une réflexion sur “Greta Thunberg et le syndrome d’Asperger, ou les politiques aux frontières du pathologique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s