E-cigarettes : à San Francisco, on a pulvérisé le degré zéro de la réduction des risques

Bonjour

Le conseil municipal de San Francisco a interdit récemment la vente (en ligne ou pas) de cigarettes électroniques sur le territoire de la commune (un peu moins de 900 000 habitants). Une mesure qui devrait entrer en vigueur début 2020. « Nous avons passé les années 90 à lutter contre le tabagisme, et maintenant nous voyons sa nouvelle forme via les e-cigarettes » dénoncent les édiles. Ils visent aussi directement le jeune géant de l’e-cigarette Juul Labs, dont le siège est à San Francisco.

« Pourquoi la ville serait-elle à l’aise avec le fait que des cigarettes combustibles soient sur les étagères alors que nous savons qu’elles tuent plus de 480 000 Américains par an, interroge Jull Labs dans un communiqué. Ils essaient de fermer une entreprise qui opère pacifiquement dans leur ville (…) Pendant ce temps, vous pouvez vous promener dans les rues de San Francisco – si vous ne marchez pas dans des excréments humains – et passer à côté de gens munis de diverses aiguilles suspendues. San Francisco pourrait avoir de plus grandes priorités. »

Et le site des buralistes français nous apprend qu’une pétition contre l’initiative des édiles vient d’être déclarée recevable par le département des élections et consultations de la ville – une pétition placée sous l’égide de la « Coalition for Reasonable Vaping Regulations » (créée par Juul) qui a recueilli un peu plus du double des 9 400 signatures nécessaires pour que son texte soit examiné par le conseil municipal. Une forme de RIC à l’américaine.

Stupidité au zénith

« On prête à Juul l’intention d’investir 1,5 million de dollars dans cette campagne d’opinion, ajoute le site. Les autres acteurs du vapotage ou des produits de nouvelle génération se faisant discrets jusqu’à maintenant. Ce qui donne cette impression surprenante de ‘’ San Francisco contre Juul ‘ ».

« Juul va encore s’acharner à adresser délibérément des messages tronqués aux résidents de San Francisco, dénonce le City Supervisor Shaman Walton. Mais je sais que nos concitoyens vont y voir clair dans leur propagande et se rendre compte que leur initiative se réduit à proposer une réglementation qui est déjà en vigueur ! »

Pour l’économiste Ted Egan l’interdiction municipale frappant les e-cigarettes va provoquer « un effet report » sur les produits du tabac traditionnel qui, pour leur part, resteront autorisés à la vente. Ted Egan a lancé, avec des collègues, une étude pour évaluer les effets de cet effet report. « Avec ou sans étude d’économiste, toute personne douée d’un minimum de bon sens se doute que le fait d’interdire la vente de l’outil le plus utilisé pour arrêter de fumer va avoir inévitablement avoir des conséquences positives sur le nombre de cigarettes fumées » souligne, pour sa part, Gregory Conley, président de l’American Vaping Association.

Et pour finir Michel Siegel, professeur à la Boston University’ s School of Public Health : « Je n’ai jamais vu de mesure de santé publique aussi stupide ».

A demain @jynau

Une réflexion sur “E-cigarettes : à San Francisco, on a pulvérisé le degré zéro de la réduction des risques

  1. Le médecin-journaliste pourrait aussi traiter le dossier du dopage dans le cyclisme après le Tour de France. Le dopage a disparu, le peloton est propre. Les performances sont égales ou supérieures à celles du temps du dopage avec seulement des compléments alimentaires ( cétones) Cherchez l’erreur !A moins qu’un miracle …

    Bien à toi!

    Jean-Paul Carlat

    >

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s