Comment peut-on mourir d’asphyxie post-fracture du larynx après un contrôle de police ?

Bonjour

C’est un fait divers en passe de devenir un scandale. Nous rapportions il y a peu l’affaire Cédric C. décédé à Paris dans la nuit du 4 au 5 janvier, à la suite d’un « malaise cardiaque survenu lors d’un contrôle policier »  angle Suffren/Branly. Pris en charge par les agents, puis par les pompiers, ce père de cinq enfants avait ensuite été transporté en urgence à l’hôpital européen Georges-Pompidou, où il est mort deux jours plus tard.

 Puis vinrent les vidéos, hautement problématiques. La prudence commandait encore d’attendre. Voici désormais le juge suprême : la médecine légale.

#JusticePourCédric.

Les résultats de l’autopsie, communiqués par le parquet de Paris mardi 7 janvier, font état d’une « manifestation asphyxique » avec une « fracture du larynx ». L’homme était encore muni de son casque de scooter au moment de son interpellation et de son plaquage au sol. Par ailleurs, un « état antérieur cardiovasculaire » a été détecté chez ce coursier de profession. Sa famille assure pourtant qu’il ne souffrait d’aucune insuffisance cardiaque connue et qu’il avait été autorisé médicalement à pratiquer le sport dix mois auparavant.

Une enquête avait été ouverte par le parquet de Paris et confiée à l’inspection générale de la police nationale (IGPN) dès le 3 janvier. Mais le parquet de Paris a décidé mardi 7 janvier d’ouvrir une information judiciaire pour « homicide involontaire », confiée à un juge d’instruction. La famille, qui avait déposé une plainte avec constitution de partie civile, souhaitait que soient retenues des « violences volontaires ayant entraîné la mort », une qualification criminelle relevant de la cour d’assises.

Un fait divers en passe de devenir scandale – une dramatique affaire qui a déjà un nom : #JusticePourCédric.

A demain @jynau

2 réflexions sur “Comment peut-on mourir d’asphyxie post-fracture du larynx après un contrôle de police ?

  1. Une fois encore nous allons trop vite.
    Que dit l’autopsie ?
    Trois constatations :
    – un état asphyxique
    -une fracture du larynx
    -un état cardiovasculaire altéré

    Laisser dire et écrire partout que la fracture traumatique du larynx EST LA CAUSE de l’asphyxie fatale constatée n’est pas scientifiquement acceptable. C’est une dramatique hypothèse. Lassant cette paresse collective de nos esprits.
    C’est le travail de la justice et de son enquête de déterminer si c’est LIÉ À ou CAUSÉ PAR.
    Ce qui ne change rien à la tristesse profonde de cette mort qui n’aurait pas eu lieu si…
    Mais ceci est une autre histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s