L’histoire de la femme qui trouve une bouteille de whisky bien entamée cachée dans le garage

Bonjour

Alors, que ferez-vous avec l’alcool en janvier ? Nous sommes à la croisée politique de la réduction des risques. « Dry January » à la française (interdit par le président de la République) versus « JanvierSøbre » (soutenu par le chef de cabinet du président de la République).

La polémique enfle qui éclairera peut-être certaines poussières laissées sous d’épais tapis de l’exécutif et des industriels des alcools. Dans l’attente ce texte édifiant publié sur Slate.fr Lucile Bellan.  Ce texte est publié dans la rubrique « C’est compliqué» – une affaire somme toute assez simple :

« Un courrier du cœur moderne » dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: cestcomplique@slate.fr. Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C’est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici. Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là. »

« Chère Lucile,

J’ai bientôt 40 ans et je suis en couple avec un homme depuis dix ans. Nous avons deux enfants âgés de 6 ans et 4 ans. J’ai découvert que mon compagnon avait un souci avec l’alcool il y a quatre ans, en tombant par hasard sur une bouteille de whisky bien entamée cachée dans notre garage. Des souvenirs me sont alors revenus, qui m’ont fait prendre conscience que le problème est là depuis bien longtemps, mais je ne m’étais rendu compte de rien. Avant même que nous ayons notre premier enfant, j’avais découvert une bouteille de whisky cachée au fin fond d’un placard dans la cuisine, mais à cette époque, je faisais repeindre le plafond et j’en avais déduit que c’était l’artisan (…) »

 La suite sur Slate.fr : « J’ai découvert que mon compagnon avait un souci avec l’alcool  [C’est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sylvie, dont le compagnon alcoolo-dépendant refuse de se soigner et met sa famille en danger. »

A demain @jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s