Au pays de Champagne, Emmanuel Macron l’épicurien enterre le «Janvier sans alcool»

Bonjour

C’est une nouvelle, sérieuse et édifiante polémique centrée sur l’opération « Janvier sobre- Dry January ». Qualifions-là de sanitaire et politique. Elle trouve son origine dans le texte qui vient d’être publié sur le site Vitisphère. On y relate (Marion Sepeau Ivaldi) la déjà célèbre et effervescente visite (14 novembre) du président de la République dans la cité d’Epernay (Marne) : « Emmanuel Macron s’oppose au « ‘’Janvier Sec’’ ». Extraits (nous soulignons):

« ‘’Le président de la République nous a affirmé qu’il n’y aura pas de « Janvier Sec »’’ rapporte Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne et co-président du Comité Champagne, à l’issue de son déjeuner avec le président de la République. En visite à Epernay, Emmanuel Macron a partagé la table des deux co-présidents Comité Champagne (dégustant notamment le Champagne de Damien Hugot, mais également un côteaux champenois blanc de Charles Dufour et un côteaux champenois rouge de René Geoffroy).

« Le président, qui n’a jamais caché son penchant épicurien s’est, semble-t-il, offusqué qu’une telle proposition soit envisagée. ‘’Vous pouvez faire savoir qu’il n’y aura pas de « Janvier Sec’’ nous a-t-il dit » indique Maxime Toubart. La Champagne obtient ainsi une position présidentielle qui ne manquera pas de soulager la filière viticole française quelque peu crispée autour de ce projet incitant les Français à la sobriété pendant un mois. »

Il y a quelques jours déjà une audience sur ce thème avait été demandée par les représentants de la filière, comm on pouvait le lire sur Vitisphère (Alexandre Abellan) : « Vignerons et négociants opposés au « mois sans alcool » français» :

« Janvier 2020 rimera-t-il avec mois sans vin ? Le projet de l’agence Santé Publique France (ministère de la Santé) d’un premier « janvier sec » national est la cause de nouvelles tensions entre le gouvernement et l’ensemble de la filière des vins spiritueux. Cette campagne ‘’remet en question la politique de santé publique favorisée jusqu’à présent par les autorités françaises, en substituant la notion d’abstinence à celle de modération’’ viennent de dénoncer huit organisations de défense des vins et spiritueux 1 dans une lettre adressée à Édouard Philippe, le Premier ministre. »

L’influence majeure de la filière alcool sur les choix politiques en matière

15 novembre 2019, réplique immédiate des présidents de quatre assiation de lutte contre les addictions, dont l’alcoolique 2 : «  Dry January à la française : les associations appellent le Gouvernement à ne pas céder à la pression des lobbies ». Où l’on comprend que ces associations joue le Gouvernement contre le Président. Extraits :

« Alors que Santé publique France s’apprêtait à annoncer le lancement en janvier d’un mois de mobilisation autour de la consommation d’alcool, le site Vitisphère rapporte que le président de la République Emmanuel Macron aurait déclaré lors d’un déjeuner avec les producteurs de champagne son opposition à un ‘’Janvier Sec’’. Si cette déclaration venait à se confirmer, elle montrerait l’influence majeure de la filière alcool sur les choix politiques en matière de santé publique.

« Le mois de mobilisation sociale autour de la consommation d’alcool, mis en œuvre initialement sous le nom de ‘’Dry January’’ au Royaume-Uni, propose aux personnes qui le souhaitent de faire une pause avec l’alcool pendant un mois afin de constater les bénéfices sur leur corps et dans leur quotidien. L’objectif n’est évidemment pas de conduire à une abstinence totale, mais de s’interroger sur sa consommation et de prendre conscience du rapport qu’entretient la société avec l’alcool. »

Ces quatre associations rappellent qu’aujourd’hui, pas moins de quatorze campagnes annuelles de ce type sont déployées à l’étranger. Elles redisent aussi que le mois de janvier est privilégié dans la mesure où l’on est « davantage prêt à bousculer ses habitudes après les excès de fin d’année ». De fait une baisse significative de consommation auto-déclarée a été observée parmi les inscrits lors du « Dry January » en Angleterre et de la « Tournée Minérale » en Belgique six mois après la fin de chaque « défi ».

Pour l’heure le défi est de nature politique. Qui, avant Noël, l’emportera de la nouvelle direction de Santé publique France ou de la puissance épicurienne présidentielle ?

1 L’Association nationale interprofessionnelle des vins de France (Anivin de France), la Confédération Nationale des vins et eaux-de-vie AOC (CNAOC), la confédération des Vins à Indication Géographique Protégée (vin IGP), le Comité national des interprofessions des vins à appellation d’origine et à indication géographique (CNIV), les Vignerons coopérateurs de France (VCF), les Vignerons indépendants de France (VIF), l’Union des maisons et des marques de vin (UMVIN) et évidemment Vin & Société.

2 Associations signataires : Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) – Pr. Nicolas Simon et Dr. Bernard Basset, Fédération française d’addictologie (FFA) – Pr. Amine Benyamina, Fonds Action Addiction (F2A) – Pr. Michel Reynaud, Société Française d’Alcoologie (SFA) – Pr. Mickaël Naasila

Une réflexion sur “Au pays de Champagne, Emmanuel Macron l’épicurien enterre le «Janvier sans alcool»

  1. Eh oui les anglais ont pris de l’avance sur les français en ce qui concerne l’usage d’ alcool et de tabac, et il faut plus de pneumologue, de cardiologues, de chirurgiens, de cancérologues pour traiter les gens après 20 à 30 ans d’usage à risque!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s