Covid-19 : mystère autour de clusters dans deux abattoirs verts de Bretagne et du Loiret

Bonjour

16/05/2020. Nous sommes loin d’en avoir fini avec les surprises épidémiologiques. Six employés travaillant dans un abattoir situé dans les Côtes-d’Armor ont été testés positifs au Covid-19, et une campagne de dépistage massif est en cours, a annoncé vendredi 15 mai l’Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne. Il s’agit de l’un des sites de production du groupe Kermené, filiale des centres distributeurs E.Leclerc

«Un signalement a été transmis le 13 mai à l’ARS par le Centre hospitalier de Saint-Brieuc, relatif à un patient diagnostiqué Covid-19. Ce dernier est employé en tant que prestataire externe pour une entreprise agroalimentaire, indique l’ARS. Les premières enquêtes sanitaires dans l’entreprise menées sans délai par l’ARS et Santé Publique France ont permis de mettre en évidence cinq autres cas confirmés depuis le 9 mai», poursuit l’ARS.

« Ces derniers jours, six employés, externes ou internes, ont été testés positifs au Covid-19, d’après la préfecture des Côtes-d’Armor, résume Ouest-France.  Avec pas moins de 2 500 salariés, la société ‘’est presque une ville à elle toute seule’’, souligne Gérard Daboudet, maire délégué de la commune du Méné. Des ‘’investigations complémentaires’’, menées par les agents de l’ARS et de Santé publique France, ont, cependant, montré que les cas confirmés auraient ‘’exercé leur activité dans une zone circonscrite de l’entreprise’’. L’espace visé regrouperait seulement 220 salariés. »

Et puis cette alerte de l’ARS Centre Val de Loire: « Identification d’un nombre important de cas groupés dans un abattoir du Loiret » :

« Suite au signalement, par le biais de l’application Contact Covid, de cas confirmés de
COVID-19 au sein d’un abattoir de Fleury les Aubrais, les investigations et dépistages
menés ont permis d’identifier à ce jour 34 cas confirmés. Un dépistage complémentaire
de l’ensemble des salariés va être entrepris. L’entreprise restera fermée le temps de
compléter les investigations.

Pour l’heure les investigations menées ont permis de constater 12 cas confirmés au sein de l’entreprise et de deux entreprises sous-traitantes. Par ailleurs, une première opération de dépistage a été menée concernant 84 personnes présentes sur le site. Les résultats des tests font apparaître ce jour 22 cas confirmés supplémentaires, portant le total des cas confirmés à 34. Ces personnes se sont vues prescrire un isolement.

Compte tenu de ces éléments, le dépistage de l’ensemble des salariés de l’entreprise et de
ses prestataires va être entrepris au cours des prochains jours. Parallèlement, l’entreprise sera fermée par arrêté préfectoral, le temps de compléter les investigations et de procéder aux opérations de désinfection des locaux. Enfin, la recherche hors de la sphère professionnelle des cas contact des personnes porteuses du virus va être entreprise par l’Assurance maladie.

Aux Etats-Unis aussi

L’Agence France Presse rappelle qu’aux États-Unis, un contrôleur chargé de faire respecter les règles sanitaires dans les abattoirs américains (dont plusieurs sont devenus des foyers de contagion de la Covid-19)  est décédé mercredi 13 mai après avoir contracté la maladie. Ce fonctionnaire du ministère de l’Agriculture (USDA) était basé à Dodge City, dans le Kansas, a précisé le porte-parole de l’organisation représentant les salariés du gouvernement dans le pays, AFL-CIO. Trois autres contrôleurs morts de la maladie étaient basés dans les Etats de New York, de l’Illinois et du Mississippi. »

Pourquoi, de part et d’autre de l’Atlantique, les abattoirs ? C’est une nouvelle question pour les épidémiologistes.

A demain @jynau

5 réflexions sur “Covid-19 : mystère autour de clusters dans deux abattoirs verts de Bretagne et du Loiret

  1. Cluster ? Vous avez dit cluster ? Comme c’est cluster !
    Grappe ?
    Aggrégat ?
    Regroupement de cas ?

    http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/Resultat.aspx
     » cluster EN • grappe FR
    médecine
    Regroupement significatif de cas ayant au moins une caractéristique commune.

    Commission d’enrichissement de la langue française (France), FranceTerme, 2008  »

    On lit quelque part cet argument d’une affligeante médiocritudité, d’une insigne faiblesse, je le dirai appallant (y’a pas d’raison de’s’gêner) :

    « Sauf que le terme est adoubé par la communauté scientifique. « Cluster est un terme très courant chez les épidémiologistes », a ainsi noté Didier Lepelletier, coprésident du groupe de travail national au Haut Conseil à la Santé publique sur le coronavirus, auprès du site de L’Express. Les experts en ont même fait un outil. »

    Et bien une fois de plus la flemme, l’incompétence linguistique, la frime, s’imposent. Les zépidémiologistes ne valent pas mieux que les médecins ou les gens du « bizness » comme utilisateurs de la langue.

    Bizarre quand même ces cas d’abattoirs.

  2. Pourquoi les abattoirs ? Une des pistes, évoquée ici et là : un environnement de travail fortement aéorolisé.

  3. Deux articles à propos :

    – Coronavirus in the U.S.: Latest Map and Case Count, The New York Times

    « The Times has identified more than 100 food processing facilities across the country with coronavirus outbreaks. »

    – Why Meatpacking Plants Have Become Covid-19 Hot Spots, WIRED, May 7, 2020
    https://www.wired.com/story/why-meatpacking-plants-have-become-covid-19-hot-spots/

    « According to a report released Friday by the Centers for Disease Control and Prevention, nearly 5,000 plant workers in 19 states had tested positive for the virus as of April 27. In Iowa and South Dakota, close to a fifth of the workforce in the states’ largest slaughterhouses have fallen ill. (…)
    And it’s not just the US. Large Covid-19 clusters have also appeared in meatpacking plants around the world, including Canada, Spain, Ireland, Brazil, and Australia. “One, two, or three meatpacking plants—fine, you might expect that. But these outbreaks are clearly a worldwide phenomenon,” says Nicholas Christakis, head of the Human Nature Lab at Yale where he studies how contagions travel through social networks. “To me, that’s evidence that there’s something distinctive about meatpacking that’s adding to people’s risks of catching Covid-19.” « 

    • On d’absence de tenue à distance, de travail physique avec respiration forte de masques mal ou difficiles à porter. Ce ne serait pas lié à la viande mais à la façon de travailler.
      POurquoi « meatpacking » ce n’est pas l’activité de l’abattoir à moins que ce soit accolé dans une chaine de production …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s