Deuil d’un enfant : Emmanuel Macron en vient à dénoncer l'«inhumanité» de son gouvernement

Bonjour

Chaque année en France, 4 500 enfants meurent avant d’avoir atteint la majorité. Et, en France, la majorité des députés a osé rejeter une proposition de loi visant à porter de cinq à douze jours le congé accordé aux parents après le décès d’un de leur enfant.Comment le politique peut-il en arriver à une telle extrémité ? Comment une majorité tenue pour éclairée, en marche, peut-elle ainsi se discréditer – au point que le président de la République en personne fasse savoir, via son Palais de l’Elysée, qu’il avait demandé à ses godillots et à son gouvernement de « faire preuve d’humanité » ?

Résumons. La proposition de loi émanait de l’Union des démocrates et indépendants (UDI)-Agir. Lors du vote, jeudi 30 janvier, son rapporteur, Guy Bricout  (UDI-Agir, Nord) avait expliqué que les cinq jours donnés actuellement ne sont « pas à la hauteur » pour « reprendre pied suite à la mort d’un enfant ». On use des mots que l’on peut pour exprimer les douleurs indicibles.

En réponse, la députée Sereine Mauborgne (La République en marche, Sarthe), ancienne infirmière libérale, avait défendu la « possibilité pour l’employeur de créer un compte de don » de RTT par les collègues du salarié endeuillé. Il fallut aussi entendre Muriel Pénicaud, ministre macronienne du Travail , ancienne dirigeante d’entreprise, expliquer que le texte tel qu’il était rédigé ne reposait pas sur la solidarité nationale, mais sur un congé « payé à 100 % par l’entreprise ». Entendre qu’il ne revenait pas à l’entreprise de supporter cette nouvelle charge. Proposition de loi retoquée.

Faute majeure de la ministre Pénicaud : dès le lendemain le président du Medef lui-même, Geoffroy Roux de Bézieux, demandait un nouveau vote en faveur des douze jours. « C’est une évidence et c’est lancé », a-t-il répondu dans un tweet à l’ancienne présidente de l’organisation patronale Laurence Parisot, qui avait estimé un peu plus tôt que « le Medef s’honorerait à demander un nouveau vote de cette proposition ».

« En coulisses, les ‘’échanges ont été houleux’’ avec Muriel Pénicaud »

Dans l’intervalle les propos minstériels avaient soulevé l’indignation dans l’hémicycle. « On parle de la tragédie des tragédies », lança François Ruffin, dénonçant une majorité « mesquine ».Un  député (apparenté LR) des Ardennes dénonçait une « honte ». Et depuis le Sénat Bruno Retailleau, patron des LR annoçait qu’il proposerait « à l’ensemble des groupes politiques du Sénat de déposer en commun et de voter cette proposition de loi ». « Une question d’humanité » 

Il fallut finalement attendre le samedi 1er février, deux jours après le vote, pour que le président de la République Emmanuel Macron se manifeste sur le thème de l’humanité face à ces morts prématurées. Le même jour la ministre du Travail Muriel Pénicaud reconaissait que le gouvernement avait fait « une erreur » en s’opposant à cette proposition. « Face au deuil, il faut du soutien psychologique et nous allons le renforcer. Mais il faut aussi un temps de répit », a-t-elle ajouté, s’engageant « à trouver dans les prochains jours les solutions pour un passage à douze jours ».

 Manquait la voix de Marlène Schiappa. « Plus que choquée, j’ai trouvé que certains débats n’étaient pas dignes. Répondre avec des arguments financiers à un deuil d’enfant n’est pas audible », a confié la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Selon Le Parisien  « elle aurait même mis sa démission dans la balance ».

« Dès jeudi soir et tout au long de la journée de vendredi, les boucles WhatsApp du gouvernement chauffent, raconte Le Parisien (David Doukhan et Alexandre Sulzer). Une autre ministre envoie un message directement au président de la République et au Premier ministre. « On a un problème… », alerte-t-elle directement. Les deux exigent aussitôt de le « traiter ».  Voyant la polémique monter, un membre du gouvernement alerte en parallèle le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler et Brigitte Macron, souvent confrontée, par sa position de première dame, à des enfants gravement malades. En coulisses, les « échanges ont été houleux » avec Muriel Pénicaud, témoigne une source interne. »

Muriel Pénicaud ? Sur BFMTV  elle s’est dit « blessée » par les critiques sur le manque d’humanité du gouvernement. Les citoyens électeurs apprécieront. Chaque année en France, 4 500 enfants meurent avant d’avoir atteint la majorité.

A demain @jynau

6 réflexions sur “Deuil d’un enfant : Emmanuel Macron en vient à dénoncer l'«inhumanité» de son gouvernement

  1. Ce qui montre simplement que Mme Pénicaud est bien plus Ministre des chefs d’Entreprise que Ministre du Travail, et infiniment plus Ministre de l’Entreprise que Ministre des Travailleurs. Ministre du Capital, quoi. Néolib en diable.
    Ministre vient du latin « minister » qui signifie serviteur (Wikidia, encyclopédie des 8-13 ans, justement, les enfants, https://fr.vikidia.org/wiki/Ministre). C’est bien ça. Au service zélé de qui, de quels français, de quelle minuscule partie du peuple français Mme Pénicaud se considère-t-elle?
    Il y a « orphelin » pour dire qu’on a perdu un père ou une mère. Pour l’épouvantable douleur de qui perd un enfant, il n’y a pas de mot. Cinq jours pour tourner une intournable page, à peine le temps des rites funéraires. Ces rites funéraires dont la trace a longtemps déterminé si un primate préhistorique faisait partie, ou non, de l’humanité. Mme Pénicaud s’est sûrement fait engueuler. Pour défaut d’humanité, peut-être. Pour grave erreur de communication, sûrement.

  2. … Malheurs … Ô grands malheurs, …dit le dicton populaire,.. à qui par qui, le ‘sKand-All’ arrive …
    Ainsi, après le chapitre du ‘Tshirt selfie’ et c’est servi, spécial d’ Angoulème … LBD 2020… après elle, la suivante … des armes en protections civiles, et gardez-vous en bruts d’épais … c’est au sec, en C4 … Eh oui, n’en riez pas . Une arme de combat encore plus puissante, de quelques 165 dB aux débottés … ¡ !
    Là … c’est assez inhumain, ou, pas trop … pour la population CIVILE ???

    Là, … les Godillots se sont-ils très renseignés ??? Et pour les futurs orphelins, … les Godillots, … ça fera combien d’indemnités ???

    • < Le neurochirurgien Laurent Thinès alerte sur les dangers de la nouvelle grenade GM2L, faussement présentée comme moins dangereuse que la GLI-F4.

      "L’explosif qui est dans la GM2L est 1,6 fois plus puissant que le TNT qui était contenu dans la GLI-F4. Ce sont des armes de guerre qui n’ont rien à faire sur notre territoire dans le cadre du maintien de l’ordre et qui mutilent depuis plus de 20 ans les Français."

      Source : https://www.facebook.com/LeMediaOfficiel/videos/522307728262766 (video 2mn44)

      Mercis pour la publication. Respectueuses salutations.

  3. La bêtise démontrée publiquement et de façon répétée par les gens réputés intelligents amène à s’interroger sur la réalité de leur intelligence (Verità lapalissiana — oui cette expression ingiuste a passé la frontière).
    Après « l’insulte à la religion » qualifiée de  » atteinte à la liberté de conscience » , propos affligeant de bêtise, les comptes mesquins à propos du pire malheur humain.
    What next ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s