Coronavirus, chats errants et BFMTV: «J’ai été en contact avec deux touristes pendant 20 minutes»

Bonjour

Comment parler au mieux d’un phénomène sanitaire émergent, d’ampleur planétaire, aux conséquences innombrables dans d’innombrables domaines des activités humaines ? Chaque média cherche ses « angles » qui, au choix, aident à comprendre ou amplifient l’inquiétude.

5 février. On apprend aujourd’hui que le « sixième cas de coronavirus français » (un médecin libéral de SOS 92) devrait bientôt sortir de l’hôpital. Placé en isolement dans un établissement parisien depuis fin janvier, il a évoqué sa situation par téléphone sur BFM TV , indiquant qu’il n’avait plus ‘’ aucun symptôme’’. »

On se souvient peut-être du message officiel du ministère de la Santé: ce médecin avait été contaminé par des touristes asiatiques de passage en France.  « Je suis entré en contact avec deux touristes qu’on m’avait demandé de visiter, qui avaient un peu de toux et pas de fièvre, avec leur interprète, raconte le praticien, également cité par Le Quotidien du Médecin. Je suis resté en contact avec elles environ vingt minutes, dans l’espace confiné de leur chambre, le 23 janvier. » Ce praticien précise que l’épidémie était alors « balbutiante » et qu’il il ne portait pas de masque lorsqu’il a examiné ses patients asiatiques.

La triste plaisanterie de France Inter

Ce n’est que le 28 janvier, cinq jours plus tard que les autorités chinoises ont informé leurs homologues français que l’interprète était un cas confirmé de coronavirus. Le médecin est alors testé, avant d’être hospitalisé. Quant aux deux patients, ils n’ont pas été diagnostiqués positifs.

« J’ai eu un petit peu de fièvre. Une fois 38 °C, un peu mal à la gorge et à la tête . Et puis la fièvre est passée le lendemain, les maux de gorge 3 jours après, les maux de tête cinq jours après, a confié  à BFM TV le praticien parisien. Ma virémie basse de jour en jour. » Aussi espère-t-il  quitter l’hôpital dans les prochains jours. Rien n’est dit quant à la santé de l’interprète.

Ainsi donc, chaque média cherche ses « angles » qui, au choix, aident à comprendre ou amplifient l’inquiétude. Et augmentent les audiences. France Inter ose une bien triste plaisanterie sur le sujet (Daniel Morin – Anthony Bellanger). Sur les ondes de France Culture on apprend qu’à Carry-le-Rouet, derrière les grillages du centre de quarantaine, de vieilles frayeurs se réveillent. « Le nouveau coronavisru peut-il être véhiculé par des chats errants ? » Un responsable sanitaire se gausse : «  à ce rythme là, on aura bientôt les oiseaux … ».

Ce responsable ne devrait pas railler. Et expliquer pourquoi ce virus ne peut pas être porté par les oiseaux et les chats marseillais. Ce virus dont France Culture nous expliquait il y a peu qu’il avait pour origine vraisemblable une chauve-souris chinoise.

A demain @jynau

NB : On trouve désormais, sur le site de l’OMS les questions/réponses les plus fréquentes sur l’épidémie, le virus et les méthodes de prévention.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s