Homosexuels et don du sang : pourquoi soudain reporter la date de l’assouplissement ?

Bonjour

Contretemps dans le don du sang. On savait depuis juillet que la période « d’abstinence » que doivent respecter les homosexuels allait passer d’un an à quatre mois 1. Et on savait aussi que cette modification (symboliquement importante) avait été fixée au 1er février 2020. Ce ne sera pas le cas comme on peut le lire dans un arrêté signé J. Salomon, Directeur général de la Santé, dans le Journal Officiel du lendemain de Noël : « Arrêté du 17 décembre 2019 fixant les critères de sélection des donneurs de sang ».

Tout est expliqué dans l’Annexe II

« Pour les hommes, rapport(s) sexuel(s) avec un autre homme : Dans le cas d’un don de sang total et d’aphérèse : Contre-indication de quatre mois après le dernier rapport sexuel considéré (sic). Dans le cas d’un don de plasma par aphérèse pour préparer du plasma sécurisé par quarantaine ou du plasma pour fractionnement : Contre-indication de 4 mois pour les hommes ayant eu plus d’un partenaire sexuel dans les quatre derniers mois après la fin de cette situation (re-sic). »

Or le présent arrêté n’entrera en vigueur que le 2 avril 2020, date à laquelle celui du 5 avril 2016 modifié sera abrogé. Pourquoi le 2 avril et non le 1er février comme l’avait annoncé, après Marlène Schiappa, Agnès Buzyn en juillet 2019.

Officiellement en raison …. du délai nécessaire pour imprimer la nouvelle version du questionnaire que doivent remplir tous les les candidats au don, explique la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère. C’est dans ce questionnaire que figurent les critères sur l’activité et l’orientation sexuelles. Ainsi donc cinq mois n’auront pas suffit pour assurer l’impression de la nouvelle version. Ce qui pourrait laisser douter des capacités en matériel de la haute administration sanitaire française. «La date de fin de consultation des parties prenantes sur les projets définitifs d’arrêté et de questionnaire pré-don était mi-décembre, ce qui explique la publication de l’arrêté ce jour» temporise-t-elle auprès de l’AFP.

Lors de son officialisation en juillet, Agnès Buzyn avait présenté la réduction de cette période d’abstinence comme «une première étape» vers un alignement des conditions du don pour les homosexuels sur celles des hétérosexuels, envisagé « à l’horizon 2022 ». Une date que l’administration peut d’ores et déjà surligner dans ses calendriers.

A demain @jynau

1 Rappel synthétique. De 1983 à 2016, les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) étaient exclu du don du sang en raison des risques de transmission du virus du sida. Ces conditions ont été assouplies en 2016 avec l’instauration d’un délai d’abstinence d’un an. Ce dernier avait toutefois suscité les critiques de certaines associations homosexuelles qui y voyaient une forme de discrimination injustifiée à l’agard des HSH.

Chaque année en France, 1,7 million de personnes donnent leur sang, générant 3 millions de dons. Et chaque année, il faut en moyenne recruter 170.000 nouveaux donneurs pour assurer les 10.000 dons par jour nécessaires pour répondre aux besoins des malades. Un million de patients par an sont soignés chaque année avec des produits sanguins. L’appel au don est tout particulièrement pressant en fin d’année : « Décembre…l’occasion d’une pause solidaire !»

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s