Cigarette électronique : combien de temps encore avant que l’on cesse enfin de s’écharper ?

Bonjour

11 novembre 2019. Le Parisien (Elsa Mari) revient sur le combat contre le fléau du tabagisme (80 000 mors prématurées chaque année en France). « Cigarette électronique : les médecins s’écharpent sur la vape. Une étude américaine estime que les vapoteuses pourraient avoir des effets néfastes sur la pression sanguine, ce que contestent plusieurs spécialistes. »

Où l’on revient sur le « nouveau coup dur pour la cigarette électronique » : l’épidémie américaine d’une pathologie pulmonaire causée non pas par la e-cigarette mais par un produit toxique (une forme de vitamine E) du fait de son utilisation frauduleuse . Où l’on cite également « une étude américaine publiée début novembre sur le site de la Société européenne de cardiologie qui affirme que les vapoteuses ‘’pourraient avoir des effets nocifs sur le système cardiovasculaire’’ et juge prématuré de les considérer comme ‘’une alternative sûre’’ au tabac. »

Et Le Parisien de donner la parole à trois spécialistes français :

Jacques Le Houezec, formateur de professionnels de santé et de la vape, très en colère contre ces études « à charge ».  « Oui, il y a des particules fines, mais elles sont liquides et non solides comme celles que l’on trouve dans la cigarette et les pots d’échappement, on ne peut donc pas tirer les mêmes conclusions, d’ailleurs l’étude dit bien qu’il n’y a aucune certitude », argue-t-il.

Marion Adler, médecin. spécialiste de tabacologie (hôpital Antoine-Béclère, Clamart) :  « Il faut rappeler que c’est le tabac qui est toxique ! », Dire que que l’action de la nicotine augmente la pression sanguine ? « C’est aberrant ! Les substituts nicotiniques, patchs ou formes orales, sont même autorisés aux patients fumeurs et cardiaques. Ils n’augmentent pas la pression artérielle ! ».

Daniel Thomas, cardiologue et président d’honneur de la Fédération française de cardiologie. Pour lui cette étude, loin d’apporter un scoop, n’est qu’une « revue de la littérature » scientifique, « bien faite, d’ailleurs ». Pour autant il s’inquiète :  « Il serait dramatique que des vapoteurs reviennent au tabac ».  Pour lui, non, les non-fumeurs ne doivent pas se mettre à l’e-cigarette, mais pour les accros au tabac, vapoter est « beaucoup moins dangereux, y compris sur le plan cardio-vasculaire ». Puis, lorsqu’on est sevré, il faut « essayer d’abandonner la vape le plus vite possible ». Et si on n’y parvient pas ?

Où l’on comprend que les idées éclairées progressent mais qu’il reste encore à beaucoup parler, dans les médias, pour parvenir à faire comprendre ce que peut et devrait être la « réduction des risques » face à un fléau qui tue, prématurément, 80 000 personnes chaque année en France.

A demain @jynau

Une réflexion sur “Cigarette électronique : combien de temps encore avant que l’on cesse enfin de s’écharper ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s