L’inexcusable «corrélation» du préfet de Police de Paris entre le confinement et la réanimation

Bonjour

04/04/2020. Il ne s’agissait nullement, ici, d’un lapsus. Comment le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a-t-il pu s’exprimer ainsi, déclenchant en un instant autant de réactions justement indignées ?

« Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté, c’est très simple, il y a une corrélation très simple », a-t-il déclaré lors d’un point presse sur un contrôle routier pour dissuader les départs en vacances.

Ces propos ont aussitôt provoqué un début de polémique le contraignant, phénomène sans précédent, à s’excuser par deux fois : dans un communiqué et en direct lors d’une courte allocution. « Au-delà de l’inexactitude c’est une erreur et je la regrette à plusieurs titres. D’abord parce que je sais avoir heurté de nombreuses personnes qui ont des proches en réanimation ou qui ont perdu récemment l’un des leurs. Je n’avais pas l’intention de rajouter la culpabilité à leur peine », a-t-il ainsi déclaré. 

Puis il rappelé le « courage » des « citoyens exposés à cette maladie » : soignants, sapeurs-pompiers, policiers, gendarmes, services publics, caissiers, employés de commerce, routiers, taxis… « Je veux leur dire à tous mon profond respect. (…) Ce qui compte c’est l’unité nationale », a précisé celui dont certains responsables politiques ont aussitôt réclamé la démission.

Le corollaire et la corrélation

Sur BFMTV, le Pr Frédéric Adnet, du Samu de Seine-Saint-Denis : .« Je n’ai pas de mots (…) Insulter, traiter les malades qui sont en danger de mort de délinquance c’est vraiment un scandale».

Plusieurs élus de la France Insoumise ont aussi rapidement pris la parole dont le président Jean-Luc Mélenchon : « L’état d’urgence sanitaire ne doit pas avoir ce visage insultant. Les gens doivent être respectés! » Toujours à gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste, a évoqué des « propos absolument scandaleux ».

A l’autre extrémité,  Marine Le Pen a qualifié ces propos de « totalement stupides (…) de surcroît d’une froideur et d’une méchanceté qui donnent la nausée ». Non loin d’elle, Nicolas Dupont-Aignant, président de Debout La France : « Les personnes en réanimation luttent contre la mort, elles ont souvent attrapé le coronavirus avant le confinement ou pendant leur travail car l’État ne leur a pas fourni de masques (soignants, policiers, salariés…). Je demande la démission du Préfet ».

Jusqu’au sein des députés LREM et apparentés, les propos du préfet ont choqué. L’élue des Hauts-de-Seine, Laurianne Rossi, évoque des « jugements moraux à répétition et la culpabilisation des Français » ; Aurélien Tâché, député de la majorité dans le Val-d’Oise, estime que le préfet de police, « aux méthodes très contestables et contestées » est à nouveau « sorti de son devoir de réserve ». 

Enfin, pour l’ancien député LREM, Matthieu Orphelin, toujours proche de la majorité, la déclaration préfectorale est à la fois « lamentable et grave ». Corollaire, sinon simple corrélation : « Il doit lui-même en tirer les conclusions qui s’imposent ».

A demain @jynau

5 réflexions sur “L’inexcusable «corrélation» du préfet de Police de Paris entre le confinement et la réanimation

  1. « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté, c’est très simple, il y a une corrélation très simple »

    «La chute de l’un est le corollaire immédiat de l’ascension de l’autre. Comment une civilisation peut-elle raffoler à ce point d’un plaisir qui passe par le malheur d’autrui ? »

    ‘Gains’ – Richard Powers

  2. « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté, c’est très simple, il y a une corrélation très simple »

    « (…) Ôtez le temps des soins, celui des maladies,
    Intermède fatal qui partage nos vies.(…) »

    Poème du Quinquénat ??? À la fontaine … ou de si près ???

    Nota bene: pour ceux qui préfèreraient l’Original, c’est de1682, par Jean de La FONTAINE, le ‘Poème du QUINQUINA’ … … ¡!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s