Coronavirus en France. Progression de l’épidémie. La Joconde désormais interdite de visites

Bonjour

Paris, dimanche 1er mars, 16 heures, Santé publique France : cent trente cas confirmés par le Directeur général de la santé devant les journalistes. Sur ces cent trente personnes, douze sont guéries, deux sont décédées, 116 sont hospitalisées isolées, dont neuf sont en situation clinique grave. Dr Jérôme Salomon :

« En termes de répartition, 72 font partie d’une chaîne de transmission ou d’un cluster, 35 reviennent de zones à l’étranger où circule le virus, 23 cas récents sont en cours d’investigation, 7 ont été détectés par le test systématique des pneumonies graves ou des détresses respiratoires aiguës. »

« Cluster » de l’Oise : quarante-sept cas. « Cluster » de Haute-Savoie : dix cas. Le maire de La Balme-de-Sillingy, François Daviet, a annoncé sur Facebook qu’il était lui aussi contaminé et qu’il allait être hospitalisé à Annecy. Un voyage organisé en Egypte a été à l’origine de onze cas sur une vingtaine de personnes ». Pour les experts français nous sommes désormais face à une « mosaïque épidémiologique », avec « des situations très différentes à l’échelle départementale voire communale, (…) d’où des différences de consignes, adaptées aux spécificités locales. »

« Nous faisons tout pour freiner l’évolution, protéger les zones peu ou pas touchés » explique le Dr Salomon. Il précise que 138 établissements de santé ont été été placés en alerte – au moins un par département. Il  rappelle les mesures de précaution déjà formulées : « Les voyages non-indispensables sont à reporter, surtout hors UE », et « au retour d’une zone où circule activement le virus, il convient de respecter les consignes de réduction de la vie sociale. Et d’autosurveillance deux fois par jour. »

Léonard de Vinci

Trois cas ont été confirmés positifs à Saint-Barthélemy et Saint-Martin, deux îles du nord de la Guadeloupe : un résident de Saint-Barthélemy, confiné chez lui, et ses parents, placés en surveillance à l’hôpital de Saint-Martin. Ici ou là d’autres symptômes, inquiétants, émergent. Aucun cas avéré n’a été signalé en Martinique et à La Réunion, mais les craintes de voir arriver l’épidémie provoquent des débordements. Des heurts, potentiellement violents, ont opposé hier près de l’aéroport international Aimé-Césaire des policiers à des manifestants. Ces derniers réclamaientt des « contrôles sanitaires plus stricts » de tous les voyageurs arrivant sur l’île de la Martinique – notamment celles et ceux en provenance d’Italie.

Plus grave, à La Réunion, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant le principal port de l’île pour tenter d’empêcher le débarquement de touristes voyageant à bord d’un paquebot refoulé à Madagascar. Ils réclamaient « plus de sécurité sanitaire pour éviter la propagation du coronavirus ». Les heurts ont éclaté lorsque des manifestants se sont opposés à la sortie du port d’une cinquantaine de touristes − plus de trois cents passagers avaient déjà eu le temps de quitter le port.

Sur France 2 on demande à Isabelle Huppert : « Peur du virus ? » Réponse de l’actrice : « Oui et non… Je fais confiance aux chercheurs. Je me lave les mains. Mais je ne m’en lave pas les mains ». Un nuage passe, Ponce Pilate.

A Paris, vive émotion des médias avec la fermeture dominicale inopinée du musée du Louvre. Les agents du musée le plus visité au monde redoutent désormais d’être, au contact du public, infectés par le coronavirus. Italie ou pas, La Joconde, en son cadre, n’a rien perdu de son charme, ni Mona Lisa de son éclat.

A demain @jynau

Une réflexion sur “Coronavirus en France. Progression de l’épidémie. La Joconde désormais interdite de visites

  1. Sur les réseaux sociaux, certains s’étonnent des dernières consignes gouvernementales, qui ne préconisent plus le confinement au retour de zones à risque …
    Donc, fini les vacances forcées (et gratuites ?) dans les centres de vacances ?

    Je cite un extrait du dernier texte en ligne :
    « Le ministère des Solidarités et de la Santé actualise ses recommandations régulièrement pour protéger votre santé et vous recommander les bons gestes à adopter face au Coronavirus COVID-19.

    Pour les personnes revenant de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran, ou des régions de d’Emilie-Romagne, Lombardie et de Vénétie en Italie.

    Pendant les 14 jours suivant le retour :

    Surveillez votre température 2 fois par jour ;
    Surveillez l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…) ;
    Lavez-vous les mains régulièrement ou utilisez une solution hydro-alcoolique ;
    Evitez tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) ;
    Evitez de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) ;
    Évitez toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…).
    Travailleurs/étudiants : vous pouvez retourner travailler en l’absence de symptômes.
    Les enfants, collégiens, lycéens peuvent être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée.
    En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour d’une zone où circule le virus :
    Contactez le Samu Centre 15 en faisant état de vos symptômes et de votre séjour récent.
    Evitez tout contact avec votre entourage et conservez votre masque.
    Ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.
    Dois-je porter un masque ?
    Le port du masque chirurgical n’est pas recommandé sans présence de symptômes, si vous avez séjourné en Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, en Iran, ou dans les régions d’Emilie-Romagne, Lombardie et de Vénétie en Italie.
    Le masque n’est pas la bonne réponse pour le grand public car il ne peut être porté en permanence et surtout n’a pas d’indication sans contact rapproché et prolongé avec un malade.

    Le masque est donc réservé aux malades, aux contacts avérés haut risque, aux professionnels du secours à personnes, du transport sanitaire, des professions de santé, en ville comme à l’hôpital. Le Gouvernement déstocke les masques chirurgicaux du stock stratégique et continuera à le faire autant que nécessaire au fur et à mesure des besoins des territoires pour ces catégories d’indication. »
    https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

    Après l’affolement désordonné, retour à une gestion plus pragmatique de la crise par nos autorités ?
    Mais le complotisme et autres déchaînements et affolements en naissent et débordent d’autant plus parmi le bon peuple qui se nourrit du net …cf « l’affaire des Masques »

    Et pour autant, perversion de cette société hyper-médiatisée, j’ai beau raisonner, je n’échappe pas à la crainte ambiante pour mes proches vivant en zone à risque.

    D’ailleurs, mon imagination débordante évoque quelque Pierrot, assis grimaçant sur son croissant de lune, s’amusant dans ses hauteurs du spectacle des minuscules fourmis terrestres courant en tout sens.
    Et pourtant, non, je ne suis pas complotiste.

    Question existentielle du jour : comment ne pas être un mouton ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s