«Un médecin encastre sa voiture dans un abribus Il avait 6,4 grammes d’alcool dans le sang »

Bonjour

Devoir d’exemplarité ? Médecin un jour, médecin toujours ? Quoique survenue dans le Morbihan, l’affaire est traitée par Sud-Ouest et reprise à l’envi par les revues de presse nationales : « Un médecin encastre sa voiture dans un abribus avec 6,4 g d’alcool dans le sang. Le conducteur, complètement ivre, avait continué à boire dans sa voiture en attendant l’arrivée des secours ».  Il a écopé (sic) de huit mois de prison avec sursis.

Les faits. Un homme de 70 ans a été condamné mardi 3 août à huit mois de prison avec sursis par le tribunal de Lorient. Le 21 janvier, à 11 heures du matin, ce médecin généraliste à la retraite a encastré sa voiture flambant neuve dans un abribus sur le littoral de Ploemeur (Morbihan). L’accident n’a pas fait de blessé. Le conducteur, avant l’arrivée des secours, a repris une rasade de la bouteille de rhum qu’il tenait serrée entre ses cuisses. Il est installé en Bretagne depuis quatre ans après une carrière en région parisienne.

En plus des huit mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve, l’ancien médecin aura obligation de soigner son alcoolisme. Mieux il ne pourra plus conduire un véhicule qui ne serait pas équipé d’un système antidémarrage par éthylotest. Son permis est annulé et il ne pourra tenter de le repasser que dans 18 mois.

Perte de contrôle à cause de la boîte automatique

A  l’audience, le tribunal a relevé « un taux inexplicable sur le plan pénal mais aussi physiologique » (sic). « On ne peut l’atteindre sans consommer de l’alcool de façon régulière, a observé le procureur de la République. Si un médecin n’est pas en capacité de comprendre qu’il n’était pas en état de prendre le volant, qui le sera ? ». Mais qui enseigne aux procureurs ce qu’un homme fortement alcoolisé, médecin ou pas, est en capacité de comprendre quoi que ce soit ?

« Je devais me sentir capable d’effectuer les trois kilomètres qui me séparaient de mon domicile », s’est défendu le médecin prévenu. Ce dernier avait déjà été condamné en 2010 pour conduite en état d’ébriété. Cette fois il a expliqué  avoir perdu le contrôle de son véhicule en raison de la boîte automatique – et assuré « ne pas boire de façon habituelle ».

Le parquet est resté dubitatif  – estimant que « sans un sévère entraînement » (re-sic) on n’est pas, à 6,4 grammes, en état de marcher ni même de ramper (re-re-sic). Et le même parquet de rappeler que le record français d’alcoolémie au volant est de 11 grammes. C’était en 2013, sur le pont d’Avignon.

A demain @jynau

Une réflexion sur “«Un médecin encastre sa voiture dans un abribus Il avait 6,4 grammes d’alcool dans le sang »

  1. Bonjour, je ne vois pas pourquoi de pointer un doigt vers « un » médecin ».

    Un peu comme si on pointait le cas d’un immigré, d’une personne de couleur, d’un bonze hinduiste. J’ose à peine y penser.

    A une époque où même les prêtres ne sont pas exemplaires (l’ont – ils un jour été ?) cela n’a rien de partiiculier

    C’est évident que l’alcolisme est une maladie qui affecte tout le monde indépendamment de la profession ou de la religion.
    Comme c’est le cas des déviances, perversions, comportement délictueux ou criminels.
    Des femmes sont battues par leurs conjoints à Auteuil, Neuilly, Passy, Aubervilliers, faut-il mettre en évidence les cas de la « haute » société ou ceux de la plèbe, ceux d’une religion ou d’une ethnie ?

    Ce sont des maux universels.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s