Coronavirus : un premier chat infecté par un malade a été identifié. Qu’en penser ?

Bonjour

28/03/2020. En d’autres temps le sujet serait passé inaperçu. Tel ne peut plus être le cas aujourd’hui.  « Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, un chat a été infecté par le nouveau coronavirus en Belgique, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires belges. L’animal a été contaminé par son maître qui était malade. résume Le Figaro (Yohan Blavignat) Selon les chercheurs, le chat a eu des symptômes respiratoires et digestifs transitoires. Grâce à une méthode de séquençage, les chercheurs ont détecté le génome du virus. Depuis, l’animal a récupéré et se sent mieux. »

S’inquiéter ? Les spécialistes sont ici rassurants, excluant tout risque de contamination de l’animal à l’homme. Le Sars-CoV-2 peut se transmettre de l’homme vers l’animal mais «il n’y a pas de raison de penser que les animaux peuvent être vecteurs de l’épidémie dans notre société», assure le Dr Emmanuel André, un des porte-parole des autorités belges sur cette pandémie.

Contacté par Le Figaro, Gilles Salvat, directeur délégué à la recherche à l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et auteur d’un récent avis fort documenté sur cette question,  explique que le risque pour l’homme d’infecter son animal de compagnie est «assez faible». L’inverse, une contamination de l’homme par l’animal, est «encore plus faible, voire négligeable». Selon lui, les animaux comme les chats ou les chiens sont des «culs-de-sac épidémiologiques». En d’autres termes ils peuvent très rarement être contaminés et malades ; pour autant ils ne vont pas transmettre le virus à l’homme ou à un autre animal.

En outre les cas de contamination d’animaux domestiques sont extrêmement rares. À Hong Kong, les autorités avaient fait état de deux cas, deux chiens, lors d’une campagne de dépistage menée sur dix-sept chiens et huit chats vivant au contact de personnes porteuses du virus.  Une autre étude réalisée en Corée du Sud et aux États-Unis portant sur quatre mille chiens et chats dans des régions où sévit le Covid-19 n’a pas permis de retrouver de cas positifs. «L’infection de ce chat en Belgique est donc exceptionnelle», conclut Gilles Salvat.

« L’animal de compagnie est bien plus un ami qu’un danger ».

Pour autant l’Académie nationale française de médecine estime qu’il est désormais indispensable de formuler de nouvelles recommandations et précautions. Il s’agit notamment de renforcer les mesures habituelles de biosécurité vis-à-vis des nombreux agents pathogènes pouvant être transmis (aérosols, salive, déjections) par les animaux de compagnie (chien, chat, furet, rongeurs notamment) – une réalité souvent ignorée des propriétaires. « Il importe de se laver fréquemment les mains lorsque l’on s’occupe de l’animal (litière, promenade, alimentation, etc.), surtout s’il a été caressé, et il ne faut pas le laisser lécher le visage » souligne l’Académie.

Il importerait aussi, selon elle, de « séparer le propriétaire ayant le Covid-19 de son animal de compagnie pendant la période où le malade peut être excréteur du virus ». « Autant que possible, il faudrait instaurer une quarantaine permettant de limiter tout contact rapproché de l’animal avec les autres membres de la famille (animal dans la chambre, par exemple) » expliquent les académiciens, médecins et vétérinaires.

Ils ajoutent toutefois : « ces  recommandations ne doivent pas faire oublier que dans un foyer où une personne malade a le Covid-19, le risque pour les personnes vivant sous le même toit est bien plus lié aux contacts avec ce malade qu’avec l’animal de compagnie » Et ajoute que, tout particulièrement en période de confinement, « l’animal de compagnie est bien plus un ami qu’un danger ».

A demain @jynau

1 Cellule de veille scientifique Covid-19 de l’Académie nationale de Médecine – composée de Patrick Berche, Jeanne Brugère-Picoux, Yves Buisson, Anne-Claude Crémieux, Gérard Dubois, Didier Houssin, Dominique Kerouédan et Christine Rouzioux, avec la contribution de Jean-Luc Angot et Eric Leroy

4 réflexions sur “Coronavirus : un premier chat infecté par un malade a été identifié. Qu’en penser ?

  1. « l’animal a récupéré et se sent mieux. » : et il a dit « merci docteur » ?

    Craignant d’avoir à être traité comme du bétail, on peut aussi s’interroger sur le sort d’ autres animaux …

  2. Susceptibility of ferrets, cats, dogs, and other domesticated animals to SARS–coronavirus 2 ( 08 April 2020) :

    <(…) Here, we investigated the susceptibility of ferrets and animals in close contact with humans to SARS-CoV-2. We found that SARS-CoV-2 replicates poorly in dogs, pigs, chickens, and ducks, but ferrets and cats are permissive to infection. We found experimentally that cats are susceptible to airborne infection. Our study provides important insights into the animal models for SARS-CoV-2 and animal management for COVID-19 control. (…)

    https://science.sciencemag.org/content/early/2020/04/07/science.abb7015

Répondre à Hypergol Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s