Pendant l’épidémie et le confinement, peut-on encore offrir une fraction de son sang ?

Bonjour

C’est un sujet sanitaire essentiel dont le médias ne parlent pas. Ou bien trop peu. Les données sont connues. En France les collectes de sang ne peuvent être interrompues. Aujourd’hui les réserves actuelles en globules rouges sont de moins de quinze jours et en plaquettes de moins de trois jours. Rappelons que les globules rouges se conservent au maximum quarante-deux jours et les plaquettes sept jours. Or une proportion considérable de la population française est placée en confinement. Dès lors, que faire : privilégier les règles de lutte contre l’épidémie ou faire acte de partage sanitaire, citoyen et solidaire ?

Il faut ici se rendre sur le site de l’Etablissement français du sang (EFS). On y apprend que le confinement ne change rien aux réalités sanitaires : l’EFS appelle à continuer à donner son sang « à condition que les donneurs n’aient pas de symptômes grippaux ». On peut ainsi se rendre dans les centres de collecte, même très éloignés de son domicile (voir ici la carte des sites) – sous réserve de remplir l’attestation officielle ou une déclaration sur l’honneur indiquant qu’ils vont donner leur sang, « au motif de l’assistance aux personnes vulnérables ». De plus les lieux de collecte de sang sont considérés par les autorités de l’Etat comme des lieux publics autorisés car vitaux et indispensables.

« Toutes les mesures de précaution sont mises en œuvre sur toutes les collectes pour éviter les risques de transmission du virus, explique l’EFS, avec des distances de sécurité et des masques pour le personnel de collecte. Nous vous demandons de bien respecter une distance d’un mètre entre chacun et chacune d’entre vous et de respecter tous les gestes barrières. C’est important pour la santé de tous. Merci pour vos dons et votre patience. »

A demain @jynau

4 réflexions sur “Pendant l’épidémie et le confinement, peut-on encore offrir une fraction de son sang ?

  1. Je ne comprends pas le message des établissements de transfusion sanguine. En principe, les virus sont transmissibles par le sang. Ce qui serait confirmé par le fait qu’il ne faut pas donner son sang en présence de symptômes. Mais lorsque l’on a les symptômes, on a eu en principe une phase asymtomatique, pendant laquelle je ne vois pas qu’il soit possible que le virus ne se transmette pas. Il faudrait donc tester le sang, sauf à l’utiliser uniquement s’il est industrialisé, chauffé ou autre procédé d’inactivation. Je trouve que c’est mal expliqué ; si c’est découvert, les ETS seront accusés de manque de transparence. Est-ce pour empêcher les gens d’aller donner pour se faire tester ? Cela me paraît alors plutôt contreperformant. Qu’en pensez-vous ?

    • Bonjour Marie-Angèle,

      Je vous remercie pour votre question. Le coronavirus est un virus qui se transmet par les voies respiratoires et non par le sang. La virémie (présence du virus dans le sang) n’a été constatée, à ce stade des connaissances, qu’en cas de symptômes très sévères de la maladie, chez des patients hospitalisés dans des états graves. Aucun don n’étant autorisé en cas de symptômes, le risque transfusionnel n’est que théorique.

      Le principal « risque transfusionnel » à ce jour serait de ne plus collecter de produits sanguins : en moins de trois jours nous n’aurions plus de plaquettes pour soigner les patients pour lesquels les transfusions sont vitales. Moins de 15 jours pour les transfusions de globules rouges.

Répondre à EFS Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s