Tabac en France : la e-cigarette progresse, les ventes baissent, les achats augmentent

Bonjour

Et pendant l’épidémie émergente de coronavirus, qu’en est-il de celle, historique, du tabagisme ? Si l’on s’en tient aux ventes officielles de tabac (dans le réseau des buralistes français) elles reculent nettement en 2019 (près de 6,6 % à jours constants de livraisons comparé à 2018).

On en connaît les explications essentielles – à commencer par les augmentations des prix intervenues, cette année-là, en mars et novembre. Ces augmentations auraient eu un impact sur les ventes de cigarettes et de tabac à rouler (diminution de 7,1 % pour les premières et de 6,3 % pour les seconds à jours constants). Mais, mystère des chiffres et des comportements addictifs, les ventes des autres types de tabac (cigares, cigarillos, tabac à pipe, tabac à priser et à mâcher, etc.) font quant à elles l’objet d’une hausse (4,2 % à jours constants). Hypothèse : un niveau de taxation bien moindre, susceptible de favoriser le report de la consommation d’une partie des fumeurs.

C’est ici l’une des conclusions du remarquable travail que vient de publier l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) 1. Un travail qui comporte cette précision de taille : « la baisse globale des volumes vendus dans le réseau des buralistes français s’accompagne cependant très vraisemblablement d’une augmentation des achats de tabac dans les pays limitrophes ainsi que l’atteste la baisse des ventes nettement plus marquée qu’en moyenne dans les départements français qui bordent les frontières ». On regrettera toutefois l’absence de données exhaustives quant aux marchés de contrebande et à l’activité des mafias œuvrant dans l’ombre des bureaux de tabac.  

Seul enseignement : « 17 298 saisies ont été réalisées en 2019 (7 % de plus qu’en 2018), ce qui représente en volume plus de 360 tonnes de tabacs et de cigarettes contre 241 tonnes en 2018. Au total, les missions consacrées à la lutte contre les trafics de tabac ont augmenté de 25 % par rapport à 2018. Outre les zones frontalières, des saisies importantes ont été réalisées sur les grands axes routiers de l’est de la France ».

Fin programmée des mentholées

Cette année ? Le marché devrait être « impacté » par la poursuite de la hausse des prix (50 centimes en mars et 40 centimes en novembre, portant le paquet de la marque la plus vendue à 10 euros au 1er mars), ainsi que par les conséquences de l’interdiction de toutes les références de cigarettes et tabac à rouler mentholés dans le réseau buraliste (à partir du 20 mai). Cette dernière concernera tous les fabricants et s’appliquera à l’ensemble de l’Union européenne. Le marché représente actuellement 8 % des ventes en France (soit un million de consommateurs).

Autres chiffres : en France le nombre de fumeurs baisserait aussi bien chez les adultes que chez les jeunes. Le tabagisme quotidien est ainsi de 25,4 % en 2018 contre 26,9 % en 2017 chez les 18 à 75 ans. La même tendance à la diminution des usages s’observe chez les jeunes de 17 ans en 2017 et chez les collégiens et lycéens en 2018, ce qui laisse présager d’une pérennisation de la diminution de la consommation de tabac. Corollaire encourageant : à la baisse des usages répond une hausse importante des ventes de traitements d’aide à l’arrêt du tabac. Elles représentent près de 4,3 millions d’équivalent « patients traités » – soit un tiers de plus qu’en 2018 – dans un contexte de mise en place (enfin !) du remboursement de ces traitements par l’Assurance maladie, à hauteur de 65 % (sulement !).

Et puis, en dépit des dénis récurrents et de l’aveuglement coupable de l’exécutif, la poursuite d’un phénomène majeur :  le nombre d’utilisateurs de la cigarette électronique continue de croître (3,8 % de vapoteurs quotidiens en 2018 chez les adultes contre 2,7 en 2017, pour 3 007 boutiques spécialisées au 20 octobre 2019). Pour l’OFDT, l’évolution du marché sera aussi à suivre en 2020, en lien avec le rôle grandissant des buralistes dans la vente de ces produits. Et, ajoutera-t-on, le rôle moteur que l’on désormais raisonnablement en droit d’espérer de la part d’Olivier Véran, nouveau ministre de la Santé qui devrait rompre avec la politique suivie ici (depuis 2012) avec constance par Marisol Touraine et Agnès Buzyn.

A demain @jynau

1 Tabagisme et arrêt du tabac en 2019 Marc-Antoine Douchet, OFDT

Une réflexion sur “Tabac en France : la e-cigarette progresse, les ventes baissent, les achats augmentent

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s