Ecologie funéraire : jusqu’à quand l’Etat français interdira-t-il les cercueils tressés en osier ?

Bonjour

C’est, chaque année à la même date, un petit concours entre médias : à qui offrira le plus beau marronnier pour la fête des morts. Décernons pour notre part la prime 2019 à  La Nouvelle République du Centre Ouest (Julien Coquet) : «  Indre-et-Loire : des cercueils en osier confectionnés par des vanniers ».

On nous parle ici d’un petit paradis : Villaines-les-Rochers, près du Saché de Balzac, l’une des capitales mondiales du tressage de l’osier . Depuis trois automnes, la fête des morts coïncide avec certaines commandes. « La première nous est venue d’une cliente fortunée, qui souhaitait être inhumée dans de l’osier, raconte Etienne Métézeau, vannier de père en fils à Villaines. Lorsqu’elle est décédée, son mari s’en est souvenu. » La demande a surpris, la tendance était lancée.

« Quatre ‘’cercueils’’ tressés ont été livrés depuis 2016, rapporte le quotidien régional. Un produit entièrement fait main et sur mesure. Le dernier contact est parvenu début octobre. Ce qui était d’abord le reflet d’une passion de collectionneurs semble en passe d’exploser. ‘’L’osier est complètement biodégradable et ne laisse aucune empreinte carbone, on surfe sur la vague écoresponsable’’, sourit le Villainois. Un dernier geste écolo anticipé avant d’expirer. ‘’Ce serait mon désir afin d’y piquer des fleurs et être enterrée à l’endroit que j’ai choisi, face au soleil près d’une petite église au pays basque’’, détaille la dernière sollicitation. »

Mais voilà : la législation française sur les cercueils interdit d’être mis en bière dans de l’osier. Seule tolérance : les tiges peuvent servir d’habillage à un cercueil traditionnel. En attendant que les textes changent ?  « La Belgique vient de donner son accord, en Pologne on en parlait déjà beaucoup il y a dix ans », observe Aurélien Métézeau, comme autant d’exemples avant-gardistes. L’idée de cercueils en osier fera-t-elle son chemin, demande La Nouvelle République. Il faut compter avecs ses sous : compter 1.500 € en moyenne pour une dizaine de kilos d’osier tressés. « Le prix d’une trentaine d’heures de travail, abattues (sic) jour et nuit, à deux, souvent dans l’urgence » ajoute le quotidien. Pourquoi dans l’urgence ?  

A demain @jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s