Coronavirus : oui, la France vivra, même lorsqu’elle aura «basculé» dans le «stade 3»

Bonjour

05/03/2020. Jusqu’ici la mise en scène épidémique de l’exécutif jacobin est presque parfaite. Alors que tout laisse penser que « les autorités se préparent au stade 3 de l’épidémie », Emmanuel Macron doit réunir aujourd’hui les principaux acteurs de la recherche publique et privée engagés dans la lutte contre la Covid-19 épidémique.

En pratique une trentaine de chercheurs publics et privés seront réunis dans le Palais de l’Elysée. Face à eux : Emmanuel Macron et la fraction concernée du gouvernement. Le symbole de l’articulation entre l’analyse scientifique du risque et la gestion, politique, de ce même risque. Une articulation pensée et structurée au plus fort de la crise de la vache folle grâce, notamment, au toujours regretté Pr Dominique Dormont.

L’exécutif ? On dispose, pour l’heure, des déclarations de la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, sur les ondes de France Inter : il semble « peu probable malheureusement » que la France échappe au stade 3 (le dernier). « Nous nous préparons activement au fait d’avoir une épidémie », a-t-elle affirmé. En cas de passage au stade 3, celui où l’on constate que le virus circule et qu’il est transmissible sur l’ensemble du territoire, « les activités collectives sont fortement impactées », précise le gouvernement sur le site gouvernement.fr.

« Stade 3 : le virus circule largement dans la population.

« Le stade 3 ou stade épidémique correspond à une circulation active du virus. La stratégie repose alors sur l’atténuation des effets de l’épidémie. L’organisation prévoit la mobilisation complète du système sanitaire hospitalier et de ville, ainsi que les établissement médico-sociaux pour protéger les populations fragiles, assurer la prise en charge des patients sans gravité en ville, et des patients avec signes de gravité en établissement de soins. Les activités collectives sont fortement impactées. Au stade 3, la vie du pays devra continuer et notre pays gèrera l’épidémie. La France s’appuie sur un système de santé efficace. »

Face à l’inquiétude, voire à la « psychose », les sénateurs exhortent le gouvernement à communiquer avec plus de pédagogie encore. Pour sa part le nouveau ministre de la santé, Olivier Véran, assure que le choix fait par le gouvernement qui est celui de la « transparence ». Mais comment, démocratiquement, pourrait-il en être autrement ? Le Dr Véran imagine-t-il pouvoir un instant cacher le diagnostic, masquer la thérapeutique alors même qu’aucun second avis ne peut être réclamé, ni par le pays, ni par le citoyen ?

Le pays reste encore au stade 2, celui au cours duquel les autorités mettent « tout en œuvre pour freiner la diffusion du virus », a affirmé M. Véran, à l’issue d’un nouveau conseil spécial de défense réuni le 4 mars au Palais de l’Elysée. Pour l’heure, les restrictions collectives décidées le week-end dernier n’ont pas changé, et les rassemblements de plus de 5 000 personnes dans des espaces confinés restent notamment interdits. Ces mesures seront « réexaminées » lors du passage au stade 3.

Autre pronostic de l’exécutif. « Les métros continueront à circuler jusqu’à nouvel ordre, les transports en commun continueront à circuler jusqu’à nouvel ordre… la vie du pays ne s’arrêtera pas à cause du coronavirus », a insisté, hier sur France Inter, Mme Ndiaye. pourquoi « nouvel ordre » ? Le report des élections municipales, prévues les 15 et 22 mars, n’est pas à l’ordre du jour. Du moins pour l’heure.

A demain @jynau

PS. Le Jardin de la France touché. C’était la dernière région française indemne. Deux premiers cas de coronavirus COVID-19 ont été confirmés hier soir en région Centre-Val de Loire.

Il s’agit d’une part d’une femme âgée de 73 ans habitant l’Indre-et-Loire, qui a séjourné récemment à Mulhouse, d’autre part d’un homme de 40 ans habitant l’Eure-et-Loir, de retour d’un séjour à Milan. Ils sont hospitalisés respectivement dans les services d’infectiologie du CHU de Tours et du CHR d’Orléans. Leur état clinique ne présente pas de signe de gravité.

Des investigations complémentaires sont menées par la Cellule régionale de Santé publique France et l’ARS Centre-Val de Loire Dès hier soir, l’ARS Centre-Val de Loire et Santé publique France (SPF) ont débuté l’enquête sur les personnes avec qui ces patients ont été en contact rapproché, afin de limiter les éventuelles transmissions du virus. Ce travail se poursuit ce jour.

Une réflexion sur “Coronavirus : oui, la France vivra, même lorsqu’elle aura «basculé» dans le «stade 3»

  1. Merci de cette évocation de celui qui fut mon patron de thèse. Dans ma pratique quotidienne, dans le doute, je me demande toujours ce qu’en aurait pensé Dominique Dormont.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s