Chloroquine : comment mieux comprendre les coulisses politiques de la «folie Raoult»

Bonjour

25/05/2020. L’affaire fait grand bruit : le président de la République française aurait téléphoné à Jean-Marie Bigard, humoriste impossible à classer, supposé porte-drapeau des Gilets Jaunes.  Le Monde (Solenn de Royer) :

« Il y a quelques jours, M. Macron a appelé Jean-Marie Bigard, par l’intermédiaire de Patrick Sébastien. L’humoriste, soutien des « gilets jaunes », avait critiqué le gouvernement, peu avant le déconfinement. « J’en ai marre de voir des guignols nous diriger », s’indignait-il sur Instagram, en plaidant pour la réouverture des « bistrots ». L’humoriste a assuré que le chef de l’Etat lui avait donné « raison », en lui promettant un « échéancier ».

Le Monde, toujours :

« Le 9 avril, Macron avait également créé la surprise en rendant visite à Didier Raoult, défenseur de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. L’infectiologue 1 controversé s’en était félicité, louant un « homme intelligent » qui « comprend tout ». M. Macron l’avait qualifié de « grand scientifique ». « En allant le voir, il a délégitimé sa posture », positive un proche du président. Dans un registre différent, le chef de l’Etat a décroché son téléphone le 1er mai pour appeler Eric Zemmour, agressé dans la rue. L’information a fuité dans Valeurs actuelles« Entre un Bigard, un Zemmour, un Raoult ou un Philippe de Villiers [à qui Macron a promis la réouverture du Puy du Fou, en Vendée], il y a un lien : la France populaire », note un conseiller. »

Après les « conseillers » du prince, on lira  (Lucie SoullierAbel Mestre et Gilles Rof) : « Tout le monde veut récupérer son aura » : Didier Raoult, infectiologue 1 courtisé et héraut des antisystèmes.

Puis on écoutera, sur France Inter, la chronique politique de Thomas Legrand, joliment tricotée autour des paradoxes d’un chevalier « anti-système » soutenu par les chevaliers du système en place : « L’antisystème… ce système ». Extraits :

« Le  Président, dans sa stratégie de calino-thérapie des antisystèmes (dont  visiblement il regrette -par fonction- de ne plus pouvoir être)  avait  lui-même rendu visite à Didier Raoult ! Quant au méchant Big Pharma…  Sachant que Raoult prône l’utilisation de molécules produites par les  gros laboratoires, à n’en pas douter, il aurait été ravi que les tests  soient concluants ! Alors pourquoi l’image de l’antisystème s’est-elle imposée ?

Solidarité de pestiférés

« D’abord  parce que Didier Raoult a eu l’idée (pas originale mais souvent  efficace) de se présenter comme rebelle et solitaire. Son look ZZ-Top  colle avec son discours en marge des protocoles, qui suppose  publications, certifications, expertises, donc possible mises en cause.  Un ensemble de procédures admises par la plupart des praticiens,  chercheurs et journalistes spécialistes du sujet. Or, par les temps qui  courent, ceux-là sont soupçonnés d’abuser de leur savoir, de le  transformer en pouvoir et donc en privilège. Alors quand un personnage  présente son savoir comme dissident, il recueille un écho auprès de ceux  qui estiment que leur malheur est dû au fameux système.

« Le qualificatif  ‘d’antisystème’ (surtout s’il est décerné par la presse dite ‘mainstream’)  devient un label qui assure toute une série de soutien en cascade par  principe ou démagogie… par système, pourrait-on dire ! (…)_Il  s’agit donc d’une solidarité bien comprise de pestiférés stratégiques…  Tous les antisystèmes autoproclamés d’extrême-droite, de droite, de  gauche, de n’importe où comme Onfray, crient au lynchage… en lynchant  partout dans la presse audiovisuelle et écrite… ou sur les réseaux  sociaux! En réalité, si vous faites la listes des puissants, des  fortunés, des détenteurs de vrais pouvoirs qui soutenaient Raoult…  l’antisystème… en voilà un beau système ! »

Le président de la République a-t-il songé à téléphoner à Michel Onfray – philosophe qui, souquant fort vers la droite, vient d’annoncer le lancement (présenté sous forme de « mook » ; hybridation livre-revue-magazine) de Front Populaire, qu’il présente lui-même comme « une nouvelle revue pour les jours d’après » ?

A demain @jynau

1 Il convient ici de rectifier au plus vite : le Pr Didier Raoult est un microbiologiste, non pas infectiologue. Via un commentaire un lecteur nous précise qu’à l’université d’Aix Marseille
https://medecine.univ-amu.fr/fr/personnels. Il est l’un des sept professeurs de bactériologie-virologie.
Il n’est pas dans la liste des cinq professeurs de maladies infectieuses (infectiologues).

L’infectiologie est définie sur le site de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) comme une discipline clinique: https://www.infectiologie.com/fr/l-infectiologie.html. « L’infectiologue est un médecin clinicien assurant la prise en charge des patients atteints d’infections bactériennes, virales, fongiques ou parasitaires, notamment les plus complexes et difficiles à traiter, et les maladies infectieuses émergentes ».

Sur BFMTV, il y a quelques jours, l’infectiologue Christophe Rapp, à propos de Didier Raoult : « Je rappelle qu’il est microbiologiste et non pas infectiologue, alors il faudra arrêter de marquer infectiologue sur le bandeau, car on n’est que quatre-vingt professeurs de maladies infectieuses en France et ce n’est pas le même métier ».

3 réflexions sur “Chloroquine : comment mieux comprendre les coulisses politiques de la «folie Raoult»

  1. Bien avant le Covid, la doctrine socialiste,toujours en mal d’électeurs, a désigné le Pr Raoult,proche du RPR-UMP, comme climato-sceptique et un puissant courant de haine l’a entouré dés-lors. Il n’est pas compliqué de mettre en doute ses travaux par études interposées les études publiées et celles qui devraient ou pourraient l’être. L’affaire cessera probablement à la mise à mort de l’intéressé, ce parti n’oubliant jamais.

  2. Amertume a la lecture des articles à propos de Raoult dans la presse. L’homme a mis en avant une solution miracle pour la maladie qui a eut le plus grand impact sur la population cette année. Ouvertement, il n’a pas suivi les protocoles habituels pour ses hypothèses et par là même le principe de prudence que l’on attend d’un médecin.
    Les journalistes pourraient demander des comptes au magicien, rechercher ceux qui ont souffert de ses prédictions, demander que cela ne puisse plus se produire. Mais cela n’existe pas dans le journalisme hexagonal, on y trouve que des commentaires sans beaucoup plus de fondement sur de potentiels: intérêts ultérieurs, des conséquences politiques et même de nouvelle histoire sensationnelles…

    Mais chercher à réduire le nombre des victimes du covid-19 n’apparaît pas comme une priorité!

  3. On verra bien (probablement dans pas si longtemps) qui est fou. Je ne crois pas que ce soit Raoult. Mais parmi ceux qui le critiquent, combien prennent la peine d’écouter ce qu’il dit?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s