Cigarette électronique : la «maladie sans nom» progresse et inquiète outre-Atlantique

Bonjour

C’est une nouvelle alerte lancée sur The Verge (Ashley Carman) : « More than 100 vapers have contracted a severe lung disease, per CDC » – er reprise en France sur Slate.fr (Thomas Messias) : « Le vapotage semble à l’origine d’une maladie pulmonaire inédite ». Une alerte dont nous nous étions fait il y a peu l’écho :  « Mystérieuse pathologie pulmonaire américaine: le vapotage est-il le coupable ou la victime ? ».

Aux États-Unis, les organismes de santé publique commencent à s’inquiéter. Entre le 28 juin et le 20 août, on leur a signalé 153 cas d’une mystérieuse maladie pulmonaire qui semble ne toucher que des utilisateurs et utilisatrices de cigarettes électronique. Les CDC dirigent actuellement une enquête dans les seize États où les cas ont été signalés. Cette maladie, qui se développe progressivement, se traduit par des difficultés respiratoires, un souffle court, ou encore des douleurs à la poitrine. Chez une partie des malades, on a aussi signalé une fatigue aiguë, ainsi que des problèmes d’ordre gastro-intestinal (vomissements et diarrhées). À l’heure actuelle, aucun décès n’est à signaler.

Le lien de cause à effet n’a toujours pas été démontré, mais d’après The Verge, toutes les personnes concernées seraient des utilisatrices de cigarettes électroniques. Plus précisément, elles auraient consommé des produits à base de THC/cannabis.

Mains de velours et gants de fer

Le CDC a rapidement publié un communiqué demandant aux membres du corps médical américain de reporter scrupuleusement chacun des nouveaux cas qui pourraient apparaître – et notamment de décrire précisément les symptômes et le type d’utilisation de la cigarette électronique. Quant à la Food & Drug Administration, elle enjoint également les utilisateurs et utilisatrices d’e-cigarettes à faire remonter d’éventuels problèmes de ce type via un formulaire à remplir en ligne.

« Encore dépourvue de nom, cette maladie inédite touche principalement des jeunes adultes et des ados, ce qui n’a rien d’une surprise étant donné la forte consommation de cigarettes électroniques chez les jeunes gens, souligne Slate.fr. Au sein de la population lycéenne, le vapotage a augmenté de 78% entre 2017 et 2018, rappelle The Verge, 27% des lycéens et lycéennes affirmant faire une utilisation régulière de la cigarette électronique. »

Il n’en reste pas moins vrai que rien n’est démontrer quant à la causalité. Et qu’en l’état des connaissances, désigner la « cigarette électronique » comme l’agent pathogène équivaut à confondre, volontairement, l’épée et le fourreau, les mains de fer et les gants de velours, le coupable et la victime.  

A demain @jynau

5 réflexions sur “Cigarette électronique : la «maladie sans nom» progresse et inquiète outre-Atlantique

  1. Apparemment TOUS les malades seraient des VAPOTEURS de THC ou cannabis.
    Causalité assez évidente pour une fois mais pour l’asociation Vape + Cannabis ou dérivé, non ?
    Mais appremment pas des gens qui se sevrent du tabac en vapotant.

    Attention à la dissonance cognitive ….

  2. Bonjour, maintenant il y a un décès suite à cette maladie. C’est vraiment vrai ou fake news?
    Je vape depuis 4 ans et premier fois que ca me fait fait flipper cette histoire

  3. « difficultés respiratoires, un souffle court, ou encore des douleurs à la poitrine. Chez une partie des malades, on a aussi signalé une fatigue aiguë, ainsi que des problèmes d’ordre gastro-intestinal  »
    Ca me rappelle ce que j’ai ressenti le jour où, « pour essayer » (99% des gagnants du Darwin Award ont dit ça), j’avais léché une goutte de liquide de vape. Cf intoxication à la nicotine:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicotine#Surdosage_et_intoxication

    Ce qui est intéressant c’est que ce genre de symptôme n’est normalement pas ressenti par les fumeurs (sauf nicotine la première fois) ou les fumeurs de cannabis.
    Si c’est la nicotine, un ancien fumeur aura moins de symptôme parce que son corps y est accoutumé.

    Autre hypothèse: un résidu d’insecticide ou de traitement, voir une contamination biologique (pathogène végétal? (cf ergot de seigle, avec d’autres symptômes)), présent dans le liquide de vape.
    Car dans ces cas, le toxique:
    – Dans une cigarette ou un joint il sera brûlé donc plus forte probabilité qu’il soit détruit.
    – Dans un liquide alimentaire (space cake?) il peut être dégradé/neutralisé par le tube digestif.
    Dans un liquide de vape, il n’est pas dégradé et, passant directement dans la circulation sanguine via les poumons/ la muqueuse buccale.

    Possible aussi que le toxique se forme à cause d’un chauffage excessif du liquide de vape. L’hypothétique toxique se formerait à partir d’un produit normalement inoffensif, par exemple un additif alimentaire (cf réactions chimiques qui se produisent dans une cigarette). Si, par exemple, cet additif alimentaire a été ajouté récemment, ça pourrait expliquer l’absence de cas par le passé.

    Pour cette hypothèse comme pour la précédente il faudrait observer quels sont les molécules présents dans le liquide « respiré ».

    Je ne suis plus un vapoteur, mais si je l’étais, en me basant sur les hypothèses ci-dessus, je prendrais deux précautions:
    – me fournir uniquement auprès de fournisseurs fiables, aux produits contrôlés et renommés pour leur qualité et dont la formule date d’avant l’apparition de « la maladie ».
    – baisser la température de chauffe de mon appareil au minimum possible.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s