Covid-19 et risque pandémique. Le jour où le virus aura atteint le vaste continent africain

Bonjour

19 février 2020. Bulletin quotidien : 75 200 cas, 2012 morts.Un jour prochain il faudra traiter du continent africain. Et pourquoi pas dès aujourd’hui, comme nous y incite The Lancet avec une publication originale : « Preparedness and vulnerability of African countries against importations of COVID-19: a modelling study » 1 Published Online February 19, 2020 https://doi.org/10.1016/ S0140-6736(20)30411-6

Où il apparaît que l’Egypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud sont les pays a priori les plus exposés au risque d’apparition de l’épidémie due au nouveau coronavirus chinois. Mais ce sont aussi les pays qui disposent des systèmes de santé les plus préparés du continent et qui, à ce titre sont les moins vulnérables. Les pays à risque modéré (Nigéria, Éthiopie, Soudan, Angola, Tanzanie, Ghana et Kenya) sont quant à eux moins préparés et plus vulnérables. A ce titre il auraient impérativement ont d’un soutien pour les aider à détecter et à gérer les cas importés de Covid-19.

Ces résultats proviennent d’une étude de modélisation qui estime la préparation (la capacité du système de santé) et la vulnérabilité (les conditions démographiques, environnementales, socioéconomiques et politiques qui pourraient avoir une incidence sur la capacité d’un pays à réagir) des pays africains. Sans oublier leur probabilité d’importer des cas de Covid-19 de Chine. Le risque global d’importation de cas en Afrique est plus faible qu’en Europe mais que la capacité de réponse et de réaction est plus limitée en Afrique.

Il faut ici savoir que la Chine est le premier partenaire commercial de l’Afrique et que l’Algérie, l’Éthiopie, l’Afrique du Sud et le Nigéria ont été inclus dans les treize pays prioritaires identifiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sur la base de leurs liens directs et du volume de leurs voyages en Chine. Un premier cas africain officiel de Covid-19  a été confirmé en Egypte le 14 février 2020.

« Plusieurs mesures visant à empêcher l’importation de cas en provenance de Chine ont déjà été mises en œuvre dans de nombreux pays africains, résume The Lancet.  Cependant, la limitation et le contrôle de la transmission après l’importation nécessitent des mesures supplémentaires : surveillance accrue, identification rapide des cas suspects, transfert et l’isolement des patients, diagnostic rapide, recherche des contacts e suivi des contacts potentiels. Ces mesures nécessitent une expertise et des ressources techniques et opérationnelles, qui dépendent fortement des systèmes de santé.

 «Les pays africains ont récemment renforcé leur état de préparation pour gérer les importations de cas de Covid-19, y compris la surveillance des aéroports, le contrôle de la température aux points d’entrée, les recommandations pour éviter les voyages en Chine et l’amélioration des informations sanitaires fournies aux professionnels de la santé et au grand public. Publique. Cependant, certains pays restent mal équipés », explique le Dr Vittoria Colizza (Inserm, Université de la Sorbonne, France) qui a dirigé ce travail.

Elle ajoute :

«Alors que près des trois quarts de tous les pays africains ont un plan de préparation à une pandémie de grippe, la plupart sont dépassés et jugés insuffisants pour faire face à une pandémie mondiale. En outre, malgré les efforts déployés par l’OMS pour améliorer la capacité de diagnostic, certains pays ne disposent pas des ressources nécessaires pour tester rapidement le virus, ce qui signifie que des tests devront être effectués dans d’autres pays.

« Il est essentiel de former, d’équiper et de renforcer les capacités de diagnostic des laboratoires hospitaliers proches des maladies infectieuses et des services d’urgence afin de réduire le délai de livraison des résultats, de gérer plus rapidement les cas confirmés et les contacts, et de préserver des mesures strictes de contrôle des infections. De même, l’augmentation du nombre de lits et de fournitures disponibles dans les pays à ressources limitées est cruciale pour préparer une éventuelle transmission locale après l’importation.»

On peut le dire autrement : nous sommes d’ores et déjà ici confronté à un possible problème de santé publique majeur.

A demain @jynau

1 Marius Gilbert, Giulia Pullano, Francesco Pinotti, Eugenio Valdano, Chiara Poletto, Pierre-Yves Boëlle, Eric D’Ortenzio, Yazdan Yazdanpanah, Serge Paul Eholie, Mathias Altmann, Bernardo Gutierrez, Moritz U G Kraemer, Vittoria Colizza. This study was funded by the EU Framework Programme for Research and Innovation Horizon 2020, Agence Nationale de la Recherche. It was conducted by researchers from Université Libre de Bruxelles, Fonds National de la Recherche Scientifiques, INSERM, Sorbonne Université, Institut Pierre Louis d’Epidémiologie et de Santé Publique, Networks and Services Laboratory at Orange Experience Design Laboratory Chatillion, The Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior, David Geffen School of Medicine, University of California Los Angeles, Université de Paris, Bichat Claude Bernard Hospital, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, Centre Hospitalier Universitaire de Treichville, Université Félix Houphouet-Boigny, Maladies Infectieuses Dans Les Pays à Ressources Limitées, INSERM U1219, University of Bordeaux, University of Oxford, Harvard Medical School, Harvard University, Boston Children’s Hospital.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s