Fin de la plaisanterie : l’Ordre sévit contre sept médecins ayant osé dénigrer l’homéopathie

Bonjour

C’était il y a deux ans. Loin de lorgner sur Paris, Agnès Buzyn était alors ministre des Solidarités et de la Santé. Deux ans déjà et une  virulente tribune publiée dans Le Figaro : « 124 professionnels de la santé contre les ‘’médecine alternatives’’ ». Où l’on retrouvait des mots que l’on croyait oubliés – à commencer par celui de « charlatans » appliqués notamment à ceux qui professent et exercent la pratique homéopathique. Puis vinrent deux ans marqués par des polémiques et atermoiements multiples, par une invraisemblable volte-face ministérielle et, pour finir, par un déremboursement des spécialités concernées.

Dernier prolongement en date de l’affaire : les condamnations prononcées mercredi 19 février par la chambre disciplinaire de première instance (CDPI) de l’Ordre des médecins d’Ile-de-France. Six médecins ont écopé d’un blâme de la part de l’Ordre, nous apprend Le Quotidien du Médecin (Marie Foult) On trouve parmi eux le Dr Mathias Wargon, chef de service des urgences de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis – observons que le Dr Wargon est l’époux d’Emmanuelle Wargon, aujourd’hui secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Le Dr Wargon a plaisanté de sa sanction sur Twitter

Mathias Wargon@wargonm

« Non mais on deconne mais la sanction elle est tellement grave que …(je mets pas le nom des juges, je sais pas si on a le droit). Ayé je suis un voyou ».

Grave atteinte à la liberté de pensée et d’expression

Un autre médecin, jeune généraliste exerçsnt dans les Hauts-de-Seine et trésorier du « collectif Fake Med », a par ailleurs été sanctionné plus lourdement d’une suspension d’exercice de trois mois avec sursis. Ce praticien militant était visé par deux plaintes, l’une du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF), l’autre de l’Union collégiale, à laquelle l’Ordre départemental s’était associé.

« D’autres médecins attendaient encore leur condamnation par lettre recommandée avec accusé de réception, ou ne nous en ont pas encore fait part », indique au Quotidien du Médecin Cyril Vidal, président du collectif. En tout, une quarantaine de plaintes avaient été déposées contre ces médecins signataires. Le collectif Fake Med exprime, sa « colère » et son « incompréhension » devant la sévérité de ces sanctions et dénonce une atteinte « inadmissible » à la liberté d’expression.

Il en appelle l’Ordre national, l’exhorte à prendre une décision « de droit », « au-delà des intérêts personnels et corporatistes, au-delà des croisades locales » et à laver l’honneur de l’institution ordinale en annulant ces décisions prises « dans un contexte d’audiences entachées d’irrégularités ». « Lors d’une audience, une médecin homéopathe siégeait dans le jury, indique Cyril Vidal. Or on ne peut pas être à la fois juge et partie ! »

Deux jours plus tard  le président du Conseil national de l’instance ordinale, le Dr Patrick Bouet, a finalement indiqué qu’il allait « faire appel à titre conservatoire » de ces affaires jugées par la CDPI d’Ile-de-France. « Il s’agit d’appels sur la forme, compte-tenu de la composition de la formation du jugement », a-t-il précisé. Hypocrisie ou non, on ne sait donc toujours pas, malheureusement, ce que l’Ordre national pense, sur le fond, de l’homéopathie et des homéopraticiens.

A demain @jynau

6 réflexions sur “Fin de la plaisanterie : l’Ordre sévit contre sept médecins ayant osé dénigrer l’homéopathie

  1. « observons que le Dr Wargon est l’époux d’Emmanuelle Wargon, aujourd’hui secrétaire d’Etat … »
    Hum !
    Ce n’est pas de la vie privée, ça ?

  2. Bonjour,

    Pourrait-on avec une explication claire, précise, rigoureuse, du CNOM, de ce qu’est être, qu’un ‘appel à titre conservatoire’ ???
    Serait-il tout autant, envisageable de traduire en langage humain compréhensible, de ce que veut vouloir dire et signifier absolument: ‘appels sur la forme’, & compte-tenu de ‘la composition de la formation du jugement ‘ … ???

    Questions au CNOM:
    Pourquoi, les débats , argumentaires des jugements entre parties ne sont-ils pas accessibles au public, et surtout, au public concernés: les praticiens inscrits au tableaux, mais aussi … les patients, qui ont eu le courage, l’audace, la témérité, de se frotter à ‘l’anti médicalement direct’ des suites de cette dite tribune en occasions diverses et parfois scabreuses. Leur demanderait-on leur avis, de comment ils entendent et perçoivent, les discussions à n’en plus finir, les décisions à mal comprendre quelle peut bien en être la motivation, ou les plus sincères intentions… de fonds.

    Autre question toute professionnelle celle -là, à titre d’expérience de pensée:
    En situation d’attaques ad nominem directes, comme l’histoire en a déjà vues tant: sommes-nous véritablement en 2020 ??? Date cruciale, à ce qu’en disent tous les connaisseurs de biodiversités … Là précisément, où se jouent des situations inédites de périls écocidaires majeurs , de dérèglements climatiques manifestent, et de restes …

  3. Pour rappels, de la bien longue histoire de la pratique en médecine homéopathique en France, il y eut en 1848, un autre procès … retentissant celui-là, pour l’époque :
    Pour en résumer l’histoire :
    Baillère édita  » De l’homéopathie, et particulièrement de l’action des doses infinitésimales », livre écrit par un très jeune praticien homéopathe, le Dr A. MAGNAN.

    Amédée Latour, rédacteur en chef des bureaux du journal ‘l’Union Médicale’, avait prévenu l’auteur, que les critiques à en attendre valaient probablement mieux, de s’abstenir de toute diffusion et surtout, publication…
    MAGNAN préférant les critiques à l’inaction, n’en démordit pas, et envoya ses exemplaires, pour avis. LATOUR, confia l’ouvrage au Dr depuis trois ans seulement T. GALLARD ( jeune médaillé d’or des hôpitaux …) avec mission d’y répondre en style pamphlétaire… GAILLARD s’exécuta gaillardement, avec enthousiasmes, et compléta sa ‘publication’ avec cette phrase précise retournée à l’auteur :
    {  » S’il est une époque où l’on a pu appliquer la méthode de Hahnemann sans être ignorant, abject, un pauvre illuminé, ou un misérable charlatan ce n’est certainement pas à l’époque actuelle.  » } !!!

    … La  » Commission centrale homéopathique « , demanda à l’Union médicale un droit de réponse, qui lui fût refusé. La sommation, du 29 octobre, n’eut aucun succès. Le 2 décembre 1857 , M. Gallard, auteur de l’article, Amédée Latour, rédacteur en chef, et Richelot, gérant de l’Union, recevaient une assignation à comparaître devant le Tribunal de Première Instance de la Seine … signée par Simon, Pétroz, Gastier, Chargé, L Molin, Escalier, Leboucher, Love, Gueyrard, Audouit, Desterne, au nom, pour tous les praticiens homéopathes français , de la  » Commission centrale homéopathique « .
    Maître Andral, pour Gallard, affirma que l’article incriminé paru dans un’ journal scientifique’ était forcément resté ignoré du grand public, et que « les homéopathes » ne recherchaient par ce procès que publicité ouverte, que s’il était incontestable que cette thérapeutique obtenait  » la vogue  » , à travers le monde, les succès réels étaient dus forcément à ‘l’imagination’ … et … etc…
    Il serait particulièrement intéressant, d’observer la richesse des débats alors menés, instruits, notamment par Me OLIVIER, pour la défense des homéopathes français.
    Pour ceux que cela intéressent :

    https://archive.org/stream/b22349315#page/278/mode/2up

    Au faits, de nos jours compliqués, un CNOM qui fut lui aussi interpellé par cette Tribune des 124, se retournerait-il aussi contre le journal diffuseur ??? Et alors, au nom de qui, ou de quoi ???

    Mercis pour la publication, avec respectueuses salutations

  4. Je guéris par l’imposition des mains sur la poitrine.
    Puis-je être considéré comme médecin par l’Ordre et pouvez vous (l’Ordre) vouer tous mes détracteurs aux gémonies?
    Merci.

  5. L’article ne le dit pas clairement mais peut-être serait-il intéressant de préciser que ces condamnations font suite à des plaintes qui ne portent pas sur le fond !
    En clair ce n’est pas l’homéopathie qui a été jugé, juste la manière de dénigrer employée par des médecins vers d’autres médecins…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s