Coronavirus-19 et marges d’erreur : l’article scientifique chinois qui pourrait faire peur

Bonjour

C’est une publication scientifique encore dans les limbes. On la trouve sur le serveur de partage MedRxiv, « Clinical characteristics of 2019 novel coronavirus infection in China»

Signataires : Wei-jie Guan, Zheng-yi Ni, Yu Hu, Wen-hua Liang, Chun-quan Ou, Jian-xing He, Lei Liu, Hong Shan, Chun-liang Lei, David SC Hui, Bin Du, Lan-juan Li, Guang Zeng, Kowk-Yung Yuen, Ru-chong Chen, Chun-li Tang, Tao Wang, Ping-yan Chen, Jie Xiang, Shi-yue Li, Jin-lin Wang, Zi-jing Liang, Yi-xiang Peng, Li Wei, Yong Liu, Ya-hua Hu, Peng Peng, Jian-ming Wang, Ji-yang Liu, Zhong Chen, Gang Li, Zhi-jian Zheng, Shao-qin Qiu, Jie Luo, Chang-jiang Ye, Shao-yong Zhu, Nan-shan Zhong doi: https://doi.org/10.1101/2020.02.06.20020974

Dernier auteur le respectable Pr Nan-shan Zhong, héros historique de la lutte contre l’épidémie de SARS aujourd’hui placé par Pékin à la tête d’un groupe d’experts pour lutter contre l’épidémie du COVID (COronaVIrus Disease) -19. C’est une analyse réalisée à partir des dossiers de 1 099 malades virologiquement confirmés, issus de 552 hôpitaux répartis dans 31 municipalités chinoises – et ce jusqu’au 29 janvier dernier.

Trois données essentielles en ce qu’elles augmentent les marges d’erreur diagnostiques et compliquent l’organisation de la lutte.

1 La période d’incubation communément admise était jusqu’ici de 14 jours au maximum. Elle passe à 24 jours. Plus de trois semaines entre la contamination d’une personne et l’apparition des premiers symptômes … En d’autres termes la période des mises en quarantaine devrait être doublée.

2 Les personnes infectées ne sont pas obligatoirement fiévreuses. Or la fièvre était, précisément jusqu’ici, un symptôme cardinal. Dans cette publication plus d’un malade sur deux (56 %) avait moins de 37,5 °C à son admission à l’hôpital et un sur cinq (22 %) entre 37,5 °C et 38 °C. Et un malade sur trois n’avait pas de toux.

3 Une possible présence intestinale : le COVID-19 est possiblement présent dans les selles des malades. Sur 62 malades étudiés les spécialistes chinois l’ont retrouvé dans les selles de quatre d’entre eux (6,5%). De quoi renforcer les mesures d’hygiène en communauté.

On observera, enfin, que la mortalité est ici tombée à 0,88 %. Soit un taux bien inférieur aux 2% avancés jusqu’ici. Corollaire il pourrait être surestimé, si de nombreux patients infectés n’ont pas, faute de symptômes, été diagnostiqués, identifiés, comptabilisés. Tout ceci dans l’attente de nouvelles données.

A demain @jynau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s