Coronavirus, gouttelettes, masques, rumeurs. Sibeth Ndiaye, France Inter et Gustave Flaubert

Bonjour

04/03/2020. Sibeth Ndiaye, porte parole du gouvernement est l’invitée du « Grand entretien » de France Inter (Salamé Léa, Demorand Nicolas). Eéléments de langage. Phrasé ultra-rapide. Certitudes assénées.

Science médicale. Les Allemands s’attendent à ce que près 70% de leur population soit touchée. Et le gouvernement français ? D’emblée : « Evidemment, on établit des chiffres. Mais l’épidémiologie est une science médicale qui a justement cette caractéristique-là de ne pas pouvoir vous donner, au nombre près, le nombre de personnes qui vont être atteintes (…) ça va dépendre des bons comportements qu’on peut faire adopter par la population française (… ) On veut qu’il y ait le moins de personnes malades ».  

Ecoles. « On sait que les enfants sont très peu atteints par le virus, sans doute parce qu’ils ont une immunité qui leur permet de mieux y résister, mais on sait qu’ils peuvent potentiellement être porteurs qui disséminent, explique la porte-parole. C’est pour cette raison que l’on ferme les écoles, on ferme quand on a des cas regroupés sur un territoire, mais on ne va pas fermer toutes les écoles de France ». Quand l’épidémie sera sur l’ensemble du territoire, la stratégie changera. « Si nous basculons dans le stade 3, une épidémie qui circule sur tout le territoire, on ne va pas arrêter la vie de la France ».

Relativiser. La porte-parole rappelle par ailleurs que « la grippe, chaque année en France, atteint entre 2,5 et 3 millions de personnes ; aujourd’hui, nous avons un peu plus de 200 atteintes du coronavirus.

Masques. En a-t-elle acheté, pour elle est ses enfants ? « Ah non, pas du tout (rires) ». « On ne doit pas acheter de masques, et on ne peut pas en acheter, car on a donné des consignes aux officines de pharmacie ». Les masques sont réservés aux malades et aux professionnels de santé.

Psychose. L’objectif est de ne pas y sombrer

Gouttelettes. La maladie se répand par « gouttelettes », et on a besoin « que les gens contaminés évitent de projeter leurs gouttelettes, il n’y a qu’à ce profil de patients à qui on va donner des masques ». 

Elections municipales. Elles sont maintenues « à l’heure où nous parlons, il n’y a pas de raison d’annuler ».  

Censure, Roman Polanski, Franck Riester.  Interrogée sur les récentes déclarations hautement controversées du ministre de la Culture concernant le « César » décerné à Roman Polanski, Sibeth Ndiaye estime que « c’est le rôle d’un citoyen de donner son avis. Franck Riester est un citoyen très engagé. Il a eu raison. Je le soutiens et j’aurais eu le même propos ».  Le ministre de la Culture n’est pas, selon elle, « un censeur ». « Il n’a pas à porter de jugement sur quelqu’un qui n’est pas condamné ; pour Polanski on a un jugement, auquel il échappe. Ce n’est pas une question de rumeurs ».

On éteint France Inter. On imagine Flaubert. « Rumeurs : à faire taire ».  

A demain @jynau

3 réflexions sur “Coronavirus, gouttelettes, masques, rumeurs. Sibeth Ndiaye, France Inter et Gustave Flaubert

  1. « Les Allemands s’attendent à ce que près 70% de leur population soit touchée.  »
    Parlant allemand, j’ai essaié de sourcer cette indication de Léa Salamé.
    Ce que j’ai trouvé est l’indication d’un virologe allemand de l’hôpital de la Charité de Berlin, Christian Drosten, que a donné une indication du taux maximale de personnes atteintes selon une modélisation statistique lors d’une conférence de presse.
    Ce n’est en aucun cas une prévision et elle ne reflête pas, autant que je saisis le contexte, l’avis du gouvernement allemand.
    Léa Salamé parle très vite, des fois même trop…
    Source : https://www.focus.de/gesundheit/news/unsicherheiten-abbauen-sterblichkeit-ausbreitung-dauer-virologe-raeumt-mit-zahlen-wirrwarr-um-corona-auf_id_11723764.html

  2. Merci pour ce lien germain…
    Ce que je comprends quant au chiffre d’environ 70% que le virologue évoque : il s’agit d’un taux de « couverture » (à l’instar je suppose des vaccinations) de la population (= des personnes infectées et immunisées*), à partir duquel l’épidémie s’arrêterait d’elle même. C’est tout pour ce qui est de ce taux de 70.
    *(immunisées pour combien de temps, le virologue ne sait pas, car pas assez de recul sur ce virus)

    Son discours correspond tout à fait à ce qu’on nous a dit officiellement jusqu’ici, il donne simplement des précisions sur les raisonnements et modes de calcul divers et variés employés par le petit monde des spécialistes en matière d’épidémies.

    C’est très intéressant de ce point de vue, et permet de décrypter les processus et étapes de gestion de la crise, mais ne change pas grand chose quant à l’attitude individuelle à adopter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s