Bernard-Henri Lévy dénonce tous ces médecins qui nous faisaient la leçon à la télévision

Bonjour

01/05/2010. Pour un peu, en rire : « Sur la pandémie, Bernard-Henri Lévy n’a rien à nous dire, aussi en fera-t-il un livre ». Or il l’a (déjà) fait  : « Ce qui virus qui rend fou » 1. Et ce matin le philosophe était (déjà) l’invité du Grand Entretien de la matinale de France Inter en compagnie de Nicolas Demorand et Léa Salamé.

Etait-ce la précocité de l’heure ou la complexité d’un sujet trop vite survolé ?  On a connu BHL capable d’autres envolées. Comment comprendre, par exemple, qu’il puisse attribuer à Paul Valéry « et d’autres » (sic) la célèbre formule de René Leriche : « La santé c’est la vie dans le silence des organes ». Pour le reste qu’a-t-il à nous dire ? Extraits :

« Il y a eu une sorte de mondialisation de la peur, la façon dont, à la seconde, une épidémie de terreur s’est abattu sur le monde, ça ne s’est jamais produit (…) Je trouve que les villes vides, c’est pas beau, rester chez soi était utile pour une raison sanitaire, mais ce n’est pas une vertu.

« Sanitairement, il fallait les gestes barrières, cesser de se serrer la main…la vrai problème, c’est que les gens se soient confit dans ce confinement, cette incroyable docilité, que ce silence des organes soit un silence de couvre-feu et mirador. Quand j’entends certains médecins, comme Anthony Fauci, dire ‘le serrement de main ne reviendra plus’, c’est affreux ! (…) J’ai du mal à associer soumission et … grandeur : je trouve qu’il y a plus de grandeur chez ceux qui ont accepté les règles en râlant.

« Pascal ne disait pas que rester chez soi était de cuisiner et mettre ses plats sur Instagram, mais que c’était douloureux, que le repli sur le soi n’est pas une vertu (…) On est devenu délateur. Il y a eu des actes de civisme, mais aussi un incivisme grandissant : le civisme, c’est pas de s’enfermer, de jouir de rester chez soi« .

« Il y avait un traitement plus complexe à faire de tout ça (…) Il y avait quelque chose qui était en route et qui est en train de se sceller. Nous sommes de plus en plus nombreux à choisir la santé dans le débat entre sécurité et santé (…) Le passage entre contrat social et contrat vital : c’est ce qui est préoccupant, je crois que c’est pas un bon deal. »

« La République ce n’est pas le pouvoir des experts ! »

De cette promotion on ne retiendra guère, avec la mémoire de Michel Foucault, que le passage les rapports entre pouvoir politique et le pouvoir médico-scientifique. Un pouvoir politique qui cherche à se relégitimer grâce à un « supposé savoir » associé à un « abus d’autorité incroyable ». Le Pr Jean-François Delfraissy et son Conseil scientifique apprécieront- de même qu’Emmanuel Macron. BHL:

« Ces médecins qui passaient leur temps à nous faire la leçon à la télévision, pardonnez-moi mais moi, à l’oreille j’entendais l’abus d’autorité. Ce pouvoir médical cela fait des siècles qu’il se cherche, des siècles qu’il tente de s’imposer. Et là il a failli triompher ! La République ce n’est pas le pouvoir des experts ! La République c’est le pouvoir des politiques. La République ce n’est pas l’hygiénisme, c’est pas le pouvoir des médecins qui transforme la politique en clinique, qui font la chasse au virus …. La politique, ce n’est pas le pouvoir médical … »

Et le philosophe médiatique d’accuser journalistes, médias et spectateurs d’avoir accepté cette « prise de pouvoir par les médecins ». « D’ailleurs les meilleurs d’entre eux savaient que c’était absurde, ils étaient embarrassés de ce rôle, ils savent qu’ils ne sont pas d’accord les uns avec les autres, que la médecine n’est que très partiellement une science exacte, que la médecine c’est plein de querelles, que c’est encore pire que la philosophie… ».

Selon lui le président de la République a eu grand tort de parler de « guerre », les médecins et les médias ont eu tort d’entretenir un sentiment de peur cette « mauvaise conseillère ». Avec, en toile de fond des « émerveillés du confinement », un monde qui serait (enfin) débarrassé des humains.

Et BHL d’évoquer (lui aussi) le Pr Didier Raoult qu’il n’est pas sans admirer.

« Moi je connais la chloroquine, je suis un vieux paludéen, c’est aussi un bon médicament, il m’a sauvé la vie il y a cinquante ans… Le spectacle qu’ont donné les médecins à cette occasion, ce tintamarre,  cette pétarade, cette chamaillerie, cette pétarade à la table du roi, c’était l’illustration  du pire de ce que je dis sur les exagérations du pouvoir médical. »

Précision : durant le confinement BHL n’est pas allé à la campagne. Il est resté à Paris et n’a fait que deux reportages, l’un au Bangladesh, l’autre à Lesbos.

A demain @jynau

1 « Ce virus qui rend fou » Bernard-Henri Levy, Editions Grasset, 112 pages, 8 euros, sortie le 10 juin L’ intégralité des droits d’ auteur de ce livre sera versée à l’ ADELC (Association pour le Développement de la Librairie de Création).

6 réflexions sur “Bernard-Henri Lévy dénonce tous ces médecins qui nous faisaient la leçon à la télévision

  1. Bonjour,

    😉 ‘CE QUI VIRUS QUI REND FOU’ … Mmh …

    ‘Le peuple ressemble à des boeufs, à qui il faut un aiguillon, un joug, et du foin.’
    Voltaire : encore, en ‘Correspondance, 17 avril 1765’
    … Mmh … à l’anagramme près :

    ‘VU QUE …
    CI REQUIS : FOIN DUR ? ‘

  2. POLONIUS
    What do you read, my lord?
    HAMLET
    Words, words, words.
    POLONIUS
    What is the matter, my lord?
    HAMLET
    Between who?
    POLONIUS
    I mean, the matter that you read, my lord
    HAMLET
    Slanders, sir. For the satirical rogue says here that old men have gray beards, that their faces are wrinkled, their eyes purging thick amber and plum-tree gum, and that they have a plentiful lack of wit, together with most weak hams—all which, sir, though I most powerfully and potently believe, yet I hold it not honesty to have it thus set down; for yourself, sir, should be old as I am, if like a crab you could go backward.

    POLONIUS
    Que lisez-vous là, My Lord?.
    HAMLET. – Des mots, des mots, des mots!
    POLONIUS. – De quoi est-il question, My Lord?.
    HAMLET. – Entre qui?.
    POLONIUS. – Je demande de quoi il est question dans ce que vous lisez, My Lord!
    HAMLET. – De calomnies, Sir! Ce coquin de satiriste dit
    Que les vieux hommes ont la barbe grise et la
    Figure ridée, que leurs yeux jettent un ambre épais
    Comme la gomme du prunier, qu’ils ont un abondant
    Manque d’esprit, avec les jarrets très faibles.
    Toutes choses, Sir, dont je suis puissamment
    Persuadé, mais que je pense malhonnête d’imprimer ainsi : car vous-même,
    Sir, vous auriez le même âge que moi, si, comme une écrevisse, vous pouviez marcher à reculons.
    https://robertdemortain.etab.ac-caen.fr/IMG/pdf/extraits_hamlet_ii_1_ii_2_et_iii_1.pdf.

  3. < (…) cette pétarade, cette chamaillerie, cette pétarade à la table du roi (…)

    Aïe, et 😉 juste pour en rire encore, … des dites ‘chamailleries ‘ aidant, là, il faut bien sortir son VOLTAIRE, en grande histoires de confinements, qu’écrit à M. de Chabanon :

    « Vous vous êtes douté, mon cher confrère, que j’étais affligé des horreurs dont la nouvelle a pénétré dans ma retraite ; vous ne vous êtes pas trompé, je ne saurais m’accoutumer à voir des singes métamorphosés en tigres : Homo sum, cela suffit pour justifier ma douleur. » !!!

    La médecine … pire que la filo, disait-il ???

  4. Bonjour,

    Sur un autre sujet, j’attends de vous lire sur le #LancetGate et l’affaire Surgisphere, développés par les brigades vérificatrices.

    A vous lire,

    Un fidèle lecteur.

  5. Et oui encore un individu qui a 1 livre à vendre, alors étant donné que toutes les émissions littéraires ont été « confinées, coranovirées…. « des médias pendant cette période récente , BHL retrouve sa voix et fait sa pub. Qu’a-t-il fait pendant ces 52 jrs pour aider ceux qui étaient dans la m****??? Je voudrais savoir…..Perso j’ai continué mon bénévolat aux Restos du Coeur et j’en suis fier!!!!! Comme tous mes collègues.

    • Que pèsent les multitudes utiles , bénévoles , dévouées, aimantes de leur prochain, comparées auux idoles à chemise blanche et au regard perçant vers le lointain, pénétré, forcément pénétré, qui farcissent les plateaux de leurs platitudes tel le boeuf haché entomaté la fleur de courge ?

Répondre à Hypergol Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s