Alerte sur l’hydroxychloroquine : sécurisation immédiate des stocks des pharmacies d’officine

Bonjour

26/03/2020. C’était malheureusement plus que prévisible : le battage (battement) médiatique croissant sur les vertus supposées de l’hydroxychloroquine (déclenché depuis Marseille par le Pr Didier Raoult) a eu les effets pervers que l’on pouvait redouter.

Aujourd’hui l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dit avoir été « alertée de difficultés d’accès dans les pharmacies en ville aux traitements Plaquenil (hydroxychloroquine) » – difficultés d’accès pour les malades chroniques à qui ces médicaments sont destinés (lupus et polyarthrite rhumatoïde notamment).

Or, faudrait-il rappeler que le Plaquenil n’a pas d’indication dans la prise en charge du COVID-19 en ville (avis du Haut conseil de santé publique du 24/03/2020 ) ?  Il n’y a donc aucune justification à sa prescription dans cette indication. Et l’ANSM de lancer cette alerte :

« Aussi, conformément au décret du 25 mars 2020   (pris en application de « la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie du COVID-19 » ), nous demandons aux pharmaciens d’officine de ne délivrer ce médicament que sur prescription médicale dans leurs indications habituelles, ceci afin de sécuriser leur accès aux patients qui en bénéficient pour leur traitement chronique » 

L’ANSM insiste : le Plaquenil n’est pas autorisé  dans la prise en charge du Covid-19 en médecine de  ville et ce alors que ce médicament fait actuellement l’objet d’une demande massive. Il s’agit de « protéger » les patients qui en ont besoin et d’ « éviter les risques de rupture » de leur traitement à cause d’ordonnances « sans aucune justification », dit à l’AFP le Dr Dominique Martin, directeur général de l’ANSM.

Les mêmes mesures sont prises par l’ANSM vis-à-vis du Kaletra (lopinavir/ritonavir) et de son générique (utilisés contre le VIH/sida) qui fait également l’objet d’ essais cliniques contre le Covid-19. En pratique, pour les pharmaciens d’officine :

Concernant la dispensation de Plaquenil (hydroxychloroquine) :

  • Plaquenil est inscrit sur la liste II des substances vénéneuses par arrêté du 13 janvier 2020, suite à une harmonisation avec les médicaments de la même classe. Vous ne devez les dispenser que sur présentation d’une ordonnance, même si les boîtes dont vous disposez ou que vous recevez ne sont pas encore étiquetées « liste II » (cadre vert)..
  • Honorez uniquement les prescriptions initiales émanant des rhumatologues, internistes, dermatologues, néphrologues, neurologues et pédiatres et les renouvellements d’ordonnance émanant de tout médecin ;
  • Respectez les mêmes modalités de prescription et de dispensation pour les préparations magistrales contenant cette substance active.

Concernant la dispensation de Kaletra ou de son générique (lopinavir/ritonavir) :

  • Honorez uniquement les prescriptions initiales hospitalières et les renouvellements d’ordonnance émanant de tout médecin, comme habituellement.

Afin de faciliter l’accès à ces médicaments l’ANSM a demandé aux laboratoires Sanofi Aventis, Abbvie et Mylan de livrer dès que possible et en quantités suffisantes, les grossistes-répartiteurs et les pharmacies en Plaquenil, Kaletra et son générique. On ne doute pas que ces géants pharmaceutiques répondront favorablement à cette demande.

A demain @jynau

4 réflexions sur “Alerte sur l’hydroxychloroquine : sécurisation immédiate des stocks des pharmacies d’officine

    • Sans doute un lapsus clavieri.

      A propose du papier sur la chloroquine :

      https://scienceintegritydigest.com/2020/03/24/thoughts-on-the-gautret-et-al-paper-about-hydroxychloroquine-and-azithromycin-treatment-of-covid-19-infections/?amp=1

      Et une micro étude mais plus grande et mieux faite :

      https://seenthis.net/messages/834368

      Très petite étude concernant des formes « communes » (non sévères) de COVID-19 et utilisant 400 mg/jour (versus 600 mg/j dans l’étude marseillaise) d’hydroxychloroquine pendant 5 jours : pas de différence avec le placebo.

      A pilot study of hydroxychloroquine in treatment of patients with common coronavirus disease-19 (COVID-19)
      CHEN Jun, LIU Danping, LIU Li, LIU Ping, XU Qingnian, XIA Lu, LING Yun, HUANG Dan,
      JOURNAL OF ZHEJIANG UNIVERSITY March 2020
      ▻http://subject.med.wanfangdata.com.cn/UpLoad/Files/202003/43f8625d4dc74e42bbcf24795de1c77c.pdf

      Via ▻https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-03-25/hydroxychloroquine-no-better-than-regular-covid-19-care-in-study

      [Abstract]
      Objective : To evaluate the efficacy and safety of hydroxychloroquine (HCQ) in the treatment of patients with common coronavirus disease-19 (COVID-19).
      Methods : We prospectively enrolled 30 treatment-naïve patients with confirmed COVID-19 after informed consent at Shanghai Public Health Clinical Center. The patients were randomized 1:1 to HCQ group and the control group. Patients in HCQ group were given HCQ 400 mg per day for 5 days plus conventional treatments, while those in the control group were given conventional treatment only. The primary endpoint was negative conversion rate of COVID-19 nucleic acid in respiratory pharyngeal swab on days 7 after randomization. This study has been approved by the ethics committee of Shanghai public health clinical center and registered online (NCT04261517).
      Results : One patient in HCQ group developed to severe during the treatment. On day 7, COVID-19 nucleic acid of throat swabs was negative in 13 (86.7%) cases in the HCQ group and 14 (93.3%) cases in the control group (P>0.05). The median duration from hospitalization to virus nucleic acid negative conservation was 4 (1-9) days in HCQ group, which is comparable to that in the control group [2 (1-4) days, (U = 83.5, P>0.05)]. The median time for body temperature normalization in HCQ group was 1 (0-2) after hospitalization, which was also comparable to that in the control group 1 (0-3). Radiological progression was shown on CT images in 5 cases (33.3%) of the HCQ group and 7 cases (46.7%) of the control group, and all patients showed improvement in follow-up examination. Four cases (26.7%) of the HCQ group and 3 cases (20%) of the control group had transient diarrhea and abnormal liver function (P> 0.05).
      Conclusions : The prognosis of common COVID-19 patients is good. Larger sample size study are needed to investigate the effects of HCQ in the treatment of COVID-19. Subsequent research should determine better endpoint and fully consider the feasibility of experiments such as sample size.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s