Pourquoi Agnès Buzyn déclenche-t-elle une polémique sur la gestion politique de l’épidémie ?

Bonjour

17/03/2020. Voilà bien, au premier jour du confinement national, une polémique particulièrement inopportune et dont on peut redouter les effets. Elle trouve son origine dans les propos tenus par Agnès Buzyn dans un long papier publié aujourd’hui dans Le Monde (Ariane Chemin) :  « Les regrets d’Agnès Buzyn : ‘’On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade’’. Catastrophée par la crise sanitaire, l’ex-ministre de la santé revient pour Le Monde sur sa campagne à Paris et son départ du gouvernement en pleine crise du coronavirus. »  Extraits :

« Tout commence le 14 février. A l’époque, l’OMS ne parle pas encore de pandémie, les épidémiologistes comparent la mortalité du virus à celle de la grippe. Seule la province chinoise de Hubei est confinée. Invitée sur France Inter, ce matin-là, Agnès Buzyn fait le point sur ses dossiers et la situation sanitaire. Elle n’a pas encore vu la vidéo intime de Benjamin Griveaux, qui tourne depuis peu sur les réseaux sociaux. Toujours pas candidate dans un arrondissement de la capitale ?, lui demande-t-on à l’antenne. Ce même Griveaux ne lui avait proposé qu’« une troisième position, dans le 15e », précise-t-elle aujourd’hui. Pas forcément de son niveau. Elle n’entre pas dans ces détails et répète : « Je ne pourrai pas être candidate. J’avais déjà un agenda très chargé, j’ai beaucoup de réformes dans le ministère et s’est rajouté un surcroît de travail inattendu malheureusement, qui est cette crise du coronavirus. » L’affaire semble tranchée.

« Que se passe-t-il entre ce vendredi matin et le samedi soir suivant, qui la voit s’avancer sur le devant de la scène parisienne, alors que Griveaux jette l’éponge ? A l’entendre, elle devine déjà ce qui se profile. « Je pense que j’ai vu la première ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. »

« Dès lors, pourquoi tout lâcher pour remplacer Griveaux ? « Ni Emmanuel Macron ni Edouard Philippe ne m’ont mis la pression. Mais je recevais des milliers de textos me disant : “Il n’y a que toi…” Je me suis dit que je n’allais pas laisser La République en marche dans la difficulté… Paris est un beau mandat. J’ai appelé moi-même le président pour lui dire que j’y allais. (…)

« Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J’avais peur à chaque meeting. J’ai vécu cette campagne de manière dissociée. » Le mot dit tout. A-t-on jamais gagné une élection en affichant pareille dualité ? »

Sidération de la classe politique

Quelques heures après la publication de ce texte la classe politique est, dit Le Figaro (Loris Boichot),  « secouée ». Des propos «consternants», juge Jean-Luc Mélenchon. «A-t-elle su et prévenu trois mois avant ? Et dans ce cas pourquoi rien n’a-t-il été fait ? Pourquoi raconte-t-elle cette histoire maintenant quand il est trop tard ? Se rend-elle compte qu’elle engage sa responsabilité pénale et celle des autres personnes qu’elle dit avoir prévenues ?» a commenté le chef de file des Insoumis sur Facebook.

 «[L’exécutif a-t-il]  minimisé la crise, tardé à prendre les mesures nécessaires malgré un risque connu ?», demande à son tour le vice-président du Rassemblement national, Jordan Bardella. «Si ces affirmations sont exactes, la crise sanitaire peut désormais se doubler d’un véritable scandale sanitaire majeur.» «Cette bombe devrait faire sauter ce gouvernement d’incapables qui a mis en danger les Français !», estime pour sa part l’eurodéputée (Les Républicains) Nadine Morano sur Twitter. Plus prudents, des élus réclament que l’Assemblée nationale et le Sénat fassent la lumière sur de potentiels «manquement graves» dans la gestion de la crise, au sommet de l’État. «Aujourd’hui, priorité à la santé. Ensuite, ce sera au Parlement d’enquêter», avance le candidat (Europe Écologie-Les Verts) à la mairie de Paris, David Belliard.

Et maintenant ? Dans un communiqué diffusé par son équipe, l’ancienne ministre affirme qu’elle «regrette la tonalité» de l’article du Monde et «considère que le gouvernement a été pleinement à la hauteur des défis» face au virus. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a pour sa part assuré que toutes les «décisions» prises par le gouvernement, «depuis le début de cette crise», étaient fondées sur un «principe de transparence» et soumises à un «avis scientifique».

C’est dans ce contexte, alors que différentes critiques commençaient à émerger quant à l’opacité du mode de fonctionnement du Conseil scientifique du gouvernement que son président, le Pr Jean-François Delfraissy et le ministre Olivier Véran ont organisé le 17 mars, une longue conférence de presse téléphonique. Une réunion qui a permis, enfin, d’expliquer dans le détail le mode de fonctionnement de cette structure créée le 11 mars dernier pour conseiller au mieux l’exécutif dont Agnès Buzyn ne fait plus partie. Une ancienne ministre des Solidarités et de la Santé qui, selon Le Monde « se demande ce qu’elle va faire de sa vie ». Avant d’ajouter : « Je n’ai plus de boulot » avant de se reprendre : « Je dis toujours : “Ministre un jour, médecin toujours”. L’hôpital va avoir besoin de moi. Il va y avoir des milliers de morts. »

A demain @jynau

4 réflexions sur “Pourquoi Agnès Buzyn déclenche-t-elle une polémique sur la gestion politique de l’épidémie ?

  1. Encore un article venimeux qui reprend avec complaisance les attaques d’un Melanchon disqualifié et haineux. Madame Buzyn est une femme honnête et sincère. Il est difficile de reécrire l’histoire

  2. Bonjour,

    Il est difficile de reécrire l’histoire … Mmh …

    < Une recherche publique française affaiblie … Oui, difficile de regarder la vraie Histoire …

  3. “Tout le monde nous pose des questions auxquelles on aimerait avoir des réponses. D’où viennent les coronavirus ? Est-ce qu’ils sont plus susceptibles de changer d’hôtes, de passer des chauves-souris à l’homme ? Est-ce que leur génome permet ça ? A quelle vitesse se propagent-ils ? Quand est-ce qu’il y aura le pic épidémique en France ? Au niveau sociologique, comment répondra la population aux mesures de confinement ? Ce sont des questions auxquelles on aurait pu répondre si on n’avait pas arrêté de financer la recherche publique, si la recherche publique était financée de manière décente.”
    … !!!
    Un peu comme au sujet de l’Homéopathie … tous comptes faits.

    Et si d’aventures, Mme de Buzynenconfinements devait trouver le temps long, si jamais elle se trouve en moins de boulot, … elle aura donc tout le long long loisir, de se renseigner cette fois plus exactement , sur ce qu’elle a si bien voulu dénigrer en son faste tant ! Ou, ‘Ne pas se moucher du coude’ dit une vieille expression française, n’est-ce pas ?

    On se rappellera encore, ses ‘pensées’ profondes quant au devenir des producteurs fabriquants de médicaments homéopathiques français , et le respect flagrant, des plus d’un millions de patients qui ont tenté à maint reprises, de pouvoir lui expliquer, lui dire, lui faire comprendre … ses faux pas et bien tristes raisonnements piscinés …sur les dernières et plus récentes découvertes scientifiques au sujet du fonctionnement des remèdes et souches …

    ‘Un choix existenCiel’, prétendait-elle évaluer !! Bravos encore !

    Et là, combien vont trinquer ???

    Bravos renouvelés … Pour les masques et équipements de base des corpus soignant, face au Covide 19n, … elle leur réexpliquera certainement, aux dits soignants, et bien s’il vous plaît, à ces ‘héros historiques’ des gloires ultra libéralisées , … qu’ils sont ceux aussi, qui verront leurs retraites dégager … salariés comme installés en soins que l’on prétend vouloir dire libéraux .

    Le corps soignant n’oubliera pas tout ça !

    Quant aux patients … l’avenir nous dira sous peu, comment ils voient ça…

    Alors, en conclusion,
    « Rebâtir les jours à genoux lorsque l’horizon se noie dans la crue du ciel et que la forêt n’est plus qu’une flaque brûlée. Je serai de cette génération qui marche à l’envers portant son arche sur sa tête»…
    Et plus, à lire là, article + fil de comment taire :

    https://homeosi.blog/2020/01/05/quen-tot-place-place-beau-6/

    Mercis pour la publication.

  4. « De son côté, le Premier ministre reconnaît qu’il a été prévenu et qu’il a « consulté les scientifiques ». Ceux-ci ne lui auraient pas conseillé d’annuler les élections. Pourquoi le Premier ministre nous ne nous a-t-il rien dit de cette discussion, ni de ses conclusions, quand il nous a convoqué à deux reprises avant le premier tour ? Mais est-ce vrai ? Que lui ont-ils dit ? Quel genre de scientifiques ont pu lui démentir ce que Madame Buzyn tenait, de son côté, pour acquis ? Comment comprendre que certains « scientifiques » entourant le Premier ministre n’avaient pas d’opinion arrêtée le jeudi, et d’autres écrivent le samedi dans la nuit, après l’intervention du Premier ministre qu’il fallait annuler le premier tour ? Quelques rares observateurs noctambules ont pu l’apprendre. Mais aucun commentateur ensuite ne nous a alerté pour commenter, confirmer ou infirmer? »
    Dixit M. Mélenchon, qui rajoute :
    « Quant aux appareils, notamment celui de l’État, hélas, hélas, mille fois hélas nous voyons dans quel état de délabrement il se trouve par manque de moyens. Mais aussi par le relâchement général des chaînes de commandement. Celle-ci vient de haut. Et surtout de l’incohérence des sommets de l’État. Ainsi quand ceux-ci annoncent des consignes à la télévision et à la radio sans se soucier de savoir si les responsables de l’administration seront informés à temps pour les mettre en œuvre. De ce que je dis là je pourrais donner maints exemples où l’on apprendrait comment des chaînes militantes ont informé les têtes de réseau administratif de ce qui se passait vraiment ! »

    On trouve bien sympathique le tintamarre de 20h en l’honneur des soignants. ..Il pourrait prendre une forme plus politique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s