Les «Gauloises brunes» passent à 10 euros. L’Etat engrange les fruits de sa martingale fiscale

Bonjour

A quoi sert, précisément, l’augmentation programmée des prix du tabac ? A lutter contre le fléau du tabagisme ou à pressurer un peu plus les esclaves-fumeurs en augmentant le montant des taxes au bénéfice de Bercy ?

Aujourd’hui un seuil tabagique symbolique est atteint. Le Journal Officiel de ce 23 octobre 2019 publié un arrêté (cosigné, pour Agnès Buzyn, par Jérôme Salomon, Directeur général de la santé) fixant les prix de vente des produits du tabac qui seront en vigueur à compter du vendredi 1er novembre prochain. Le site des buraliste français a noté les les évolutions selon lui les plus significatives (en paquets en 20 cigarettes) :

Les Marlboro passent de 8,80 euros à 9,30 euros. Les Philip Morris de 8,60 euros à 9,10 euros. Les Camel de 8,60 euros à 9,10 euros/ Les  Lucky Strike rouge de 8,40 euros à 8,90 euros. Les Winston rouge de 8,30 euros à 8,80 euros. Les Gauloises blondes de 8,50 euros à 9 euros. Et c’est aisni que les célèbres mais délaissées « Gauloises brunes » (lire ce goûteux papier d’un vieux Libé signé Jean-Pierre Thibaudat) sont les premières à atteindre la barre des 10 euros.

Le site des buralistes français note aussi qu’après 1,1 milliard d’euros supplémentaires l’an passé, la « trajectoire fiscal sur le tabac » va rapporter 450 millions d’euros de plus à l’État, cette année et l’année prochaine. L’ensemble des recettes fiscales liées au tabac atteindront au total près de 16 milliards d’euros, fin 2020. Ce site reprend ici l’analyse de Mathieu Pechberty sur BFM Business.Où l’on apprend que selon les prévisions de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, publiées il y a quelques jours, les taxes spécifiques sur les cigarettes vont ainsi augmenter de 1,7 milliard d’euros entre 2017 et 2020, passant de 11,87 à 13,58 milliards d’euros. En ajoutant la TVA (taux de 16,64 %), le gain fiscal atteint 2 milliards d’euros. Au total, l’ensemble des recettes fiscales (TVA comprise), liées aux ventes de tabac, frôleront les 16 milliards d’euros fin 2020.

« Le gouvernement d’Édouard Philippe bat ainsi le record de François Fillon qui avait, entre 2009 et 2011, engrangé 1,3 milliard d’euros de taxes supplémentaires, conclut BFM Business. À chaque fois, la même recette : des petites hausses de prix calibrées, entre 20 et 50 centimes, qui rapportent bien davantage que ne coûte le recul des ventes. Le 1er novembre prochain, la martingale 1 fiscale continuera avec une nouvelle hausse de 50 centimes ».

A demain @jynau

1 Martingale (jeux de hasard) : Coup consistant à doubler la mise qu’on a perdue au coup précédent.  − P. ext. Méthode plus ou moins exacte, mise au point à partir de l’observation du rythme des gains et des pertes au jeu, et grâce à laquelle le joueur espère assurer ou accroître ses gains. Inventer, suivre une martingale: « Il avait peur (…) que je répète aux alentours qu’il jouait à Vincennes… que ça revienne aux abonnés. Il me l’a dit un peu plus tard… Il perdait énormément, il avait pas beaucoup de veine, martingale ou yeux fermés, il revoyait rien de ses paris… sur Maisons, Saint-Cloud, Chantilly… C’était toujours le même tabac… C’était un véritable gouffre… »  Céline,Mort à crédit,1936, p.423.

2 réflexions sur “Les «Gauloises brunes» passent à 10 euros. L’Etat engrange les fruits de sa martingale fiscale

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s