Affaire Kulik. Tentative de suicide et découverte d’un poison interdit mais toléré : le Temik®

Bonjour

Un cas hors du quotidien des salles de justice. Le 6 décembre 2019, quelques secondes après l’énoncé du verdict par la présidente de la cour d’assises d’Amiens le condamné Willy Bardon avale du Temik®, (Bayer). L’enquête ouverte par le parquet doit notamment déterminer comment il a pu se procurer cette substance, et  «si c’est un acte qui avait été prémédité, organisé et de quelle manière». Il avait confié à un proche qu’il «attenterait à ses jours s’il était condamné».

Cet accusé de 45 ans comparaissait libre. Il  avait toujours clamé son innocence – mais venait d’être condamné à 30 ans de réclusion pour l’enlèvement et la séquestration suivis de mort et le viol d’Elodie Kulik, une employée de banque de 24 ans, en janvier 2002 à Tertry (Somme). Comateux le condamné a aussitôt été transféré dans le service de réanimation du CHU de la ville.

«Le produit ingéré (…) est un pesticide appelé le Temik®. C’est un produit extrêmement dangereux dont la commercialisation est extrêmement réglementée sur le territoire français et européen et qui a des effets à la fois sur le système nerveux et le système cardio-vasculaire», a peu après indiqué le procureur d’Amiens Alexandre de Bosschère. Il a des effets en une dizaine ou une quinzaine de minutes. Il n’est normalement pas en accès pour des personnes qui ne correspondent pas à la réglementation.»

Interdit mais autorisé pour des usages « sur betteraves »

Autorisé pour la première fois en 1970 le Temik® a pour principe actif l’aldicarbe – famille chimique des carbamates –  effet insecticide et nématicide ; essentiellement utilisé dans la culture de la betterave. Ce pesticide du géant allemand Bayer a progressivement été interdit dans les années 2000.

Aujourd’hui, en France, cette substance active n’est pas autorisée dans la composition de préparations bénéficiant d’une AMM. Un délai dérogatoire est toutefois accordé pour des usages « sur vignes et betteraves ». Selon un avis paru au Journal Officiel du 18 avril 2003, cette dérogation s’applique au produit Cardinal®, à base d’aldicarbe et de fipronil, pour des utilisations sur betterave, au produit Témik® 10 G, à base d’aldicarbe, pour des utilisations sur betterave et vigne,

Il ne doit pas être très difficile de parvenir à se procurer ce poison. Notamment dans le nord de la France, pays de betteraves. Le Figaro rappelle ainsi que le Temik® a été évoqué dans des affaires d’empoisonnement d’animaux. En 2013, une dizaine de chats en avaient été victimes à Haisne (Pas de Calais). En 2018, les deux chiens d’une famille d’Emmerin (Nord) avaient également été empoisonnés au Temik : seul l’un des deux avait pu être sauvé.

A demain @jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s