Covid-19: Le Monde demande, dans un éditorial, la transparence des avis du Conseil scientifique

Bonjour

16/03/2020. Editorial du Monde (signé, en une, par Jérôme Fenoglio, directeur). Où l’on revient notamment sur le manque de transparence, difficilement compréhensible, qui prévaut quant aux travaux et aux avis de l’actuel « Comité scientifique » depuis peu chargé de conseiller le gouvernement quant à la lute contre l’épidémie de Covid-19 – manque de transparence que nous évoquions ici-même et sur laquelle il faudra revenir, ne serait-ce que pour tenter de comprendre et, collectivement, progresser. Où l’on revient, ainsi, sur l’indispensable transparence démocratique, en situation de crise sanitaire, entre l’évaluation scientifique du risque et sa gestion politique.

Extraits de cet éditorial :

« En ces jours de grande inquiétude, il convient de ne pas ajouter la colère à la crainte légitime, la division à la séparation nécessaire. Il n’est plus temps d’alimenter la polémique sur la somme des petits calculs et des grandes inconséquences qui ont conduit au maintien de ce premier tour des élections municipales dénué de sens, et probablement de suite. Mais l’on peut toujours s’affliger que ce scrutin tronqué ait fait perdre une précieuse journée de plus dans la lutte contre le Covid-19, en envoyant un message inverse de celui que la gravité et l’urgence de la situation imposent : écartez-vous les uns des autres, et restez chez vous, sans plus attendre (…)

« Le combat contre l’épidémie nous place face à une injonction contradictoire : pour protéger la communauté, il faut s’en extraire ; pour préserver le collectif, il faut le fragmenter en une multitude de retraits individuels. Les Italiens, dont certains ont eu grand tort de se gausser au début de la crise, l’ont bien compris. Durement éprouvés, ils s’imposent une discipline exemplaire. Pour l’heure, nombre de Français ne parviennent pas à adopter un tel comportement, à la hauteur du danger. Malgré les simulations alarmantes, les mesures qui se durcissent, les bilans qui s’aggravent, le risque paraît encore trop souvent réservé aux autres – les personnes âgées ou fragiles –, la menace ne semble planer que sur un avenir très lointain (…)

« Espérons que l’on se souviendra, au décours de cette crise, à quel point l’hôpital public et, d’une manière générale, la santé n’ont pas de prix. C’est à un système sanitaire à bout de souffle, à des personnels de santé qui n’avaient cessé de tirer le signal d’alarme sans être entendus que l’on demande, dès à présent, des sacrifices inouïs. Osons le mot : un comportement héroïque (…)

Cette épreuve, pour la première fois à l’échelle de continents entiers, peut bouleverser durablement le cours de nos sociétés. Il n’est pas exclu qu’elles en sortent améliorées, si deux conditions essentielles sont réunies : la confiance et la raison. Pour obtenir des sacrifices de leurs concitoyens, pendant de longs mois selon toute probabilité, nos gouvernants – du moins ceux des régimes démocratiques – n’auront d’autre choix que de leur exposer en toute transparence leur stratégie, ses risques et ses éventuelles évolutions. Pour éclairer chacun, ils devront également partager les données et avis scientifiques qui les guident dans leurs décisions.

Pour l’heure, ces conditions ne sont pas tout à fait réunies en France. L’exécutif a tardé à partager les règles sur la manière dont il consulte son conseil scientifique, dont les travaux n’ont pas encore été rendus publics. La stratégie face au Covid-19 n’a pas non plus été clairement exposée, encore moins débattue. (…) 

Cette opacité des prises de décision ne peut que nuire au combat de longue haleine qui s’engage. Et retarder l’indispensable responsabilisation de chaque individu, maillon d’une longue chaîne qui devra bien finir par entraver la course du coronavirus.»

Emmanuel Macron doit à nouveau parler aux Français ce soir à 20 heures. On ne peut exclure qu’il réponde à la démocratique demande formulée par Le Monde.

A demain @jynau

NB A lire « Coronavirus : pourquoi la stratégie sanitaire française pose question. Le chef de l’Etat a décidé de maintenir les élections municipales en s’appuyant sur des expertises scientifiques qu’il n’a pas rendues publiques. » (Franck Nouchi, Le Monde, 14 mars 2020)

Une réflexion sur “Covid-19: Le Monde demande, dans un éditorial, la transparence des avis du Conseil scientifique

  1. Les français détestent qu’on leur annonce de mauvaises nouvelles. D’où, probablement le retenue du gouvernement et une certaine immaturité politique qui a conduit à l’adoption dans une certaine mesure de la méthode Coué, totalement inadaptée en l’espèce, c’est évident.
    Le président Trump n’est certainement pas un modèle mais il n’a pas hésité à déclarer l’etat d’urgence du jour au lendemain. Le non respect des recommandations par la population, impose des mesures fortes. La transparence totale aurait été cruelle. Elle aurait conduit à admettre que les mesures recommandées ne peuvent être qu’inefficaces si l’on n’a pas de masque à proposer aux personnels soignants à l’hopital et en ville.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s