Qui parviendra à faire le ménage des antalgiques devant le comptoir des pharmacies d’officine ?

Bonjour

En plein procés du Mediator, alerte de l’Agence du médicament : aspirine, paracétamol et ibuprofène ne devraient être présents que sur les rayonnages sitiés derrière les comptoirs des pharmacies d’officine. Cela se dit ainsi : « l’ANSM souhaite qu’ils ne soient plus en libre accès et soient tous placés derrière le comptoir du pharmacien, renforçant ainsi son rôle de conseil auprès des patients ». L’ANSM souhaiterait que cette mesure entre en vigueur dès janvier 2020.

Une « phase contradictoire » est en cours  dit l’Agence – une procédure mené non pas auprès des pharmaciens mais « auprès des laboratoires concernés » – comprenne qui pourra. En quoi les « laboratoires » sont-ils concernés par l’agencement d’une pharmacie d’officine privée ? Et pourquoi la police du médicament ne peut-elle pas, au nom de la santé publique, imposer ici sa volonté ? Incidemment, pourquoi ne pas récompenser les pharmaciens qui n’use pas de cette liberté ?

On sait que le paracétamol et les AINS sont les médicaments les plus utilisés en automédication comme antalgiques (anti-douleurs) ou antipyrétiques (anti-fièvre) tant chez les adultes que chez les enfants. On sait aussi que ces médicaments sont efficaces sans, corollaire, être toujours dénués de risques hépatiques et rénaux (le surdosage de paracétamol constitue la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France). Or comment imaginer un « bon usage de ces médicaments d’utilisation courante », l’ANSM souhaite qu’ils ne soient plus en libre accès et soient tous placés derrière le comptoir du pharmacien, renforçant ainsi son rôle de conseil auprès des patients qui souhaitent en disposer en particulier sans ordonnance.

Cette mesure s’inscrit « dans la continuité des actions menées par l’ANSM » pour sécuriser l’utilisation de ces médicaments. Attendez vous à savoir, dans les prochains mois, qu’un message figurera sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol afin d’alerter sur le risque pour le foie en cas de surdosage. D’ici là on saura peut-être si le ménage des antalgiques a été fait devant les comptoirs. Et par qui.

A demain @jynau

3 réflexions sur “Qui parviendra à faire le ménage des antalgiques devant le comptoir des pharmacies d’officine ?

  1. Bonjour, je pense que votre billet relève d’une méconnaissance des textes. Ainsi comme il est indiqué sur Meddispar: (http://www.meddispar.fr/Medicaments-en-acces-direct/Criteres#nav-buttons): « L’initiative de la demande d’inscription d’un médicament au “libre accès” revient aux titulaires de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) ou à la personne ayant procédé à l’enregistrement pour les médicaments traditionnels à base de plantes ». Donc, l’industriel a déposé un dossier pour avoir le libre accès. Cela ne résulte pas de la volonté des pharmaciens. Il est alors logique que ce soit les industriels qui soient convoqués et non les pharmaciens, puisque l’autorisation du produit au libre accès va être révoquée. Après, pour les pharmaciens, le choix d’avoir ou non un rayon libre accès résulte de leur décision personnelle ou de contraintes d’espace. Il est certain que leur avis devrait être aussi demandé. Bien cordalement

  2. Que veut dire faire le ménage ? A ce rythme, nous n’aurons bientôt plus de ressources pour traiter les différentes douleurs.
    On peut certes critiquer le maintien en accès libre des AINS dont on connait les effets indésirables depuis longtemps, tout comme celui du paracetamol.
    Les antalgiques de pallier 1 sont accessibles sans ordonnance certes, mais délivrés néanmoins par les pharmaciens.
    Ormis l’hypersensibilité, pas toujours connue, et les contre-indications ou précautions d’emploi qui sont indiquees sur la notice patient, les problèmes sont majoritairement en rapport avec un surdosage ou la réutilisation à mauvais escient hors du contrôle d’un professionnel médical.
    Quand passerons nous à la délivrance de la quantité suffisante pour traiter ? Ce que font bon nombre de pays.
    Ca permettrait de liliter l’automedication avec les medicaments stockés dans le placard a pharmacie familial. Parallèlement, il est évident qu’il y a une place pour l’éducation à la santé. D’autant qu’il est toujours possible d’acheter ces médicaments sur le net.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s