Pourquoi mourir, à 42 ans, peu après un contrôle de police avenue de Suffren /quai Branly ?

Bonjour

Il avait 42 ans. Cédric C. est décédé dans la nuit de samedi 4 à dimanche 5 janvier, à la suite d’un « malaise cardiaque survenu lors d’un contrôle policier » – annonce faire par l’avocat mandaté par sa famille : Me Arié Alimi. L’IGPN avait déjà annoncé ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances du malaise survenu lors de son arrestation.

Que sait-on des faites ? Vendredi 3 janvier, dans la matinée, Paris. Roulant à scooter et téléphone à la main, ce père de cinq enfants aurait été interpellé à l’angle de l’avenue de Suffren et du quai Branly. Selon BFMTV, qui cite des sources policières, l’homme se serait alors montré «irrespectueux et agressif». « Nos confrères du Parisien évoquent, eux, des insultes et un policier repoussant le pilote, qui tentait de filmer son interpellation, rapporte Le Figaro.  C’est lorsque les policiers tentent de l’arrêter qu’ils se rendent compte que le visage de l’homme est ‘’bleu’’».

Plaquage ventral ou clé d’étranglement

« Victime d’un malaise cardiaque, l’homme est pris en charge par les policiers, puis par les pompiers, avant d’être conduit à l’hôpital George Pompidou. Placé sous respirateur, il est finalement décédé dans la nuit, aux alentours de 3h30 » a affirmé Me Arié Alimi sur Twitter. La veille, l’avocat avait lancé un appel à témoin sur le réseau social.

 «Il est probable que le cerveau de Cédric n’ait pas été suffisamment oxygéné pendant quelques minutes, a détaillé Me Alimi au Parisien, ce qui ouvre plusieurs hypothèses, comme un plaquage ventral, ou une clé d’étranglement. Nous avons toutes les raisons de croire, en tout cas, qu’il ne s’agit pas d’un arrêt cardiaque spontané, mais provoqué. L’autopsie qui va être pratiquée nous permettra d’en savoir plus, et notamment si les policiers sont à l’origine de ce drame. Cédric souffrait certes d’hypertension artérielle, mais il n’avait jamais eu le moindre malaise cardiaque de quelque nature que ce soit.»

Et ensuite ? En fonction des réponses à l’appel à témoins, la famille envisage de porter plainte pour «violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner». Sans attendre les conclusions de la médecine légale ?

A demain @jynau

Une réflexion sur “Pourquoi mourir, à 42 ans, peu après un contrôle de police avenue de Suffren /quai Branly ?

  1. On ne sait pas ce qui a entraîné cette crise cardiaque , alors pas de conclusion ative , c’est incroyable ça , dorénavant à chaque fois qu’il y a un soucis avec les services de police on n’attend pas de savoir ce qui c’est vraiment passé , non de suite c’est du à acte malveillant des policiers et puis pourquoi l’ont ils arreté , vitesse excessive , non port du casque , non respect du code et c’est il rebellé ? ce qui aurait engendré une réponse sommes toute « normal »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s