Osez, malades de l’alcool, dire votre vérité sur le Baclofène à la Haute Autorité de Santé !

Bonjour

En marge de la polémique politique sur les « stades alcoolisés ». Glané sur Twitter :

« Contribuez. Nous évaluons le #médicament Baclocur. Traitement pour réduire la consommation d’#alcool cez les patients adultes ayant une dépendance et une consommation d’alcool à risque élevé. Contribuer à l’évaluation des médicaments ».  

Contribuer ? On se souvient peut-être. Une bien longue histoire que celle du Baclocur®/baclofène, dans la prise en charge des personnes devenues dépendante à l’alcool.  autorisé à la commercialisation (après mille et un atermoiements) depuis la fin 2018 :

« Baclocur® est indiqué dans la réduction de la consommation d’alcool, en complément d’un suivi psychosocial, après échec des autres traitements, chez l’adulte ; prescription par tout médecin ; augmentation progressive des doses pour arriver une posologie optimale adaptée à chaque patient, correspondant à la dose la plus faible, pour une bonne réponse thérapeutique et une tolérance acceptable ; posologie maximale de 80 mg/jour. »

« Un suivi renforcé de la spécialité Baclocur®  est prévu dès sa commercialisation, précisait d’entrée de jeu l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Sur la base de cette surveillance et de l’évolution des données scientifiques disponibles, l’ANSM pourra être amenée à réviser les conditions d’utilisation du baclofène dans cette indication. »

Inacceptable « stades alcoolisés »

Des restrictions de dose jugées inacceptables par de nombreux défenseurs de la molécule. Une menace à peine voilée. Et puis, aujourd’hui, cet appel lancé : contribuer à évaluer le Baclocur®/baclofène :

« Associations de patients et d’usagers, la HAS vous invite à vous exprimer sur la façon dont les patients vivent leurs maladies, leurs traitements actuels et également sur les attentes suscitées par le traitement en cours d’évaluation. Vous contribuerez ainsi à éclairer la Commission de la transparence (CT) pour les médicaments, et le cas échéant, la Commission d’évaluation économique et de santé publique (CEESP) si le médicament fait l’objet d’un avis d’efficience. »

Interrogé au beau milieu de l’été le service de presse de la HAS explique que cet appel a été lancé le 3 mai dernier. Il s’achèvera le 15 septembre prochain. Le recrutement des volontaires ? « Il se fait via Twitter ». Combien de réponses atttendues ? « Le maximum ». De nombreux médicaments ont déjà fait l’objet d’une telle démarche. Et de nombreux autres font l’objet de cett approche. Mais aucun n’est aussi célèbre que le baclofène.

Quel éclairage pour la Comission de la transparence ? Quelles hypothétiques conséquences pour la Commission d’évaluation économique et de santé publique ? Nul ne sait. Comme nul ne sait, aujourd’hui, quel est le nombre de prescripteurs et celui de personnes « sous Baclocur® ».

Les passions médiatiques semblent s’être détachées de ce dossier qui en connut tant. Pour l’heure on ne manquera pas de noter à quel point cette nouvelle sollicitude de la HAS est aux antipodes de l’attitude adoptée (durant de très longues années) par l’ANSM vis-à-vis du baclofène et de ses défenseurs. On peut y voir un progrès. A la différence de la promotion politique des « stades alcoolisés »

A demain @jynau

4 réflexions sur “Osez, malades de l’alcool, dire votre vérité sur le Baclofène à la Haute Autorité de Santé !

  1. RTU, 2 comités scientifiques temporaires, 1 commission ad hoc et au final une AMM avec des études cliniques plutôt favorables au maintien de l’abstinence et une étude pivot française sur la diminution de consommation impubliable … espérons surtout que la HAS aura autant de bienveillance pour les patients concernés qu’en a eu l’ANSM.

  2. Et en avant pour une science au rabais.
    Une collection de cas cliniques (en clair on peu, avec tout le respect du monde pour les malades, dire anecdotes) ne fait pas une étude en double aveugle avec tirage au sort bien ficelée.
    Pourquoi n’avons nous pas cette belle étude bien ficelée ?
    Ce n’est pas un « problème majeur de santé publique » ?

    • Je n’avaIs pas vu que le Baclocur était sur le marché. Je ne le vois pas dans mes données médicaments.
      JYN aurait pris un coup de soleil ?
      Évidemment l’alcool n’a rien à faire dans les stades.
      Regardons davantage sous l’angle du mésusage que sous l’angle d’une maladie.
      Sous l’angle de la maladie, il faut s’inquiéter de la santé des députés et sénateurs qui n’aura Aucune conscience des mesusages et des dangers de l’alcool.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s