Incroyable mais vrai : Agnès Buzyn ne validera pas avant février le «Janvier Sobriété» !

 Bonjour

Loin de se lever le brouillard s’épaissit sur le « Mois sans alcool » (incitation à diminuer sa consommation d’alcool pendant le premier mois de l’année). Corollaire : la polémique enfle. Santé publique France est aux abonnés absents, de même que la MILDECA. Santé publique France n’a jamais annoncé officiellement le lancement de cette opération originale de « sensibilisation aux risques de l’alcool » – toutefois une « source interne » a fait savoir aux médias que le projet avait effectivement été préparé et aurait dû être officiellement dévoilé très prochainement, pour un lancement officiel en janvier. Des données amplement confirmées dans le milieu associatif de l’addictologie.

La pression médiatique commençait (enfin) à monter. Six sommités médicales venaient de s’en prendre publiquement au président de la République accusé d’être –depuis Epernay- à l’origine de cette reculade spectaculaire de santé publique. Interrogés mercredi 20 novembre par l’AFP, les services de l’Elysée n’ont ni confirmé ni infirmé les propos prêtés au président de la République. (« « Vous pouvez faire savoir qu’il n’y aura pas de Janvier Sec », nous a-t-il dit », avait alors assuré le coprésident du Comité Champagne, Maxime Toubart, au site spécialisé Vitisphère.)

Arbitrages sur un coin de table

Comment sortir de cet imbroglio politique et sanitaire sans précédent ?  « La campagne est en train d’être travaillée. Cette mesure n’a pas encore été validée par le ministère de la Santé, elle ne m’avait pas été proposée, vient d’affirmer Agnès Buzyn sur France Info.  Nous avons un comité interministériel dédié à la prévention en santé en février et c’est à ce moment-là que les programmes de prévention sont validés par le gouvernement. Les équipes de Santé publique France ont travaillé sur des campagnes qui ne sont pas encore abouties et sur lesquelles je dois prendre position mais ça n’est pas forcément ce format-là qui sera retenu ».

Qui la croira ? Et comment ne pas voir, une nouvelle fois, la ministre des Solidarités et de la Santé batte en retraite au sein du gouvernement ?  « Il y a eu des arbitrages sur un coin de table qui interrogent, alors que des budgets étaient fléchés et des gens au travail », a déclaré mercredi Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération addiction, qui s’est élevée contre une « dérobade de l’Etat ».

A demain @jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s